UA-7101967-1

25/12/2012

Les mauvais pères Noël

On connaît Le père Noël qui s'introduit dans la cheminée la nuit
pour apporter des cadeaux aux enfants, mais de nombreuses cultures
possèdent différentes versions du mystérieux visiteur nocturne
et elles sont souvent sinistres. En voici cinq exemples.

Ils se manifestent souvent à l'aube ou au crépuscule, entre deux
mondes, et accréditent l'idée que nous portons tous en nous les traces
de comportements plus anciens et plus primitifs là où nous prenons
ce que nous voulons quand nous le voulons, cette part de nous-mêmes
à laquelle nous devons renoncer.

Le folklore et les traditions orales racontaient à des enfants qui menaient
une existence communautaire des histoires qui devaient faire écho à chacun.
Pour nous, ce qui est devenu important est la vérité "scientifique"
littérale que ces créatures existent ou non en réalité. Mais dans le
passé, les gens croyaient vraiment qu'elles se trouvaient dans les environs.

Islande, Gryla

Gryla est un gnome féminin qui vit bien loin et bien haut dans les montagnes
d'Islande Son histoire remonte aux époques païennes. Dans les siècles récents,
elle est devenue un personnage de Noël. Elle voyage dans les villes et dans
les villages à la recherche de mauvais enfants ensuite elle retourne dans sa grotte
avec son sac plein d'enfants en pleur puis elle les fait bouillir vivant
et les déguste ensuite. Elle a 13 fils, les gars de Yule, qui mettent aussi la main à la pâte
pour harasser les familles icelandaises pendant les treize jours
qui précèdent Noël bien que récemment ils sont devenus un peu
meilleurs puisqu'ils laissent des cadeaux dans les souliers.
Gryla est perpétuellement de mauvaise humeur principalement
parce qu'elle a toujours faim. Et ce ne sont pas uniquement
les enfants qui lui ouvrent l'appétit, ses deux premiers maris
l'ennuyait tellement qu'elle les mangea aussi.

Kenya, les coureurs de la nuit

Les coureurs de la nuit sont des gens ordinaires pendant la journée,
ils peuvent être qui que ce soit dans la communauté.
Mais, la nuit, ils se métamorphosent, leurs cheveux
se dressent sur la tête, leurs yeux encerclés par des anneaux
profonds et noirs et ils se promènent tout nu.
Ils courent partout dans le village en frappant les portes
en lançant des cailloux sur les toits.
Personne ne peut les attraper car ils peuvent voler et disparaître.
Parfois, ils déterrent les morts de leur tombe. S'ils ne se sentent
pas le courage de creuser, leur magie leur permet de faire
sauter les cercueils hors du sol. Alors ils prennent les
os pour la sorcellerie et ils mangent la chair.
Les déranger n'est pas une bonne idée, ils pourraient utiliser
leurs pouvoirs pour mettre la confusion dans votre esprit et vous
forcer à venir avec eux pour les exhumations

Europe du nord, le marchand de sable

Vieille figure du folklore européen, le marchand de sable,
alterne une figure ambivalente du bien et du mal.
Dans certaines histoires, ce caractère fantomatique visitent
les enfants qui refusent d'aller au lit, ils répandent de la poudre
magique ou du sable sur leurs yeux et les envoient au pays des rêves.
Parfois, il se promène avec une paire de parapluies, l'un couvert
d'images délicieuses pour les bons enfants et l'autre, tout noir
afin d'empêcher les mauvais enfants de rêver.
Dans d'autres versions de son histoire, il est bien plus sinistre.
Dans un conte d'Hoffmann, écrit au dix-neuvième siècle, le sable
qu'il jette dans les yeux des enfants les font sortir de leurs orbites,
Il remplit son sac de ces yeux sanglants et retourne sans la lune
pour en nourrir ses enfants aux yeux de hiboux.

Espagne, le coquet

Le coquet est un monstre ombrageux qui aime à manger
les enfants désobéissants.
Il se cache en dessous des lits et dans les garde-robes
des enfants qui refusent de dormir, de manger ou de se
tenir éloigné des endroits dangereux.
Plus le comportement de l'enfant est dégoûtant, plus il a faim.
Une fois attrapée, la victime est dévorée ou disparaît
et on n'en entend jamais plus parler.
Le personnage, à la face changeante, prend de nombreuses formes.
Parfois, on le décrit couvert de cloques, parfois comme un dragon
féminin vindicatif et parfois comme un monstre poilu ou gobelin.
D'habitude, ses yeux sont rouges, les oreilles aussi sont rouges et elles brillent.
On le connaît aussi comme le Coco ou le Cocuy, Certaines histoires racontent
que le monstre, quand il était un enfant, eut à subir de terribles violences
et qu'il est revenu du pays des morts pour terroriser les vivants.

Pays-Bas, le père fouettard

Pierre le noir, est le faire valoir du saint Nicolas hollandais
qui arrive le cinq décembre arrivant de sa maison, en Espagne,
dans un bateau à vapeur nommé Madrid.
Avant le dix-neuvième siècle, saint Nicolas faisait son sale
travail lui-même en apportant des cadeaux aux gentils enfants
et en emmenant les autres dans son sac afin de les rééduquer et de les fesser
Mais, en 1850, l'auteur pour enfants Jan Schenkman dessina saint Nicolas
avec un serviteur noir qui devint connu sous le nom de Pierre le Noir.
C'est devenu son travail de descendre dans la cheminée de distribuer
des cadeaux et d'attraper les enfants méchants et c'est pour çà qu'il
est tout noir. Le personnage est controversé en Hollande du
au fait de peindre une face noire en clown ce que certains trouvent offensants
on a tout essayé, le rouge, le bleu, l'arc-en-ciel, mais çà ne marche pas
ils terrifient les enfants et laissent les adultes perplexes

source

Les commentaires sont fermés.