UA-7101967-1

21/09/2011

Sodomie et Soufisme en Afghanistan

Les sociologues attachés au deuxième bataillon de Marines en Afghanistan ont fait circuler, l'année dernière, un document interpellant à propos de la sociologie pashtun, sous la forme d'un rapport de terrain sur la sexualité des hommes parmi les alliés afghans de Américains. Le document, rendu disponible par des sources militaires, n'est pas classifié et simplement dérangeant. Ne rien demander et ne rien dire ne fait rien pour qualifier le problème. Ce sont des choses que vous ne voudriez pas connaître et que vous regrettez d'avoir entendu. Les Marines gagnent leur pitance avec l'aide de leurs adjoints sur le terrain, mais le rapport s'interroge sur le fait de savoir si la pédophilie masculine possède une dimension religieuse et culturelle, Tentons d'expliquer pourquoi. La plupart des Pashtuns, indique le rapport, sont engagés sexuellement avec d'autres hommes, des garçons, en fait. En fait, la majorité de leurs contacts sexuels se déroulent avec des hommes. Une sexualité contrainte culturellement, bien qu'elle ne soit pas perçue ainsi par leurs pratiquants paraît affecter une tranche de population beaucoup plus importante que certains chercheurs attribuent habituellement à une inclinaison naturelle. Certaines des raisons évoquées trouvent leur origine dans une ségrégation sévère des femmes, le coût prohibitif du mariage relatif aux codes tribaux et la situation de dépression économique dans laquelle se trouvent placés les jeunes Pashtuns. L'équipe de terrain répondait aux interactions scandaleuses entre les combattants pashtuns et les troupes de l'OTAN dont certaines sont contées sur le mode hilare par la presse, par exemple : "A Bagram, les commandos britanniques revenant d'opérations lointaines dans la montagne, ont parlé d'une nouvelle menace alarmante : se faire draguer par des bandes entières de fermiers locaux homosexuels. James Fletcher, soldat écossais dit : " ils étaient plus terrifiants qu'al-Qaeda, un mec aux ongles des doigts de pied nous offrit de vernir les nôtres. Ils errent dans le village, la main dans la main. Lors de l'opération Condor, des douzaines d'hommes des villages qu'ils devaient sécuriser leur firent des propositions. Un autre témoin, de vint ans : "C'était l'enfer, dans chaque village ou nous nous rendions, nous avions droit à un groupe d'hommes maquillés qui se présentaient à nous, qui touchaient nos cheveux et nos joues en émettant des bruits de baisers." Le problème, écrivent les chercheurs c'est que la société pashtun souffre d'un accès aux femmes extrêmement limité en citant un jeune Pashtun interrogé par l'enquête : "je n'ai eu des relations sexuelles qu'avec des hommes, j'aime bien les garçons mais je préfère les filles, mais on ne peut même pas les voir pour savoir su elles sont belles, mais les garçons, on peut les voir et savoir s'ils nous plaisent." Beaucoup de Pashtuns disent que l'homosexualité est, en réalité, interdite par l'Islam, c'est une garantie de honte et de condamnation. Si l'homosexualité est définie spécifiquement et étroitement comme l'amour d'un autre homme. Aimer un homme serait donc inacceptable et un péché capital dans cette interprétation culturelle de l'Islam. Mais utiliser un autre homme afin de gratification sexuelle serait considérée une option indésirable mais toutefois préférable à des relations sexuelles avec une femme inappropriée, qui, dans le contexte de l'honneur pashtun aurait des bonnes chances de se terminer en revanches et en crimes d'honneur. Quel est la prévalence des relations homosexuelles chez les Pashtuns ? Les chercheurs ont noté que les médecins ont du traité une épidémie de gonorrhée parmi les interprètes locaux de leur camp ? Une douzaine se trouvaient atteints de la maladie sur vingt jeunes hommes interprètes, la plupart par voie anale, C'est plutôt anecdotique et l'échantillon est trop faible pour en tirer des généralisations sur la prévalence de l'activité homosexuelle dans l'ensemble de la région mais vu la difficulté à obtenir de telles informations, elles peuvent servir d'indicateur. Par la nouvelle "le coureur au cerf-volant" publiée en 2003, Khaled Hosseini, les occidentaux ont eu une impression de ce que l'équipe de chercheurs appelle " : une tradition culturelle ouvertement célébrée, depuis les temps anciens, la tradition poétique et artistique de Kandahar adore le