UA-7101967-1

29/12/2010

Goebbels et l'Église

Il est bien établi, que durant la période nazie, des faux cas d'abus sexuels furent fabriqués afin de diaboliser l'Église Catholique, « Les procès d'immoralité »(Sittlichkeitsprozesse) à l'encontre de prêtres catholiques entre avril et mai 1937 sont les exemples principaux de ce phénomène, A l'occasion de ces procès des prêtres et des membres d'ordres religieux,innocents, devinrent la cible de l'accusation d'appâter sexuellement de la jeunesse et des enfants. Des procès préparés contre les Frères Franciscains ne reçurent pas l'attention que le régime national-socialiste espérait et ce n'était pas le seul problème. Et un cas fut mis hors du rôle comme sans fondement quand on demande à une des victimes de désigner son abuseur dans la salle et qu'elle pointa du doigt le président du tribunal, Alors, pour montrer que «les offenses contre la moralité» représentaient un problème de large dimension au sein de l'Église Catholique, le régime ordonna la jonction des cas individuels afin de l'exploiter à un moment plus opportun, Un grand nombre de cas fut mis en procès à l'automne de 1937.

Stefan Micheler écrit: «Durant un laps de huit semaines entre avril et juin, la radio et les journaux du parti dédièrent généreusement leurs premières pages aux procès,,, Les commentaires insistaient sur la séduction des enfants et de la jeunesse, l'exploitation des relations de dépendance, de l'abus de rang et d'office, tout en ignorant complètement les cas sans fondements,les non-lieux et les acquittements pour absence d'évidence.

Dans une allocution, à Berlin, le 30 mai 1937, Joseph Goebbels, devant 25,000 personnes, fit le constat que « les aberrations criminelles du clergé catholique menace la santé physique et morale de nos jeunes gens,» il déclare que la « lèpre » sera «extirpée radicalement,» Le discours fut ponctué par les cris répétés de la foule «pendez-les,» massacrez-les! Florence Tamagne écrit «La campagne anti-catholique continua jusque 1941. Depuis 1936, toutes les organisations catholiques de jeunesse étaient fermées.» Elle note aussi qu'approximativement 20,000 prêtres allemands furent inquiétés mais que 57 furent condamnés et seulement 7 sur 4,000 membres du clergé régulier, Plus tard, sur 3.000 frères mineurs, 170, pour la plupart, des franciscains, furent condamnés. L'organisation du parti social-démocrate en exil reconnut, en détail, que la nature de propagande de ces procès fut justement documentée, massivement, par les Catholiques et les Protestants, Néanmoins, la résultat des ces jugements fit que les enfants et la jeunesse souvent évitaient de socialiser avec des prêtres catholiques.


12:18 Écrit par walloween dans Histoire | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : goebbels, Église, nazi, procès |  Facebook

Commentaires

Vous avez bien du courage pour publier un tel article quand on sait l’Eglise catholique aujourd’hui encore est attaquée sans relâche par les franc-maçons et certains milieux juifs ultra orthodoxes. Pour ces derniers il suffit d’examiner les surnoms qu’ils donnent au Saint Père Benoît XVI.

Écrit par : Ambroise | 30/12/2010

Les commentaires sont fermés.