UA-7101967-1

27/10/2011

Libye, les dépouilles du Roi Sarko

Tel Lawrence d'Arabie. Le Grand Libérateur Gaulois de la Libye (et tout autre arabe facile à duper aux alentours) Le Président français néo-bonapartiste, Nicolas Sarkozy et son équipier le Premier Ministre anglais, David d'Arabie Cameron célébrèrent galamment le succès de l'Organisation du Traité de l'Atlantique Nord, entourés d'un cordon de militaires sur l'aéroport de Tripoli en chantant La Vie en Rose afin de célébrer les sept mois de bombardements et les 40.000 missiles qui ont mené la Libye à la "démocratie". Dans le décor, on pouvait voir le "nouveau philosophe" autoproclamé Bernard-Henri Lévy et son tronc pérenne révélé sous une chemise impeccablement pressée, celui-là même qui a "vendu", d'un coup de téléphone une guerre au Grand Libérateur Gaulois, pressé de toutes parts (comme si le Roi Sarko allait refuser quoi que ce soit qui puisse l'agrandir). Pas besoin d'évoquer des métaphores impériales romaines comme "l'aile de la victoire" ou les "lauriers" ou "au vainqueur, les dépouilles" (de la guerre), parce que c'était exactement de çà qu'il s'agissait. Le Roi Sarko et le Petit Dave nesarko-cameron.jpg ressemblent pas fort à la délicieuse dame d'Angola tout juste couronnée Miss Univers, mais ils n'en étaient pas moins sur le mode " sentez-vous libres de vous prosterner devant notre auréole". Les ailes de la victoire à la périphérie d'un empire, même si vous n'êtes qu'un proconsul sans importance, c'est certainement mieux que l'impuissance face à la débâcle économique européenne qui frappe sans pitié. Au son des Apaches qui patrouillent en Méditerranée et escorté par des douzaines de policiers anti-émeute, le Roi Sarko a ressenti le besoin de préciser à un monde candide," Nous l'avons fait pour des raisons humanitaires, il n'y a pas d'agenda caché." Juste en cas, alors que les deux hôtels de Tripoli sont occupés par une foule d'hommes d'affaires et de vautours, le Président d'un Conseil National de Transition fragile, Mustapha Abdul Jalil, a du épeler l'agenda : " Les alliés et les amis auront la priorité dans un cadre transparent" pour partager le butin. Tellement de contrats juteux à cuisiner, eau, gaz, pétrole, uranium, reconstruction et si peu de temps. En écho au Roi Sarko, le P'tit David a proclamé en bombant : " le Printemps arabe pourrait devenir un été." C'est le code de l'OTAN, pour bombarder plus de dictateurs jusqu'à l'oubli. Aussi longtemps qu'il y aura des "rebelles" opportunistes prêts à faire appel à la cavalerie (européenne) en exhibant leur crédit démocratique vrai ou faux. Roi Sarko a même souligné la prochaine étape, le chemin de Damas. Cher Bashar, il est temps de réserver un aller simple.

.

Les règles somaliennes

.

Le tour éclair de Tripoli de Roi Sarko et Petit David a été soigneusement minuté pour éclipser la visite du Premier Ministre turc Recep Tayyip Erdogan. Parce que tant qu'il s'agit de l'âme du printemps arabe, l'Egypte, Recep est l'homme de la situation, pas les bombardiers anglo-français de l'OTAN. Et rien que penser que les britanniques et les services français, qui étaient si heureux au lit, hier encore, avec l'appareil sécuritaire de l'état libyen, c'est triste de voir qu'ils ne purent profiter de plus de bon temps avec le commandant militaire de Tripoli Abdelhakim Belhaj, ancien émir du groupe de combat libyen, ancienne valeur d'al Qaeda, victime des tortures de la CIA mais heureusement pour lui, éternel ennemi de Kadhafi. Pour sa part, Belhaj a perdu la belle opportunité de demander à Petit David, en absence des américains, des excuses officiels des anglais pour avoir passé six ans en prison et connu la torture, peut-être fera-t-il appel à la Cour de Justice Internationale. L'Otan a conquis, essentiellement des longueurs de route parsemées de quelques cités. Personne ne sait réellement ce qui se passe dans le désert. Le véritable agenda de l'OTAN est d'attendre et voir si les groupes se réarment, si des guérillas se développent au Niger et dans le sud de l'Algérie. Ce sera l'excuse excellente pour s'incruster, comme en Afghanistan. Il y a aussi des centaines, sinon des milliers, d'africains du sud du Sahara, inquiétés, menacés et tués par les "rebelles" de l'OTAN, ce qui ne fera que renforcer leur volonté de se battre. Dans cette perspective de continuation de la fête, les amoureux des anglo-français, ne pourraient pas s'en foutre davantage de la promesse de leur hôte Jalil de jeter l'état séculier à la poubelle puisque la Charia devient la "source principale de la loi". Raison de plus pour l'ouest de rester vigilant, il y a de la castagne dans l'air. L'homme à surveiller est Ali as-Salabi, islamiste de fond allié avec le Cheikh Yusuf al-Qaradawi. Il est déjà en train de lancer le conflit contre le Premier Ministre du Conseil Provisoire Mahmoud Jibril, porte-parole médiatique des rebelles de l'OTAN. As-Salabi définit Jibril et ses cohortes comme des sécularistes extrémistes qui conduisent la Libye vers "une ère nouvelle de tyrannie et de dictature". Belhaj l'homme d'al-Qaeda qui commande à des milliers de rebelles armés jusqu'au dents, se trouve être un allié très proche d'as-Salabi. Aucune évidence ne laisse supposer que le Conseil soit assez fort pour désarmer l'enfer des milices courantes, qui opèrent, déjà dans le style irakien à Tripoli et ailleurs. Si le Conseil ne peut le faire, l'OTAN se fera un plaisir et un devoir de lui rendre service. On peut parier que ce ne sera pas un Afghanistan 2.0 ou un Irak 2.0, mais plutôt une Somalie 2.0. Tilt, on envoie les Marines, on transforme Tripoli en Fallujah. Barack Obama pourrait même gagner les élections de 2012 sur celle-ci. On parie, les jeux tragiques et amusants ne font que commencer. Voyons le temps que prennent Roi Sarko et Petit David pour rejouer leurs ailes de la victoire et dans quelle Tripoli ils atterriront. Kaboul, Bagdad or Mogadiscio ?

source

 

Les commentaires sont fermés.