imberbes pré pubères comme des icônes de beauté physique. De plus, la vie musicale nocturne renaissante des villes du sud afghan adule les chanteurs males pré pubères dont le statut ne demeure que tant qu'ils n'ont pas mué. Les Pashtuns de Kandahar détiennent une notoriété pour leur homosexualité depuis des siècles, en particulier pour leur passion pour les jeunes garçons naïfs. En 1994, avant l'arrivée des Talibans, les rues étaient pleines d'ados se pavanant, accompagnés de leur papy en sucre. On a appelé Kandahar la capitale homosexuelle de l'Asie du sud. Les Pashtuns sont tellement obsédés par la sodomie que les habitants vous racontent qu'ici, les oiseaux ne volent que d'une aile et que l'autre leur sert à couvrir leur postérieur et que le viol des jeunes garçons par les seigneurs de guerre fut un des facteurs clé dans les mobilisations des Talibans par le Mollah Omar, ajoute le rapport. Et bien que les Talibans découragent l'exhibition, on ne doit pas voir çà indépendamment de la culture et de la tradition d'homosexualité du monde pashtun dont ils font partie, ajoute l'auteur. L'homme qui prend un halekon ( jeune amant male) essayent souvent de l'intégrer à la famille en le mariant à une de ses filles quand le gosse n'est plus jeune assez pour jouer le rôle de l'imberbe. Cela permet de maintenir la relation amoureuse entre le père et le beau-fils, ce qui rend inévitablement l'établissement d'une relation normale avec l'épouse, comme l'explique l'équipe de terrain. Ses résultats sont étonnants mais elle met trop l'emphase sur l'étrangeté de la tradition pashtun sans porter assez d'attention au rôle plus large de l'homosexualité dans la culture islamique, en particulier soufie. Ce que les universitaires considèrent aujourd'hui comme l'age d'or de la poésie amoureuse islamique, le haut moyen age persan, fit de la pédérastie homosexuelle un mode amoureux normatif. A l'époque ou Dante et Pétrarque languissaient pour Béatrice et Laura, leurs vis-à-vis, dans le canon de la poésie islamique, Hafez et Roumi, décrivirent leur infatuation pour les jeunes garçons. Le poète soufi afghan de référence, Abdul Rahman Baba, barde du dix-septième siècle, dont on connaît peu de choses, sinon sa fuite avec un jeune garçon nommé Mujnoon. On le portraiture généralement comme un enfant fleur prématuré voué à la paix et à l'amour, c'est sans doute ce que les Talibans pensent aussi puisqu'ils ont fait sauter sa tombe en 2009. La critique de son art est rare mais ses poèmes sont très voisins du style persan de Roumi. La prévalence de la pédophilie homosexuelle dans la poésie islamique classique aussi bien persane que pashtun, suggère que l'équipe ait raté une dimension importante de la question, son aspect religieux. L'argument est le suivant : La pédophilie soufie ne peut pas être écartée comme une rémanence des vieilles pratiques tribales que l'Islam incorpore souvent. Par exemples, les mutilations génitales féminines. La mutilation génitale est une pratique préislamique inconnue dans l'occident ancien comme nouveau. Même si certaines autorités musulmanes la défendent sur la base du Hadith, aucun n'a jamais proclamé qu'elle menait à l'illumination. On trouve, hélas, des pédophiles partout. De par ses origines, le Soufisme fait d'une pratique, considérée comme étant criminelle en occident, une expérience spirituelle définitive. Mais la pédérastie comme exercice spirituel n'est pas, par son caractère, essentiellement différente des pratiques furtives de pervers occidentaux. Comme l'explique les psychologues, c'est là l'expression d'un narcissisme, l'amour d'une image de soi jeune, idéalisée. Toutes formes de mysticisme contemplatif court le danger que l'objet de l'adoration dans lequel se dissout la personnalité ne se termine par soi-même. Cà sonne bien de chercher Dieu dans tout, c'est à dire nulle part en particulier. Le soi devient le tout, l'ensemble se réalise dans un genre d'onanisme narcissique. L'amant ne peut plus se distinguer du tout. Le soi et le tout s'identifient. Il n'y a rien d'autre dans le Soufisme sinon votre propre ego contemplant le miroir carnavalesque de la mystique. L'adepte ne prie plus Dieu qui est entièrement autre, ni le Dieu de la bible ni le Christ des évangiles, mais bien une version plus jeune et plus jolie que lui-même. Dans ce sens, la pédophilie en Afghanistan peut avoir une motivation religieuse distincte.

