UA-7101967-1

16/12/2011

Le tremblement politique répond à la dépravation

Comment Nordine Amrani a-t-il pu acquérir et conserver un arsenal aussi substantiel ?Comment un criminel violent tel qu' Amrani a-t-il pu conserver son droit de conserver des armes ? Ailleurs, la qualification de ses crimes et délits lui aurait interdit de garder ce privilège. Comment font donc les autorités belges pour permettre à un criminel violent condamné d'entretenir un tel arsenal. Les politiciens et les procureurs qui ont perdu leurs repères moraux blâmeront l'instrument et non pas l'homme. Ce serait aussi absurde de blâmer une compagnie aérienne pour un crime commis avec un de ses appareils. La police a trouvé de nombreuses armes chez Amrani en perquisitionnant chez lui en 2007. Ensuite, après le massacre, tout ce que le nouveau Premier Ministre belge a trouvé à dire c'est qu'il allait raidir la législation contre le trafic et la possession d'armes lourdes, En d'autres mots ses remèdes ressortent du tremblement politique habituel, avant tout conçu pour protéger la carrière des politiciens et pour ramollir le public, ce qu'il lui permet ainsi d'éluder une enquête sur les sources de cet événement hideux.

 

15:16 Écrit par walloween dans Belgique | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : amrani, visar, police, procureur, politiciens |  Facebook

12/12/2011

les maniaques sexuels à la conquète du monde

la médecins des États-unis et d'Europe ont du admettre que la sexomanie, mot encore récemment utilisé à des fins humoristiques est, en réalité, une maladie sérieuse comparable à la dépendance aux drogues et à l'alcoolisme. La vie contemporaine nous défie par ses tensions quotidiennes et certains ne peuvent passer le test. les rangs discordants des malades mentaux sont renforcés par ceux, qui hier encore étaient parfaitement normaux. Il existe une grande variété de dépressions, en dehors des différents désordres sexuels, elles sont particulièrement nombreuses chez ceux que l'on nomme les sexomaniaques. En 2007, Un rapport officiel a été rédigé par un groupe de savants influents de l'université du Minnesota après de nombreuses recherches et expérimentations. A la suite de la reconnaissance officielle de l'existence de telles affections, des sociétés ouvertes ou anonymes de ceux qui en souffrent se sont répandues à travers le globe. Valery Zaleski, psychosexologue nous parle des détails des dernières variantes de ces maladies. D'après cette étude, pas plus de 3 à 5 % de la population générale en souffre, gens menés par le désire spontané d'accomplir des actes sexuels, ce qui leur crée un gros problème. La plupart professe une orientation sexuel traditionnelle ou homosexuelle et développe un délire compulsif et le  désir irraisonnables d'avoir des relations sexuelles à n'importe quel prix. Ces gens peuvent abandonner la nourriture, l'eau et d'autres joies de la vie au profit de plaisirs charnels.

"Le symptôme principal de ce désordre mental est un désir inexplicable pour le sexe, parfois, ces patients ne veulent expliquer ce qui leur arrive."  Ils feraient n'importe quoi pour satisfaire leur désir charnel, aux limites de la pathologie. Dans le but de se satisfaire, ces malades sont prêts à tout et usent même d'objets inanimés. La manifestation la plus commune et la mieux documentée, au Canada, par exemple, c'est celle d' hétérosexuels mâles qui s'introduissent dans les consultations gynécologiques, déguisés en médecin pour  essayer d'inspecter l'appareil génital des femmes. "Dans ma pratique," dit Zaleski, "cela n'existait pas, Quoi qu'il en soit, l'usage de  jouets sexuels en public est assez fréquent, au travail, au théâtre, au cinéma, dans les restaurants. Dans la plupart des cas, les protagonistes exercent ce qu'on appelle des professions créatives, ils blâment leurs désirs refoulés afin d'exercer leurs besoins charnels par des explosions d'énergie, de la décharge émotionnelle, à la recherche d'idées créatives."

