UA-7101967-1

16/06/2009

Syro-Malabar et Syro-Malankara

 

I. L'Eglise Syro-Malabar

L'Eglise syro-malabar trouve ses origines quand, selon la tradition, l'apôtre saint Thomas arriva en Inde en 52 de notre ère, ses membres sont nommés les "chrétiens de saint Thomas." C'est une des quatre Eglises orientales à partager la tradition liturgique syrienne orientale, les autres: Edesse, Séleucie Ctésiphon et Perse, perpétuent l'héritage particulier des relations hiérarchiques entre les Syro-Malabars et les Eglises de Chaldée sous le cathollcat de Sé1eucle-Ctésiphon. Au 16°siecle les Portugais vinrent en Inde,1es missionnaires latins suspectant les chrétiens de saint Thomas d'hérésie, commencèrent à les convertir et les placèrent sous la juridiction des évêques latins. En1653, à Mattanchery, par la fameuse "déclaration de Conan cross" , l' Eglise de saint Thomas fit le serment de ne plus obéir qu'à l' évêque gouverneur latin ce qui entraîna la division de la communauté. De nouveaux évènements amenèrent certains à revenir sous le gouvernement latin, les autres demeurèrent fermes dans leur opposition aux Portugais. Ceux qui persévérèrent dans le rite latin forment l' Eglise que nous connaissons aujourd'hui sous le nom d' Eglise Syro-malabar .Les autres opposés aux Portugais se tournèrent vers les évêques orientaux, certains se rendirent au patriarche jacobite. A nouveau, une partie d'entre eux se réunirent à la communion catholique en 1930 et sont maintenant connus sous le nom d' Eglise Syro-Malankara.

II. L' Eglise Syro-Malankara

La communauté fondée vers 52 se renforça de Chrétiens immigrés de Perse en 345, améliorant ainsi les relations avec les Eglises persanes, quelques unes furent fondées par de proches disciples de saint Thomas. Les deux Eglises d'Inde et de Perse se trouvaient en étroite communion avec les premières communautés apostoliques, cette situation perdura jusqu'au 16°siècle. Quand l' Eglise occidentale vint au contact de l' Eglise indienne par les marchands et les missionnaires portugais, contacts cordiaux au début, mais divers conflits naquirent et les Chrétiens d'Inde brisèrent les liens avec les missionnaires . Plus tard la majorité renoua avec la hiérarchie portugaise de l' Eglise malabar, le reste se constitua en communauté indépendante et progressivement, adopta la liturgie d'Antioche et ses traditions canoniques. L'Eglise Malan Kara trouve ses racines dans l'ancienne liturgie antiochêne, elle-même tirée de l'Anaphore de Saint Jacques en usage dans l' Eglise de Jérusalem où le Christ tint son dernier repas. 300 ans de laborieux efforts de réconciliation furent couronnés de succès en 1930: une petite communauté de Malandres se réunit au Vatican et fut reconnue comme l' Eglise Catholique Malankara constituée aujourd'hui d'un archevêché, deux évêchés, cinq évêques, 500 prêtres, 1200 religieux hommes et femmes et trois groupes de fidèles. L'Eglise Malankara non catholique possède encore 3 millions de fidèles. Les uns et les autres se retrouvent partout en Inde et dans le monde.

09:52 Écrit par walloween dans Spiritualités | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : syro-malabar, syro-malankara |  Facebook

Les commentaires sont fermés.