UA-7101967-1

01/10/2011

La gériatrie allemande peut-elle sauver l'Europe ?

Alors que la Grèce fait du funambulisme sur le fil de sa dette, qui pourrait bien faire tomber les banques qui nous entourent et nous précipiter dans la panique, un consensus se construit autour de  la seule voie de sortie que nos génies imaginent :  raboter la dette grecque, lui faire une coupe structurée et compenser en fourguant des euro-obligations à la moitié de leur valeur faciale des titres grecs, garanti par la banque centrale européenne, ensuite, un nouveau grand plan de stabilisation européenne afin de recapitaliser à coups de trillions d'euros les banques européennes menacées comme celles du Portugal, de l'Espagne, de l'Irlande et de l'Italie en admettant que le privé fuit leurs titres. Une telle solution, quoi qu'il en soit, ne peut venir que de l'Allemagne, nation la plus riche d'Europe, et cela ne lui plait guère que de prêter de l'argent à des squelettes du club Med dont les états providences sont plus généreux que le sien. Politiquement, cela ne va pas être possible de cajoler ou de faire pression sur les Allemands très longtemps encore pour qu'ils soulagent l'euro-zone de la chute qui pourrait amener la dépression et faire disparaître l'Europe. L'autre raison pour elle  s'accrocher à cette démographie et à ce populisme de bonnets c'est, qu'à chaque nouvelle décade de ce siècle, l'Allemagne sera de moins en moins capable de soutenir son dynamisme, alors, vous comprenez, soutenir le continent ! Si on s'attache à observer les statistiques de population, on se rend compte que les gens qui sont censés ramener l'Europe à la solvabilité deviennent de plus en plus vieux et de moins en moins nombreux. En 2010 avec 82 millions d'allemands, 26% ont plus de 60 ans, 20% avec 65 ans ou plus et 5% sont âgés de 80 ans ou plus.. Faisons une incursion en 2050. Entre 2010 et le milieu du siècle, 12 millions d'allemands mourront et l'Allemagne sera une nation de 70 millions d'habitants ou l'age moyen sera passé de 44 à 51 ans et l'espérance de vie des allemands passera de 80 ans aujourd'hui à 84 ans. Ils vivront 4 ans de plus, certes mais cela signifie aussi 4 ans de plus en soins payés par un public qui lui-même rétrécit. Aux environs de 2050 les Allemands de plus de 60 ans passeront de 26 à 40% et ceux de plus de 65 ans de 20 à 32,5%. Quant à ceux de 80 ans et plus, ils passeront de 5 à 14% de la population. En 2050, un allemand sur trois auras plus de 65 ans et un sur sept plus que quatre-vingt. C'est un poids important pour les travailleurs dont le nombre se sera vu  réduit drastiquement. De plus, le pourcentage de femmes allemandes en age d'être gravide entre 15 et 46 ans sera tombé de 45 à 34%,  garantissant ainsi un déclin continu jusque la fin du siècle. Il n'y aura pas eu une seule année entre 1970 et 2050 durant laquelle l'Allemagne, ait approcher le taux de remplacement de 2,1% par femme. Au milieu du siècle, et pour 80 années consécutives, elle  aura connu une décroissance continue. Comme si cette nation prenait lentement congé du monde.  Tout en venant en aide au club Méditerranée, une force de travail allemande, qui ne cesse de rétrécir devra transporter une cohorte toujours grandissante des gens âgés et retraités tout comme en Europe du sud, percluse de dettes. Si on observe une nation comme la Grèce En 1950, près de la moitié de la population avait 24 ans ou moins. En 2050, moins de 25% aura 24 ans ou moins. Aujourd'hui un quart des grecs ont 60 ans ou plus ; en 2050, ils seront 38%. Et si maintenant, 4% des grecs ont 80 ans ou plus, dans quarante ans, ils auront triplé. L'Italie, peuplée de 60 millions d'habitants en perdront 3 millions sur 40 ans et les Italiens de plus de 65 ans, s'ils sont 20 % de nos jours, ils seront un tiers eu milieu du siècle. Ceux de plus de 80 ans passeront de 6 à 13% et leur espérance de vie augmentera de 4 ans. Aucune nation d'Europe n'a un taux de naissance suffisant pour remplacer les indigènes. Le partage se manifeste par une masse de travail en pleine régression et par une éligibilité toujours plus importante aux fonds garantis par l'état, aux soins de santé et à la sécurité sociale, secteurs en pleine croissance. Ce sont les Allemands qui mènent l'Europe vers des maisons de repos et les hospices. L'Europe a besoin de plus de jeunes pour maintenir le dynamisme du continent et maintenir les promesses faites à ses peuples. Au sud, les populations musulmanes du Maghreb et du moyen orient, en pleine explosion démographique, semblent prêtes à venir aider. La fin du mode ne s'exprime plus par la promesse de l'apocalypse mais par des couches culottes.         

