UA-7101967-1

29/11/2012

Gare au Piège Islamique

Tout en dominant dans le golfe, divers courants Salafistes émergent comme force majeure en Egypte et en Tunisie, deux des pays les plus occidentalisés du monde arabe. Les premières élections parlementaires égyptiennes libres les ont vus capturer plus ou moins 25% des voix pour 40% aux Frères Musulmans. Si on ajoute les votes modérés, çà donne 70% des voix populaires. En soustrayant les votes chrétiens, on voit que les Islamistes ont récolté près de 80% des voix musulmanes. La campagne fut amère, mais quand les Frères émergèrent au premier tour, comme candidat islamiste, ils trouvèrent le soutien le soutien des Salafistes et des autres courants plus modérés. Ils sont, maintenant, engagés dans une lutte sans merci pour tirer les Frères dans leurs directions respectives.

Au train ou vont les choses, les Salafistes sont si puissants, qu'ils regardent de haut ceux qui sont patronnés par la richesse pétrolière saoudienne, prêchent un anti-américanisme virulent. Contrairement aux Frères Musulmans, les Salafistes ne sont ni patients ni pragmatiques. Ils ne se rebellent pas contre les Frères Musulmans, mais ils soutiennent activement les attaques violentes contre les Américains et leurs alliés. Ils se sont aussi trouvés mêler, en Egypte et en Tunisie à des actes violents contre les courants chrétiens et séculiers qu'ils voient comme une menace contre l'Islam.

 

Ces attaques sont aussi conçues pour forcer le conflit entre les régimes de la Fraternité et les courants séculiers dans ces pays occidentalisés. Les nationalités n'y ont pas plus d'influence que la réalité ; La foi assurera le retour de la théocratie sunnite modelée sur l'Arabie du septième siècle. Les Chiites n'y ont aucune place. En attendant, les Salafistes font tout ce qu'ils peuvent pour obliger les sociétés musulmanes à vivre selon la loi islamique. Comparativement, les Frères Musulmans incarnent un libéralisme flamboyant. Il est vital que l'Ouest gardent les Frères sur une voie modérée pour ne pas les pousser dans le camp salafiste.

En retour, les Salafistes s'allient à l'intention djihadiste de nettoyer la société par la violence ? Rien d'autre ne fera l'affaire. Symbolisés par ben Laden et al-Qaeda, les Djihadistes diffèrent du courant principal salafiste de trois manières. D'abord, ils se sont arrogés le droit d'excommunier les chefs musulmans en les déclarant incroyants. La plupart des Salafistes n'accordent le droit d'excommunication qu'à Dieu sauf si des personnes individuelles dénoncent leur foi en Dieu et refusent d'accepter son prophète Mohammed comme son message, deuxièmement, en excommuniant les chefs politiques parce qu'ils collaborent avec les Américains. Les Djihadistes sont aussi exempts de soutenir leurs tyrans et leurs rois comme l'indiquent les écritures coraniques. La rébellion et l'assassinat attendent, finalement ce n'est pas suffisant, pour les Djihadistes d'imposer une loi islamique stricte à la société. De leur point de vue, toutes les sociétés musulmanes sont si corrompues par leur association avec l'Ouest qu'elles doivent être totalement détruites et reconstruites dans un cadre purement islamique. La seule manière d'arriver à cette fin, dans leur perspective, est la violence. Il n''y a aucune perspective de pragmatisme. Ben Laden a disparu et al-Qaeda s'est affaibli, mais les Djihadistes ont simplement éclaté en une nébuleuse multiple de groupes localisés, son intention est la terreur. Quand un groupe est détruit, un autre remplit l'espace laissé.

Pièges et conséquences

L'erreur de voir les principaux courants islamistes en tant que force cohérente prive l'Ouest d'une flexibilité bien nécessaire pour se livrer à une compétition avec les mouvements islamiques qui domineront probablement le Moyen-orient durant la décade à venir. L'Islamisme léger de la Turquie est compatible avec la stabilité et le développement du Moyen-orient, mais les Djihadistes ne le sont pas. Les Frères Musulmans prendront l'un ou l'autre chemin, tandis que les Salafistes, ardents soutiens d'un extrémisme rétrograde sont protégés par leurs liens avec la monarchie saoudienne. On ne peut avoir l'un sans l'autre. Les Djihadistes sont un danger clair et présent pour tout le monde. Ceci fournit, en soi, une base de coopération entre l'Ouest et les courants islamiques plus modérés.

L'illusion de voir les courants islamiques principaux comme unifiés met en scène la croyance que tous les courants islamiques constituent un danger imminent pour les Etats-Unis et ses alliés. Comment pourrait-il en être autrement quand l'islamisme modéré est lui-même peint aux couleurs djihadistes ?

La ligne de front pour un inévitable conflit entre l'Islam et l'Ouest est ainsi dessinée. La panique et l'islamophobie jaillissent. Ainsi que l'anti-américanisme dans le monde islamique. Il ne manque plus que le détonateur.

En retour, la définition des lignes de combat, pose le piège de l'urgence. Quelque chose doit être fait, mais quoi ?

L'Irak et l'Afghanistan ont quelque peu usé le goût de l'Ouest pour la guérilla. Gates, ancien Secrétaire d'Etat à la Défense a ainsi encadré la question :" Tout futur Secrétaire à la Défense qui conseillera au Président d'envoyer, à nouveau, une armée terrestre importante au Moyen-orient ou en Afrique devrait aller se faire examiner la tète". C4était une paraphrase directe du Général Macarthur, cette assertion met en place les prémisses de séries interminables de sanctions, d'actions secrètes, de frappes de drones qui alimentent l'extrémisme, l'anti-américanisme et une nouvelle explosion éventuelle.

