UA-7101967-1

29/08/2017

Lettre amon

Ce que les poètes appellent le miroir de l’âme peut envoyer de nombreux signaux non-verbaux. Pour lire le langage du corps, il faut reluquer son interlocuteur droit devant, dans les siens. C'est la vie normale, et puis, azimuter d'autres parties du corps serait impoli. Si, quelqu'un porte des lunettes solaires à l'intérieur, en particulier, il empêche l'autre de lire ses signaux. C'est déconcertant, les bandits et ceux qui veulent apparaître puissant, parfois en portent. Les gens qui matent en l'air, souvent, pensent. Ils se font des imaginations et, on peut, sans doute les qualifier de penseurs visuels. S'ils délivrent un discours, en même temps, on peut toujours se dire qu'ils regardent le ciel pour s'en rappeler. Ils bigleraient plutôt en l'air vers la gauche. S'ils guignent vers la droite, ils se livrent à des constructions imaginaires qui pourrait trahir le menteur. Faites attention, parfois, les directions sont inversées. Dans le doute, demandez à la personne de se rappeler de faits avérés ou d'imaginer quelque situation. Contempler l'empyrée peut aussi indiquer un ennui profond si la vision erre dans les environs à la recherche d'une représentation plus intéressante. Si la tête s'abaisse et lorgne l'autre personne, derrière elle, d'une mine suggestive de vierge effarouchée; ici, l'action combine la soumission de la tête qui s'abaisse avec l'attraction du contact visuel. Si à la combinaison s'ajoute un froncement, alors, c'est l'heure du jugement. Si, au contraire, vous zyeutez vers le bas, si vos mirettes insistent sur votre interlocuteur, vous posez là un acte de puissance et de domination. A contrario, c'est, peut-être, un signe de soumission puisqu'il n'y a pas de danger, vous ne porterez pas atteinte à ma personne, votre gloire m'émerveillerait si je devais vous contempler. Cette attitude de soumission peut, éventuellement jouxter un stigmate de culpabilité. Un comportement notable chez les petites personnes est de lever la tète pour toiser les grandes, ellesmêmes le font mais ils ne leur restent que le ciel. Une personne quelconque fixant à gauche vers le bas, signifie qu'elle se parle à elle-même, tachez d'observer quelque mouvement presqu'imperceptible des lèvres. Mais, si elle épie à droite, on peut la penser saisie par ses émotions intimes. Pour de nombreuses cultures pour lesquelles l’œillade est un signe d'agression ou de domination, les gens ne se regardent pas en parlant de façon à se montrer du respect. Si on passe au balayage latéral, de gauche à droite et vice et versa, dans le plan horizontal, soit l'individu ne veut s'aviser de ce qu'il voit soit veux-il observer tout autre scène. Il s'agit aussi, simultanément, parfois, de noter le danger, l’événement ou de manifester son irritation. Si on s'intéresse au mouvement latéral rapide, faut-il y voir l'indication de l''instabilité et du mensonge? Comme si le sujet, découvert, cherchait une route de fuite. Ou la conspiration quand on note autour de soi qui pourrait vous entendre. Un autre usage de ce dodelinement du chef est l'évaluation des grands ensembles architectoniques. La vue d'un objet est la source de son existence, que ce soit une peinture, une table ou un humain, quand vos chasses se posent, les autres les suivent pour savoir ce que vous percevez, c'est une faculté remarquable que de pouvoir ainsi suivre la vue avec précision. Choufer peut trahir votre désir. Par exemple Un bref coup de reliquaire vers la porte, c'est sûrement que vous avez envie de vous tirer. Vous jaugez le mouvement naturel, quel qu'il soit, pour visualiser les objets bons, neutres ou mauvais, au cas ou apparaîtrait le danger ou l'adversité Ces organes sont les premiers témoins et les premiers outils de l'interprétation du monde, sans lesquelles, le conscience de la réalité serait gravement invalidée. La chorégraphie du commis-voyageur qui veut fasciner la mercière par sa geste, par son stylographe, qu'il manie comme un maître sa baguette en détaillant les dentelles, celle de la putain dont on connaît les détails ou celle du politicien aux éternelles rodomontades, a-t-elle d'autre projet, d'autre but que d’exercer cette fascination dans le regard, par le regard afin de vous percutiez du papillon, que votre oreille interne s'y traumatise si déjà vous ne voyez plus. Finalement vous achetez l'assurance-vie et votre serviteur repart fier de sa carambouille avec vos hippocampes pour son aquarium.

Une fois rentré, à Zottegem, son bourg natal, patrie de Lamoral, comte d'Egmont qui perdit tôt la vie à 48 ans consécutivement à un accident. Dans le soir brumeux notre camelot, au chaud, en peignoir matelassé et en charentaises, rit d'aise, car sa maîtresse Rita, l'amuse.

12:17 Écrit par walloween dans Fiction, humeur, Lettres | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.