UA-7101967-1

11/06/2013

Mœurs et coutumes de l'Angleterre du quinzième siècle

Au quinzième siècle, les tours et donjons sont toujours de mise dans les gentilhommières, qui tout en s'agrémentant de cuisines et d'une architecture intérieure plus pratique, préservent leurs défenses de meurtrières, pont-levis etc...Une particularité de ces immeubles aux allures de châteaux est la remise à l'honneur de la brique, presque entièrement négligée depuis les temps de l'occupation romaine. Les Âtres sont décorés de fines représentations héraldiques. La pierre est utilisée pour la construction, le bois et les colombages sculptés dans la partie haute des murs. Les étages supérieurs continuent à se projeter vers l'extérieur, rendant les rues toujours aussi sombres, Draperies et tapisseries s'utilisent à nouveau pour le confort et la décoration. Les coiffes sont le couvre-chef à cornes porté par les femmes,le chapeau cloche et le bonnet emplumé portés par les hommes. L'armure à l'époque de Henry V tenait du costume complet en plaques métalliques. Les fabricants de poulaines longues, bannis par l’Église, restent à la mode tout au long de la période. Les lois appelées somptuaires qui régulent les qualités et styles de vêtements dont l'usage est permis dans les différents rangs de la société, sont appliquées fréquemment. La chevalerie comme démonstration des qualités du cavalier, survit dans les tournois, davantage telle une mode, un jeu et ne sont plus des combats réels.

 

L'hospitalité somptueuse du début de la période se perpétue sans s'affaiblir. La famille Warwick éclipse la monarchie par le nombre de ses commensaux. Dans leur auberge (comme on appelait les maisons des grands) sur l'allée qui porte leur nom, elle y accommodait 600 invités et 30.000 clients se trouvaient logés dans les nombreuses tavernes de la cité, à ses frais. Régulièrement, elle servait six bœufs pour le petit déjeuner du gynécée du Comte. Le plan originel de ses demeures est conservé dans les auberges de loi tenues par la basoche. Il devient habituel pour les familles distinguées d'imiter le style de la cour dans ses rendez-vous et présentations officiels. Les repas se prennent quatre fois par jour, à sept, dix et quatre heures auxquels s'ajoutent une livraison de pain, de bière et de vin, au lit, vers neuf heures du soir. Au dîner, qui conserve un caractère public, de la vaisselle à caractère allégorique nommée subtilités sont introduites, afin de célébrer les occasions spéciales. Ces amusements duraient trois heures permettant des intervalles ou les invités se régalent de musique qui suscite l'hilarité des fêtards. On désigne par messe gloutonne des fêtes en l'honneur de la Vierge Marie, ou les villageois, après la messe, ayant amener leur provisions, se font plaisir dans l'église en compagnie de prêtres, la seule règle,une indulgence excessive. La chasse s’exerce avec moins de noblesse encore ; le cerf et autre gibier, de l'enclos, sont poussés vers une embuscade de chasseurs qui leur tirent dessus. Les Mystères sont toujours joués tout en étant bruyamment condamnés comme source de licence et d'infidélités. Lydgate décrit les parties basses de la métropole, telle Whitechapel, le samedi soir quand, les marchands, en hurlant, pressent les passants d'acheter. De telles pressions, quoi qu'il en soit, sont communes à tous les négoces. Les marchands disposent leurs marchandises sur des tréteaux en dehors de leurs boutiques et saisissent même les personnes par la main pour les induisent à acheter.

 

Le quatorzième introduit les cartes à jouer en Angleterre (1391), elles étaient chères et enluminées. L'impression à matrice de bois est utilisée pour fabriquer des cartes meilleur marché avant son utilisation pour les livres. Les quilles, jeu plus particulièrement anglais, les boules, le tennis, la canne et le patinage forment les passe-temps favoris. Le siècle est marqué par une grande opulence commercial, beaucoup de marchands sont à même de prêter des sommes d'argent considérables aux rois dans le besoin. Les rois, eux-mêmes et le clergé s'engagent fébrilement dans la poursuite de négoces lucratifs.la question qui se pose est la jalousie créée par les marchands étrangers qui achètent les matériaux bruts pour leurs manufactures de vêtements de cuirs, etc... pour ensuite revendre les produits finis aux anglais ce qui déséquilibre la balances des importations et des exportations. Le Parlement tente vainement de légiférer sur ces difficiles questions d'économie politique en limitant les échanges et en ordonnant que les marchands étrangers déposent leurs produits en douane et qu'un monopole à terme paye en partie pour leurs marchandises. On requiert des vénitiens qu'ils fournissent du bois d'archeriepour chaque tonneau de vin de Malsmey. Une ordonnance de 1429, amendée en 1464, interdit l'achat de laine, excepté pour les métiers domestiques. L'archerie, en danger de déclin, depuis l'introduction des armes à feu (1471) ; le bois adéquat vient à manquer. Le métier doit être protégé par la loi et le prix des arcs est fixé à trois shillings et deux deniers pour que chacun puisse en posséder. On doit cultiver des ifs sur les terres d'église(1483) afin d'assurer assez de bois pour l'archerie. D'autres actes curieux exigent , des fabricants de chandelles qui accablent les religieux, pour leurs offrandes votives, de tarifs énormes qu'ils se contentent d'un profit de trois deniers par livre. Les fabricants de chaussures sont punis d'une amende de vingt shillings s'ils ouvrent leur commerce le dimanche(1433). Une ordonnance de 1455 réduit le nombre d'avoués autorisés à pratiquer à Norfolk et à Suffolk à six par comté et deux pour Norfolk. Le négoce de charbon devient considérable et un acte est passé pour assurer les payements.

 

Ainsi se termine une période définie, appelée moyen-age, qui sépare l'histoire ancienne et l'histoire moderne de l'Angleterre. Le féodalisme et ses particularités sont morts, le peuple, s'était émancipé de lui-même ; les révoltes de Tyler et Straw signent l'avènement du pouvoir populaire. L'invention des armes à feu et de l'imprimerie distribue le pouvoir de quelques uns au plus grand nombre. La Réforme de la période suivante couvre et couronne la structure sociale moderne tout entière.

 

Source: Reed's manual of systematic history,Jarrold & Sons, 12 Paternoster Row, London 1871

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

22:13 Écrit par walloween dans Economie, Histoire, international | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

Les commentaires sont fermés.