Le Belarus, dans le traitement de nouvelles maladies de masse ou de désordres mentaux, apparaît à l'extérieur de cet univers en restant intact. La grippe porcine et la grippe aviaire, tous les degrés de la malaria n'ont absolument rien a voir avec ce pays. La maniaco dépression invasive, ici, n'existent  pas. Mais qu'en est-ils des désordres sexuels non contagieux?
Contrairement aux États-Unis, au Canada, en Australie et à  quelques pays européens, la sexomanie ainsi qu'un bon nombre de déviations sexuelles ne sont pas reconnues officiellement par les médecins. La plupart des patients souffrant de ces symptômes, sont classés comme souffrants d'autres désordres de type psychosexuel, comme par exemple, les problèmes d'érection.

Aujourd'hui, le remède le plus couramment utilisé est un groupe d'antidépresseurs qui supprime le désir sexuel et réduit la sensibilité à l'orgasme. Cette méthode, est utilisée par un grand nombre de spécialistes au Canada et aux États-Unis. En Belarus, les médecins n'utilisent pas ces médicaments. Si un patient ressent un désir sexuel de nature inexplicable, il est préférable qu'il voit d'abord un psychologue qui vous aidera individuellement à développer un programme de thérapie intensive. Zaleski, déguisé en maniaque sexuel, a cherché longuement sur l'internet et les réseaux sociaux après les sociétés de maniques sexuels censées exister en Europe. Ils existent derrière des portes fermées et ce n'est pas la fonction de ces organisations de traiter la maladie, ce sont de simples réunions de gens aux intérêts intimes communs. "On connaît peu la sexomanie cybernétique, nouvelle sous espèce de désordre psychosexuel dont la représentation principale est le désir obsessionnel de se faire plaisir ou la promotion de l'acte sexuel  à l'aide des matériels de nature sexuelle mis en vente sur la toile. En option, vous pouvez louer une maîtresse virtuelle qui veut obtenir du plaisir charnel à distance." La plupart des client ont de 17 à 25 et de 40 à 50 ans d'âge. Si on en croit la société américaine pour l'avancement de la santé sexuelle, on ne connaît pas le nombre de patients souffrant de sexomanie cybernétique. Mis la lecture des sources de données donne à penser qu'ils sont plus de neuf millions. De plus, en quelques années le nombre de psychiatres sexologues spécialisés est passé de moins de 200 à plusieurs milliers, et chaque grande ville dispose dorénavant, d'un centre spécialisé. il est intéressant de constater, qu'au cours de ces dix dernières années, les adolescent et les vieillards ont remplacés les hommes d'entre deux âge comme clientèle. Beaucoup se sont faits"attrapés" et envoyés dans des centres médicaux parce que leur parentèle avait vu le grand-père qui regardait sur porno sur internet ou qu'elle avait trouvé des messages de nature sexuelle sur le téléphone de leur enfant de 12 ans.

Les experts pensent qu'il s'agit du même type d'intoxication que celles des drogues et de l'alcool. Ce genre de patient doit toujours maintenir un haut taux de dopamine dans leur corps,  substance qui stimule l'aire du cerveau responsable du plaisir


Roland Barthes, au théâtre, en persan

 

Le Docteur  Maziar Mahimani traduit les écrits sur le théâtre  de Roland Barthes en persan. L'ouvrage montre la formation des idées de base de l'auteur et décrit une période significative du théâtre français.
Les écrits sur le théâtre de Roland Barthes comprennent les 62 fragments et articles qu'il rédigea au cours de son existence. Ils furent publiés, pour la première fois en 2002. Le théâtre tient un rôle clé dans sa pensée et, comme il l'a dit, il est au carrefour de ses travaux,  publiés, pour la plupart, autour années cinquante, dans la revue qu'il avait cofondé. Roland Gérard Barthes, né en 1915, était un théoricien littéraire, un philosophe, un critique et un sémioticien, Ses idées se sont développées dans une variété de champs et il influença le développement d'écoles théoriques tels le structuralisme, la sémiotique, l'existentialisme, la théorie sociale, le marxisme, l'anthropologie et le post-structuralisme.

