UA-7101967-1

13/01/2010

La privatisation de la guerre et son prix

 

Ricardo Urbina, juge fédéral de Washington vient de produire une jurisprudence qui jette à la poubelle les arguments insistants contre la sous-traitance de la guerre à des mercenaires du secteur privé. En prononçant un non-lieu à l’égard des agents de Black Water qui tuèrent 17 irakiens, place  Nisour, en septembre 2008, le juge met en lumière l’incapacité du gouvernement à tenir ces hommes pour responsable des crimes qu’ils ont commis. Dans les arrêts, il spécifie justement que le gouvernement viola grossièrement le droit des inculpés à se défendre, Il démonte une instruction inepte se fondant sur les déclarations des inculpés aux fonctionnaires du Département d'État qui employait la firme de Caroline du Nord pour protéger les état-majors et les convois en Irak, Il parle  aussi des violations les plus insensées des droits constitutionnels des inculpés, Pendant la campagne Barack et Hillary firent la course pour me montrer les plus durs avec les mercenaires, Il est clair pour Obama que la seule manière de faire fonctionner sa rhétorique est de se débarrasser des milliers de porte flingues privés toujours déployés en Irak, en Afghanistan et ailleurs. Les tueries de la place Nisour ne furent ni les seules ni les dernières. L’armée emploie aussi des firmes telles que CACI International Inc. Impliquées dans plus d’un tiers des incidents survenus en 2003 et 2004 à  Abu Ghraib.Des gardes de Black Water qui avaient pris Xe services comme pseudo et d’autres firmes de sécurité telle Triple Canopy se sont trouvé impliquées dans d’autres attaques terroristes, Le 7 janvier, deux anciens gardes de Black Water sont arrêté et inculpé de meurtre pour des tirs qui laissèrent deux afghans morts en mai 2009, pourtant le gouvernement ne peut tenir son armée contractuelle pour responsable puisque, quand l’occupation formelle de l’Irak prit fin, en 2004, l’administration Bush obtint du gouvernement irakien l’immunité légale pour celle-ci. La Chambre s’est évertuée à dissimuler le tout sous la loi Américaine, l’Acte de Juridiction Militaire Extra-territorial étend les lois civiles aux parties contractuelles, et le Code Uniforme de Justice Militaire fut élargi en 2006 pour s’étendre aux entrepreneurs civils. Les réquisitions du gouvernement n’ont pas trouvé un seul coupable des tueries, Une plainte des victimes d’Abu Ghraib contre ces opérateurs, refusée par une cour d’appel fédérale jugeant que les compagnies bénéficiaient de l’immunité que leur conféraient les contrats de l'État. Furieux, le gouvernement irakien menace d’assigner Xe aux États-Unis et en Irak, Mais les chances de succès s’amenuisent, Les familles de nombreuses familles victimes de l’incident ont accepté, la semaine dernière un arrangement avec Xe, inquiètes de voir le procès ne rien leur apporter. Il y a de nombreuses raisons de s’opposer à la privatisation de la guerre, En comptant sur ces contrats, le gouvernement subit la scrutation publique, et les mercenaires en roue libre contrecarrent les efforts de l’armée qui fait ce qu’elle peut pour gagner la confiance du public. Fondamentalement, le gouvernement ne peut pas ou ne veut pas garder le contrôle légal de ses spadassins, Une nation ou les lois sont  maitresses ne peut partir en guerre ainsi.

January 11, 2010, page A16, NYT edition.

 

10:39 Écrit par walloween dans international | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : irak, jugement, black water |  Facebook

Les commentaires sont fermés.