13/04/2011

Israël vainqueur des révoltes arabes

Les victimes civiles sont la devise de la diplomatie du moyen-orient, La question militaire n'est pas de savoir si Israël peut battre ses opposants mais si la permission lui est octroyée. L' Iran et la Syrie ont fourni 50,000 missiles à Hezbollah, pour la plupart capables d'atteindre n'importe quelle cible en Israël avec précision. Beaucoup sont cachés sous les maisons, les écoles et les hôpitaux.

Lire la suite

06/04/2011

C'est la guerre qui fait les bonnes affaires

Mensonges,hypocrisie et agendas cachés. Le président américain n'a naturellement rien évoqué de semblable en expliquant sa doctrine libyenne au monde, On a un peu l'esprit secoué par tous les trous noires qui ensablent cette splendide petite guerre qui n'en est pas une ( intervention limitée dans le temps, actions à objectifs militaires limités, comme le dit la Maison Blanche) matinée de l'incapacité de la pensée positive de condamner à la foi le main de fer de Kaddafi et le le « bombardement humanitaire »anglo-franco-américain.

Lire la suite

01:23 Écrit par walloween dans Economie, Histoire, Monde, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : guerre, eau, gaz, pétrole, libye |  Facebook

06/01/2011

Une devise convertible pour 2020

Le Yuan deviendra pleinement convertible puisqu'il sera une des monnaies les plus importantes du monde vers 2020, suivant certains experts. Les bourses majeures de Chine s'ouvriront aussi aux investisseurs étrangers et les gestionnaires de fonds chinois vont générer un impact sur les marchés autour du monde. Stuart Leckie patron de Stirling Finance à Hong-Kong titulaire d'une expérience de 30 années dans les fonds de pensions et les investissements de la région dit que la prochaine décade sera déterminante alors que la chine nouent des liens de plus en plus étroits avec le système financier mondiale." Nous nous attendant avoir le Yuan convertible dans le laps de la décade à venir certainement plus qu'il ne l'est maintenant." Le Yuan dont le taux de change est réglé contre un panier de monnaies est, couramment une devise internationale limitée. Il n'est pas utilisé à une échelle significative pour les transactions commerciales internationales entre la Chine et le reste du monde. La Banque Populaire de Chine, quoi qu'il en soit, a augmenter, début décembre, le nombres de compagnies qualifiés à négocier le Yuan à l'extérieur de 365 à 67.359. A l'intérieur de la Chine, il n'est possible à aucune personne physique de convertir plus de 50.000$ de Yuans par an. Le manque de convertibilité pose un tel problème à la Chine, qu'elle se retrouve avec 2.600 milliard $ en devises étrangères dont une portion significative en dollars. Wu Changqi,professeur de gestion stratégique à l'école Guanghua de l'Université de Pékin, affirme que la convertibilité est inévitable." Je pense que nous assistons en ce moment à une phase transitoire avant l'événement et qu'en 2020, la monnaie sera entièrement convertible" dit-il. Personne ne sait si cela  amènera une revalorisation du Yuan. En juin, cette année, la Banque Populaire de Chine a supprimé l'alignement de la devise sur le dollar (qu'on avait rétabli pendant la crise de 2008) et pris 2,5 % sur le billet vert cette année. David Goodman, directeur du centre d'études sur la Chine de l'Université de Sydney, pense qu'une valorisation soudaine du Yuan n'aura pas l'effet positif que beaucoup espèrent,en particulier, aux Etats-Unis." On a eu un groupe de parlementaires américains qui voudrait voir le Yuan s'apprécier de 40% ( afin de rendre les produits manufacturés américains plus compétitifs sur le marché intérieur). Moi, je vous dis ce qu'il se produira. L'économie chinoise deviendra la plus puissante du monde et le dollar américain périclitera. L'effet sera aussi important en Europe, puisqu'elle détient la plupart de ses réserves en dollars." L'autre grosse question financière qui attend la Chine dans les 10 années à venir, c'est de savoir si les deux grandes bourses de Shanghai et de Shenzhen seront entièrement ouverts aux investisseurs étrangers. Ils sont sujets à des contrôles sévères mais, la bourse de Shanghai, qui célèbre, cette année, le vingtième anniversaire de sa réouverture en 1990, commence à permettre, depuis 2011,  aux investisseurs étrangers d'en négocier les titres. Si les échanges se retrouvaient entièrement libres, il resterait  les risques de l'argent errant et des bulles financières. On pense que les marchés chinois vont devenir de plus en plus sophistiqués et que le capital spéculatif, les différents types d'investissements y trouveront des places, qui existent en Chine et qu'ils ne connaissent pas actuellement. Dans 10 ans, les institutions financières chinoises seront bien connues du public international et la Banque Commerciale et industrielle de Chine voisinera avec CityBank.


china daily

13:11 Écrit par walloween dans Economie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : chine, shanghai, yuan, convertibilité |  Facebook

28/05/2010

Quand le vent s’arrête, le revers de la médaille.