Selon Mahimani, l'essence des articles de Barthes réside dans un mouvement de l'absent au présent, deux composants fondamentaux dans son système de pensée et présents dans tous ses écrits. un lien continu se manifeste entre l'intérêt de Barthes pour le théâtre et son iconoclastie, ajoute-t-il. Mieux connu pour sa théorie du doute créateur et de la mort féconde. Il représente un des caractères les plus influents de la philosophie et de la littérature du vingtième siècle. Ses travaux envisagent une variété de disciplines comme le structuralisme, la sémiotique, la mythologie, la critique littéraire et la philosophie. Selon Mahimani, Barthes possède un écriture difficile et intangible comme la plupart des écrivains de la fin des années cinquante. Il a donc du, pour le rendre intelligible, altérer sont style en raccourcissant les phrases trop longues. Deux années ont été nécessaire pour l'ensemble de la traduction. Interpréter les 32 deux autres écrits de Barthes constitue son projet suivant. il traduit aussi deux autres livres sur le théâtre à publier par les éditions Ghatreh, il enseigne actuellement à l'université de Meched, capitale du Khorassan.

21:09 Écrit par walloween dans Lettres | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : barthes, mahimani |  Facebook

09/12/2011

Nous sommes la crise du capital

L'argument veut que notre réponse à la crise économique global soit de créer des espaces en dehors du capitalisme et non à demander qu'ils nous exploite mieux.

Nous sommes la crise du capital et nous en sommes fiers. arrêtons de dire que nous devons blâmer les capitalistes pour cela. La notion elle-même est dangereuse et fait de nous des victimes.

Le capitalisme est une relation de domination, La crise du capital est une crise de domination, Les dominateurs ne sont plus en mesure de dominer efficacement alors, nous allons dans la rue pour leur dire que c'est de leur faute. Ce que nous leur disons, c'est qu'ils devraient mieux nous exploiter?

La meilleure explication est la plus simple, la relation de domination est en crise, les dominés commencent à  manquer  de prostration, elle n'est plus suffisante, l'inadéquation de notre subordination est la cause de la crise.

Plus vite, plus vite, plus vite

C'est l'argument de Marx dans son analyse de la baisse tendancielle du taux de profit du capital. La loi de la valeur est une règle de vitesse. La valeur d'un bien est déterminé par le temps de travail socialement nécessaire à le fabriquer et il se réduit sans cesse. Pour produire de la valeur, les travailleurs doivent travailler de plus en plus vite, le même effet peut être introduis par l'installation de machines. dans ce cas, les travailleurs doivent aller de plus en plus vite pour pouvoir concurrencer l'amortissement de la machine.

En d'autres mots, si le taux d'exploitation reste constant, le taux de profit aura tendance  à chuter en même temps que la composition organique du capital augmente, identique à l'importance relative de la machinerie dans le processus de production. La seule manière, pour le capital, d'éviter une chute du taux de profit est d'augmenter constamment l'exploitation. On ne peut la considérer considérer comme un phénomène statique. La tendance induit l'augmentation de la vitesse de production, une transformation permanente de ce que le travail capitaliste signifie. L'existence même du capital est un vissage continuel. La crise incarne simplement le fait que la vis n'est pas  serrée vite assez. Quelque part, il y a de la résistance, résistance dans la rue peut-être, résistance organisée peut-être, mais pas nécessairement, c'est peut-être, la résistance de parents qui veulent jouer avec leurs enfants, d'amants qui veulent passer une heure de plus au lit, d'étudiant qui pensent qu'ils peuvent prendre du temps pour critiquer, d'humains qui rêvent qu'ils le sont encore. Nous sommes la crise du capital, nous qui refusons de faire les chiens couchants.