23/06/2011

la responsabilité de Michelle Martin

Pour qu'une institutrice nourrisse les chiens plutôt que les enfants, c'est que l'emprise de l'homme pervers était plus forte, c'est normal, ce genre de personnage n'a de cesse de harcéler sa victime jusqu'à ce qu'il la sente sous sa dépendance et il emploiera tous les moyens pour cela. les criminels paranoïaques développent des stratégies psychologiques remarquablement cohérentes et dangereuses, le souteneur, le dominateur, le curé, le politicien utilisent les mêmes techniques. La victime est subjuguée, par l’image du père, par la violence, par la récompense, par la punition. On s'étonne même souvent que de tels criminels généralement peu cultivés parviennent à élaborer des stratégies mentales si complexes. Dans mon expérience, ce sont pour la plupart du temps des formations symboliques préexistentes, que l'on trouve chez la plupart de males et qui trouvent à se développer dans le milieu des pervers, du vice ainsi que dans le milieux institutionnels comme l'Eglise, l'armée, La volonté de fascination névrotique atteint des moments paroxistiques. D'ailleurs, ce genre de configuration n'est pas rare à observer; Les gens de bar et la racaille, dans les cafés expose spontanément ce genre de comportement. Ceux qui veulent faire boire les femmes à toute force, ceux qui les droguent, qui leur fournissent des cachets. etc... Le criminel sadique, en plus grand nombre qu'on ne l'imagine est un prédateur dont la première sensibilité est la faiblesse de l'autre, le défaut de la cuirasse, là ou çà fait mal comme on dit. Si la victime potentielle est faible de caractère, amoureuse, illusionnée, mythomane, ce qui est assez fréquent chez les deux sexes, son compte est bon en somme, elle perd son image du corps, son identité, parfois la conscience de organisation nerveuse et spaciale. Elle devient finalement une "victime de l'amour" ce dont, la sotte, est fière, elle est possédée, elle est femme, Les voies d'approfondissement du sujet offre de nombreux sentiers, c'est grave çà finit par faire des foules de femmes, d'enfants polytraumatisés qui transforme la société en un monde fantomatique, ils font alors de nouveaux complices et de nouvelles victimes, c'est la recette de la tyrannie universelle qu'ont toujours voulu imposé, depuis les origines, l'homme comme male, posséder des esclaves, en somme. C'est pourquoi je pense que malgré les verdicts, la responsabilité de Michelle Martin est limitée dans cette affaire. Si les proxénètes ont une mentalité de politicien et les politiciens des comportements de souteneur, alors sociologiquement, les pires scenarii sont possibles et imaginables. En plus de l'emprise mentale, il y a l'emprise physique, les mauvais traitements, les coups qu'on ne voit pas, je ne vois aucune raison de garder ces dégénérés en vie!

21/05/2011

Le sexe, le pouvoir et les Français

L'affaire a ramené les clichés les plus éculés, et parmi d'autres  que les anglo-saxons ont les scandales sexuels tandis que les Français ont des problèmes d'argent. Ce qui s'est passé à New-Yorkest censé être l'exception de la règle, c'est dichotomie entre les anglo-saxons et les français est la pire des rengaines reprenant éternellement le refrain: " les anglo-saxons sont pudiques et réprimés tandis que les Français exhibent une attitude triomphante et ouverte à ce propos". Donc il serait impossible de concevoir un scandale sexuel français puisque personne ne serait choqué de voir desgens proéminents engagés dans des affaires extra-maritales, ce serait simplement un comportement parfaitement normal mais cette vision qu'on peut avoir des Français est fausse.


Mensonge pernicieux

C'est ce même stéréotype paresseux qui perpétue la notion que les Français sont d'extraordinaires amants. Le sexe ne leur donne aucun maux de tête aussi peuvent-ils chasser et mettre en pratique l'acte avec toute la fier passion de leurs gènes frénétiques gaulois.