 

Les pouvoirs publics semblent prêts à couvrir le pays d’éoliennes géantes. La nature court un risque. L’industrie du vent dispense une propagande généreusement dotée et possède de puissants promoteurs. Virtuellement toutes les machines doivent être doublées si le vent s’arrête, ce qui est assez fréquent, les turbines ne produisent rien. Les longues périodes sans vent se produisent le plus souvent en hiver quand la demande est la plus forte et c’est trivial de dire que l’énergie devra donc venir d’autres sources pour satisfaire les pics de consommation. Durant certaines périodes le doublage devra représenter 100% de la capacité des turbines. L’évaluation dit que 10/20% de la capacité est la seule sur laquelle on puisse compter en continu en demande de pointe. Une assertion affirme qu’avec une bonne dispersion des turbines sur tout le territoire, le rendement peut se stabiliser. Avec un vent de 4 m./sec. , la production est négligeable c’est-à-dire de 15KW et de 255KW et  255 KW à 6 m./sec. Pour une turbine de 2,5 mégawatts. C’est une forfaiture de dire que la dispersion y suppléera. De plus, les parties rendent le débat encore plus confus en parlant d’équilibre et de capacité de crédit, de taux de puissance et de production. Alors la question est simple : sur quoi peut-on compter ? C’est important à considérer pour le doublage du réseau, pour les couts additionnels induits. En considérant un facteur de charge de 29% de la puissance installée, ce qui est inexact puisque la statistique montre seulement 8% de rendement en hiver en demande de pointe avec une stabilité identique à une usine thermique ce qui veut dire qu’en 2020, 8% de 10 térawatts seraient assurés par le renouvelable. L’hiver est généralement plus venteux que l’été, dond la production myenne journalière est plus grande. Mais quand la température est en dessous de 0°C, il n’y a que peu ou pas de vent ce qui correspond à l’anticyclone d’hiver, le risque de voir le rendement tomber en dessous de 10% du rendement maximal théorique est important en période de grosse demande. Si on augmente la production de 20% par turbine. Comme il y a des périodes assez longues sans vent, en été comme en hiver, et que le même schéma peut s’étendre à tous les parcs pour une certaine période de temps, le résultat peut se montrer très bas bien qu’elles soient très dispersées. La production journalière des parcs allemands peut se lire chez REISI sur l’internet ou on peut voir les corrélations hivernales. Les chiffres sont parallèles aux autres pays européens et les productions montrent clairement ces hautes pressions d’hiver. Ce qui n’est pas neuf pour qui possède au moins une compréhension de base de la météorologie. En Europe, en 2007, 19 jours d’hiver n’ont offert aux éoliennes, que 8% de leurs capacités. Certains jour la production était proche de zéro, la production moyenne d’octobre fut de 8%. En Allemagne, sur la 16.368 gigawatts théoriques maximum installés seuls 1,318 gigawatts furent produits soit 7%. On peut donc considérer que 8% comme  pourcentage statistique de confiance de la capacité est très optimiste. Sur cinq mois, en Allemagne la productions a baissé de facon vertigineuse à 2% pendant 11 jours.  Bien que l’analyse se soit focalisée sur l’hiver, des problèmes similaires existent bien sur durant les autres saisons, particulièrement au printemps et en automne, quand les machines ne tournent pas pendant leur maintenance. Pendant que les pouvoirs publics tergiversent, Sarkosy annonce la construction de centrales nucléaires de nouvelle génération et saisit ainsi l’opportunité d’exporter de l’électricité tout en devenant totalement indépendant énergétiquement. Finalement, les gouvernements accepte l’idée d’un facteur de charge de 40%.. Si on sait qu’en réalité il ne dépasse pas 30%, cette déclaration parait absurde et ils peuvent rabattre leurs ambitions de 10%. Espérons que cette article dissipe quelque peu le rideau de fumée de la propagande des intérêts sans perdre de vue que des sociétés et des individus font des bénéfices considérables sur des turbines sur-subsidiées. Ils n’assument aucun des couts incrémentaux requis afin de venir en aide à des sources d’énergie intermittentes et de temps en temps virtuellement non-existantes. Le prix en est supporté par les consommateurs puisque ce sont les payements subsidiés qui rendent les dividendes des turbines si importants. C’est un peu moins que le vol du pauvre sponsorisé par le gouvernement au bénéfice du riche.

 

 

13:45 Écrit par walloween dans Economie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : énergie, vent, couts, inconvénients |  Facebook