Si les sanctions et les actions secrètes ne fonctionnent pas, le piège de penser que les Américains peuvent sauver le monde de la menace islamiste par la force militaire demeure. Les Etats-Unis, seulement, parce que ses alliés sont en train de se tirer tandis que le Japon, la chine et la Russie suivent un agenda contraire à celui des Américains. Les Djihadistes adorent çà, çà leur donne l'opportunité de victoires bon marché sur des militaires américains démoralisés répartis sur des territoires trop vastes qui mettent désormais l'emphase sur l'Asie de l'Est, comme le disent des rimes proverbiales :

Pour manque d'un ongle une chaussure fut perdue.
Par manque d'une chaussure, un cheval fut perdu.
Par manque de cheval, le cavalier fut perdu.
Par manque de cavalier, le message fut perdu.
Par manque de message, la bataille fut perdue.
Par la défaite, le royaume fut perdu.

Par manque de connaissance de la complexité des courants islamiques, le Moyen-orient pourrait être perdu.

source

Commentaires

Chaque année, plus d'un millions de musulmans pénètrent en Europe, 350'000 rien qu'en France, la Turquie ne filtre plus ses frontières avec la Grèce et la Bulgarie. Les prévisions pour 2013 sont bien plus alarmantes, les chiffres risquent même de doubler, si l'on prend en compte la famine qui s'installe en Egypte et en Tunisie, le quotidien EL Watan (Algérie) a diffusé l'interview d'un responsable d'une petite ville qui se vantait que sa police avait réussi à faire fuir plus 1'000 jeunes sans emploi par bateau vers l'Italie !

En France, il n'y a pas un seul jour sans que des convois ou holdup violent n'aient cours, alors pour répondre à votre note, Wallowen, que le monde arabe soit en route vers le chaos, pas de doute, mais comment l'occident va t-il se relever de cette invasion massive, c'est une question que peut en Europe osent se poser ?!?!

Maintenant, concernant le moyen-orient, les luttes entre chiites et sunnites vont certainement prendre une très grande ampleur dans les mois à venir, concernant les frèros et les salafistes, vous avez oubliez de signaler que le parti frèro égyptien tisse des lien avec les mollahs iraniens et que si l'Egypte s'embrase, ce ne sera pas uniquement envers les communautés chrétiennes, mais avant tout entre diverses branches au sein des frèros et que nous verrons (nous voyons) deux camps bien distincts, ceux qui ont été chercher un appui vers les iraniens, et ceux qui s'appuient sur les salafistes.

Les frèros savent qu'ils ne peuvent pas vraiment compter sur l'armée égyptienne, d'ailleurs elle se fait très discrète, que des quantités d'armes, venant de Libye mais depuis peu. également de Syrie équipent les frèros pro-salafistes et les salafsites. Que les laïques l'ont très bien compris et qu'ils ne voient dans une guerre entre islamistes la seule voie leur permettant, un jour de se débarrasser de ces deux plaies et que l'Egypte est à nouveau sur le grill.

Les pro-Morsi avaient déclarés vouloir venir manifester pour soutenir leur président contre les manifestants, qu'au dernier moment ils se sont abstenus !

Ce n'est pas à cause des laïques qu'ils se sont abstenus, c'est à cause des autres factions islamistes armées et prêtes à en découdre !

Concernant les résultats ayant amenés les frèros à la présidence, c'est en grande partie suite aux promesses faites en matière d'économie, aujourd'hui, non seulement les laïques mais une bonnes partie de ceux qui avaient votés frèros, ont compris que c'est la catastrophe, que le nouveau pouvoir est encore plus corrompu que la dictature moubarak, qu'il n'y à plus de quoi se nourrir dans les banlieues du Caire et que les frèros roulent fièrement dans des limousines et vivent dans des palais !

Donc le vent a tourné en Egypte, les rangs du pouvoir s'amenuisent à grande vitesse, derrière se sont les extrémistes qui poussent avec des revendications que les modérés leurs avait largement promis et de l'autre, les laïques, y compris ceux qui avaient votés frèros qui viennent avec des revendications sociales qu'ils ne peuvent pas satisfaire et qu'ils volent au travers d'une nouvelle vague de corruption massive !

Concernant les "salafistes", ce terme est très approximatif, les pays arabes sont remplis de sans emplois, que ce soit dans les monarchies pétrolières où le travail est quasi interdit aux indigènes que dans les pays où l'économie ne fonctionne absolument pas et que les populations vivent d'expédients comme l'Egypte, donc le réservoir à suicidaires est loin d'être épuisé, que pour les monarchie pétrolières, un bon "salafiste" et un "salafiste" qui émigre pour se battre loin de son pays et ceux-là ne se battent pas vraiment mais alimentent en fonds les déshérités des pays exsangues qui n'ont pas vraiment d'autre avenir possible !

Beaucoup de ce qu'on appel "salafistes" ne sont en fait que des mercenaires venant des banlieues pauvres et qui se font au péril de leurs vies de quoi nourrir le reste de leurs familles !

Écrit par : Corto | 29/11/2012

Dans le monde arabe, des dizaines de millions de jeunes n'ont aucun vecteur d'ascension sociale, le "salafisme", leur semble être l'unique moyen de gravir les marches vers une forme de reconnaissance !!

Écrit par : Corto | 29/11/2012

Les commentaires sont fermés.