La différence entre les culture n'est pas le sexe mais la politique et le pouvoir, naturellement cela convient à tout le monde d'entretenir l'équivoque. La presse étrangère et anglo-saxonne en particulier, se gargarisent de sondages pathétiques sur le nombre moyen annuel ,qui constitue un record du monde,  de préservatifs par mâle ou comment des hôtels entiers sont loués en bloc par des fonctionnaires d'age moyen qui trompent leurs femmes pendant deux heures dans l'après-midi. D'autant plus que si vous êtes français le reste du monde  vous fait le compliment de vos qualités, alors pourquoi nier? Mais tout cela n'est que du délire de perverti et un délire vicieux comme les évènements récents viennent de le montrer. Imaginons un ancien ministre, puissant et charismatique, pépite de son parti, à l' intellect subtile mais aussi passionnément intéressé par le sexe. Imaginons que tout au long de sa carrière, on le connaisse comme quelqu'un qui utilise à la fois sa position et sa force physique pour mener les femmes au lit. Sas amis le préviennent que son comportement tient du harcèlement sinon de l'abus, mais il continue.

Dans la foule

Ce qui arrive dans une société c'est que l'homme est exposé à la presse; intrusive, du soir, exploiteuse, peut-être mais les journaux découvrent des secrets et le bonhomme est forcé de changer ou de partir.

Mais qu'arrive-il en France? En France les comportements archaïques comme la sexualité agressive sont tout simplement ignorés par la presse.
Les lois sur la vie privée leur interdit de publier, seulement, dans tous les cas, les journalistes set les politiciens forment la même chalandise métropolitaine et " bon c'est ainsi, on le connait, c'est un grand séducteur, ha...ha...; mais personne ne s'est jamais plaint n'est-ce-pas?" Ceux qui savent ne disent rien, et l'animal finit par croise qu'il peut faire n'importe quoi n'importe où. En France, l’éden révolutionnaire, toute la vie politique et culturelle, tourne autour des élites.

On épargne à ces gens toute intrusion dans leur existence et quelques-uns en arrivent à agir comme des flâneurs fin de siècle à la Guy de Maupassant. collectionnant les maîtresses en perpétuant le mythe du séducteur latin. Mais je peux vous assurer que la plupart des gens ne mènent pas ce genre de vie. Et s'il peut sembler; qu'en France, les élites entretiennent une sorte de tolérance ultra-sophistiquée et tellement "moderne" à l'égard de leurs habitudes sexuelles, c'est principalement parce que nous n'en savons rien.

22/04/2011

Origines et techniques du système MONARCH

La programmation MONARCH est une méthode de contrôle mental utilisée par de nombreuses organisations à des fins cachées, c'est la suite du projet MK-ULTRA, programme de contrôle mental mis au point par la CIA et testé sur des militaires et des civils. Ces méthodes sont étonnamment sadiques(l'entièreté de ses moyens consiste à traumatiser les victimes) et les résultats attendus sont horrifiants. La création d'un esclave contrôlé mentalement qui peut être déclenché n'importe quand afin de réaliser une action requise par le manipulateur. Alors que les médias ignorent ce fait, plus de deux millions d'américains sont passés par les horreurs de ce programme. Cet article fait un tour d'horizon des origines de cette méthode et de son symbolisme. La programmation MONARCH est une technique de contrôle mental qui comprend des abus rituels de type satanique et l'utilisation des affections psychologiques liés à la personnalité multiple, elle utilise la psychologie, les neurosciences, des rituels occultes pour créer chez le sujet une personnalité alternative utilisable par les manipulateurs. Les esclaves MONARCH sont utilisés par de nombreuses organisations en relation avec avec les élites militaires, le monde de la prostitution et celui du spectacle.