Dans cette situation, il n'y a, en réalité, que deux solutions. La première est de s"excuser, de faire de l'apologie sur notre manque de subordination et demander pour plus d'emploi. Plus de travail, exploitez-nous plus et nous travaillerons plus dur et plus vite, nous subornerons chaque aspect de notre entière existence au capital, nous oublierons ces non sens enfantins tels qu'aimer, jouer et penser.! C'est la logique abstraite du travail, la logique peu efficace du combat par et pour le travail contre le capital. Le problème avec cette solution, c'est que, non seulement, nous perdons notre humanité mais que nous reproduisons aussi le système qui nous détruit. Si nous rencontrons le succès en aidant le capital à surmonter la crise. le "toujours plus vite" va continuer. La subordination de toute vie, humaine et non humaine, aux requêts de la production à valeur ajoutée s'intensifiera. Alors arrivera la crise suivante, ainsi de suite jusqu'à ce que toute vie animale et végétale s'éteigne.

Le refus de courber l'échine

L'alternative est d'abandonner le combat du travail et de déclarer ouvertement que la lutte contre le capital est inévitablement un combat  contre le travail abstrait qui crée le capital, contre la vitesse de la production à valeur ajoutée. Dans ce cas de figure, nous n'avons pas à nous excuser mais plutôt à être fier de notre absence de subordination, à refuser de nous incliner devant la logique de destruction du capitalisme. Nous sommes fiers d'être la crise du système  qui nous détruit. L'autre option est plus difficile. Dans le capitalisme, la survie matérielle dépends de notre soumission à la logique du capital. Si on ne fait pas çà, comment vas-t-on vivre? Sans fondement matériel, l'autonomie vis à vis du capital est difficile. Cela apparaît comme une impossibilité logique, c'est dans cette impossibilité que nous débattons sans cesse. Chaque jour, nous tentons de réconciler notre opposition au capital avec le besoin de survivre. Certains d'entre nous y arrivent plus ou moins confortablement en trouvant des emplois (dans les universités, par exemple) permettent de créer des espaces ou on peut lutter contre le capital en recevant un salaire. D'autres visent des enjeux plus ambitieux( par choix ou par nécessité) en cherchant d'autres formes d'emploi et en  dévouant toute leur énergie et leurs activités à des objectifs qui vont au-delà et contre la logique du capital, survivant du mieux qu'ils peuvent en occupant des terres pour les cultiver ou en vendant des livres anti-capitalistes, en créant des structures matérielles alternatives ou d'autres choses. D'une manière ou d'une autre, toujours de façon contradictoire, nous tentons de créer des failles dans la domination capitaliste, ou nous pouvons vivre notre idéal d'humains. Espaces et instants ou nous pouvons dire au capital: " Non ici, vous n'êtes pas la règle, non, ici, nous vivrons et agirons suivant notre propres décisions, suivant ce que nous considérons comme nécessaire et désirable. Il n'y a rien d'inhabituel à cette position, nous le faisons tous, pas seulement à gauche, tous ceux qui vouent leur énergie à créer des relations sociales sur une base différente, sur la base de l'amour, de l'amitié, de la solidarité, de la collaboration et du plaisir., C'est notre humanité, ce n'est  notre folie, c'est notre santé. Nous réalisons notre existence de cette manière, mais nous sommes toujours au bord du précipice, de l'échec, au bord de l'effondrement. C'est la nature même du combat, nous remontons le courant du capital. Nous ne sommes jamais loin du désespoir mais notre espoir survit, tout  près de l'abandon. C'est un monde sans réponses, un monde de questions, nous marchons dans le monde de l'expérience. La crise nous confronte à deux options, soit nous prenons l'autoroute de la subordination à la logique du capital en sachant clairement qu'il mène directement à l'auto-annihilation de l'humanité ou bien, nous empruntons les sentiers tortueux de l'invention de mondes nouveaux, ici, maintenant par les failles que nous creusons dans la domination capitaliste. En inventant des mondes nouveaux, nos voix claires et fortes s'élèvent et disent que nous sommes la crise du capital, que nous sommes la crise de la race sur le chemin de l'humaine destruction et que nous en sommes fiers.