UA-7101967-1

19/10/2011

L'incroyable spectacle du chien et du poney

Quelqu'un prend-il encore le couple Merkel-Sarkozy au sérieux ? La gestion perceptive n'est pas une solution

Depuis 18 mois, chaque fois que la réalité menace d'envahir l'Europe, Merkel et Sarkozy se précipitent sur la scène globale et répètent leur exhibition. Les médias à la botte déclarent que c'est un triomphe artistique et la solution de l'insolvabilité de l'Europe. Le fait est qu'on a vu ceci se répéter encore et encore est absent de la presse financière qui n'est jamais lasse de redire que la solution va mettre fin à la crise bancaire européenne ; quelques jours ou quelques mois plus tard, la réalité s'impose à nouveau, l'insolvabilité systémique remontre sa tête hideuse et voilà le duo dynamique du théâtre politiquesyd-on-benji_lg.jpg européen qui ressaute sur scène pour une autre démonstration infatigable de leurs clichés. Peu, parmi la presse institutionnelle s'arrête pour demander si le chien et le poney détiennent le pouvoir de recapitaliser sommairement les banques et de réaliser toutes leurs phrases grandioses. Et moins encore ose observer qu'ils peuvent tout aussi bien demander la séparation des mers, la situation est hors de leur contrôle et leurs mimiques sont toutes au service d'une gestion de la perception, c'est à dire nourrir l'illusion qu'ils détiennent un contrôle sensé sur la situation, ce n'est pas le cas, et qu'elle est gérable par une manipulation de la perception et ce ne l'est pas. Merkel et Sarkozy ont emprunté cette façon de faire directement au scénario à la réserve fédérale, c'est sa théorie ontologique fondatrice : la question, la réponse et le problème ne sont que des affaires de perception. Si ce prolétariat crasseux et les serfs de la dette ressentent que tout va bien, que la sûreté est présente, alors l'état providence mes a mis au lit sans drames. Ils recommenceront et continueront, dès lors et à nouveau, à dépenser et à emprunter sans soucis ni de la réalité ni du futur. C'est l'erreur fondamentale, l'économie globale n'est pas bâtie sur une culture, mais sur la réalité des prix, les bilans comptables et les déclarations de revenus, les vastes concentrations de richesse et de pouvoir, les déséquilibres systémiques précaires, l'exploitation brutale qui commandent à la mauvaise gestion de banques centrales politiques et manipulatrices. L'absurde théâtre de Sarkozy et Merkel sur le thème du plan B, n'est pas crédible, il est incroyable. Pour combien de temps encore le faon des médias financiers globaux va-t-il revenir sur cette même comédie idiote mise en scène par des amateurs hagards. Le jour ou l'audience sera finalement fatiguée du spectacle de foire de la troupe du chien et du poney, les solutions réelles consistant à effacer des milliards d'euros de crédits illusoires ou irrécupérables, le bris d'une euro-zone dysfonctionnelle pourra commencer.

 source

01/10/2011

La gériatrie allemande peut-elle sauver l'Europe ?