Lire la suite

18/04/2011

guerre globale

La machine de guerre globaliste se fixe sur la Syrie

La guerre de Libye ne pouvant que s'étendre, le précédent d'attaquer une nation souveraine à partie de rapports non vérifiés et d'assister une insurrection armées à l'aide de fonds étrangers est d' hors et déjà utilisé comme fondements d'une campagne similaire en Syrie. Le « précédent libyen » constituait déjà une doctrine articulée bien avant que le groupe de réflexion du syndicat de la finance incarné par Joe Lieberman et Nicolas Sarkosy ne commencèrent leurs prouesses médiatiques. Un rapport du 26 février 2011 de l'institut Brookings titrait : «  La Libye, Test pour le Nouvel Ordre Mondial », L'intervention y était décrite comme un « test que doit passer la communauté international .» Un échec ne pourrait que « secouer davantage la foi des peuples de la région en l'ordre international émergeant et la primauté de la loi international. » Le succès, ajoute le rapport, «  tracer une ligne sur le sable et démontrer aux autocrates arabes ce qu'il en coute d'attaquer leur peuple plutôt que de construite un dialogue sur des réformes de fond » Par réforme, Brookings, naturellement signifie, l'intégration au « système international » patronné par le syndicat de la finance. Fin mars,après le début des bombardements en Syrie, la France de Sarkosy se fera l'écho de ces sentiments : « Les chef d'état et plus spécialement les Arabes doivent comprendre que la réaction de la communauté internationale sera chaque fois identique, nous serons aux cotés des manifestants pacifiques qui ne doivent pas être réprimés par la violence.» et d'ajouter : » La résolution 1973 de l'ONU est un modèle de « gouvernance mondiale ». Pendant une conversation avec un journaliste de Fox-News Lieberman a aussi menacé la Syrie d'une intervention dans le style libyen. Ce que Lieberman et Sarkosy ont oublié de mentionner que l'opposition en Syrie est aidée et financée, comme l'opposition dans le monde arabe par les mêmes intérêts financiers coalisés qui leur rétrocèdent leurs arguments. La plus grande partie de l'opposition syrienne est composée d'activistes basés à Londres, Les Frères Musulmans, leur « coalition nationale d'aide à la jeunesse » et naturellement les jeunes activistes, eux-mêmes, financés par les États-Unis de leur propre aveux. Sarkozy et Lieberman oublient de mentionner que ces protestataires ne se contentent pas de chanter des slogans et de coller des affiches. Échauffourées, violence, tirs, incendies et affrontements avec les forces d'ordre et les résidents loyaux au gouvernement syrien, font l'objet de rapports venant d'un peu partout dans le pays. Dans la cité de Deraa, des manifestants ont incendié le local du parti Baath et détruit les voitures garées autour dans la rue. Deux manifestant ont aussi été tués alors qu'il voulaient mettre le feu un autre immeuble gouvernemental dans la ville de Ladakia. Clairement , les manifestants ne sont pas « pacifiques » et portent la marque de la violence et d'une volonté d'incendier assez généralisée. Il est difficile de comprendre pourquoi un gouvernement responsable serait prêt à accepter d'autoriser une foule financée par l'étranger à perpétrer l'incendie, le vandalisme et le but exprimé de renverser le gouvernement actuellement en place. Agir ainsi signifierait que n'importe qui, disposant d'assez d'argent étranger pourrait financer ceux-là disposés à détruire la propriété et à risquer la vie des locaux afin d'extorquer leurs exigences du gouvernement. On ne comprend pas non plus que des manifestants soient continuellement labellisés comme « pacifiques » par intermédiaires étrangers et des fauteurs de guerre tels Joe Lierberman et Nicolas Sarkosy. La violence exhibée par les manifestants est intentionnellement conçue afin de provoquer les forces de sécurité syriennes qui tentent de maintenir l'ordre. Au fur et à mesure de la réaction de ces forces, les médias associés et les marionnettes politiciennes s'évertuent à discrédité la légitimité du gouvernement syrien en citant la violence pour intervenir de plus en plus dans les affaires syriennes. Pour s'assurer que la violence et les chaos continuent, des provocateurs sont souvent utilisés pour tuer à la fois manifestants et forces de l'ordre, comme on l'a vu en Thaïlande, au Yémen et en Syrie victimes de « tireurs mystérieux » Hillary Clinton a averti la Syrie de « restreindre la violence à l'égard de son propre peuple » et renforcer ainsi le scénario libyanesque. Comme en Libye, on nous fait croire que nos directions politiques réagissent à des évènements spontanés au sol, alors, qu'en réalité, ils exécutent un agenda inscrit dans les tablettes depuis 1991. Regardons plus loin que les marionnettes politiques et le syndicat de la presse qui répète, à l'envi, ces arguments prémédités, et intéressons-nous à l'oligarchie financière qui les dictent. Nous devons les voir comme le réel problème et les remplacer par la vraie révolution.

 

10:21 Écrit par walloween dans international, Monde, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : guerre, syrie, lieberman, sarkozy |  Facebook