Alors que la Grèce fait du funambulisme sur le fil de sa dette, qui pourrait bien faire tomber les banques qui nous entourent et nous précipiter dans la panique, un consensus se construit autour de  la seule voie de sortie que nos génies imaginent :  raboter la dette grecque, lui faire une coupe structurée et compenser en fourguant des euro-obligations à la moitié de leur valeur faciale des titres grecs, garanti par la banque centrale européenne, ensuite, un nouveau grand plan de stabilisation européenne afin de recapitaliser à coups de trillions d'euros les banques européennes menacées comme celles du Portugal, de l'Espagne, de l'Irlande et de l'Italie en admettant que le privé fuit leurs titres. Une telle solution, quoi qu'il en soit, ne peut venir que de l'Allemagne, nation la plus riche d'Europe, et cela ne lui plait guère que de prêter de l'argent à des squelettes du club Med dont les états providences sont plus généreux que le sien. Politiquement, cela ne va pas être possible de cajoler ou de faire pression sur les Allemands très longtemps encore pour qu'ils soulagent l'euro-zone de la chute qui pourrait amener la dépression et faire disparaître l'Europe. L'autre raison pour elle  s'accrocher à cette démographie et à ce populisme de bonnets c'est, qu'à chaque nouvelle décade de ce siècle, l'Allemagne sera de moins en moins capable de soutenir son dynamisme, alors, vous comprenez, soutenir le continent ! Si on s'attache à observer les statistiques de population, on se rend compte que les gens qui sont censés ramener l'Europe à la solvabilité deviennent de plus en plus vieux et de moins en moins nombreux. En 2010 avec 82 millions d'allemands, 26% ont plus de 60 ans, 20% avec 65 ans ou plus et 5% sont âgés de 80 ans ou plus.. Faisons une incursion en 2050. Entre 2010 et le milieu du siècle, 12 millions d'allemands mourront et l'Allemagne sera une nation de 70 millions d'habitants ou l'age moyen sera passé de 44 à 51 ans et l'espérance de vie des allemands passera de 80 ans aujourd'hui à 84 ans. Ils vivront 4 ans de plus, certes mais cela signifie aussi 4 ans de plus en soins payés par un public qui lui-même rétrécit. Aux environs de 2050 les Allemands de plus de 60 ans passeront de 26 à 40% et ceux de plus de 65 ans de 20 à 32,5%. Quant à ceux de 80 ans et plus, ils passeront de 5 à 14% de la population. En 2050, un allemand sur trois auras plus de 65 ans et un sur sept plus que quatre-vingt. C'est un poids important pour les travailleurs dont le nombre se sera vu  réduit drastiquement. De plus, le pourcentage de femmes allemandes en age d'être gravide entre 15 et 46 ans sera tombé de 45 à 34%,  garantissant ainsi un déclin continu jusque la fin du siècle. Il n'y aura pas eu une seule année entre 1970 et 2050 durant laquelle l'Allemagne, ait approcher le taux de remplacement de 2,1% par femme. Au milieu du siècle, et pour 80 années consécutives, elle  aura connu une décroissance continue. Comme si cette nation prenait lentement congé du monde.  Tout en venant en aide au club Méditerranée, une force de travail allemande, qui ne cesse de rétrécir devra transporter une cohorte toujours grandissante des gens âgés et retraités tout comme en Europe du sud, percluse de dettes. Si on observe une nation comme la Grèce En 1950, près de la moitié de la population avait 24 ans ou moins. En 2050, moins de 25% aura 24 ans ou moins. Aujourd'hui un quart des grecs ont 60 ans ou plus ; en 2050, ils seront 38%. Et si maintenant, 4% des grecs ont 80 ans ou plus, dans quarante ans, ils auront triplé. L'Italie, peuplée de 60 millions d'habitants en perdront 3 millions sur 40 ans et les Italiens de plus de 65 ans, s'ils sont 20 % de nos jours, ils seront un tiers eu milieu du siècle. Ceux de plus de 80 ans passeront de 6 à 13% et leur espérance de vie augmentera de 4 ans. Aucune nation d'Europe n'a un taux de naissance suffisant pour remplacer les indigènes. Le partage se manifeste par une masse de travail en pleine régression et par une éligibilité toujours plus importante aux fonds garantis par l'état, aux soins de santé et à la sécurité sociale, secteurs en pleine croissance. Ce sont les Allemands qui mènent l'Europe vers des maisons de repos et les hospices. L'Europe a besoin de plus de jeunes pour maintenir le dynamisme du continent et maintenir les promesses faites à ses peuples. Au sud, les populations musulmanes du Maghreb et du moyen orient, en pleine explosion démographique, semblent prêtes à venir aider. La fin du mode ne s'exprime plus par la promesse de l'apocalypse mais par des couches culottes.         

08/03/2011

carnaval Maastricht 2011

23/02/2011

Désordre de personnalité

Une personnalité est une collection de façons de penser et de ressentir qui permet d'interagir avec les autres, mais pour certains, ce n'est pas le cas.

Quels sont les symptômes?

Vous pourriez souffrir d'un désordre de personnalité si:

  • certains aspects de votre personnalité rend votre vie difficile ainsi que celle des autres.
  • l'expérience ne vous permet pas de modifier votre comportement ni ses aspects inutiles
  • vous trouvez difficile de créer des relations avec les amis, la famille, les collègues.
  • vous trouvez difficile de contrôler vos sentiments ou votre comportement.
  • Vous avez l'impression d'ennuyer ou de blesser certains parce que vous êtes en détresse.

La cause des désordres de la personnalité n'est pas claire, mais il existe des preuves similaires à d'autres problèmes mentaux, les gènes, les maladies cérébrales et l'atavisme peuvent jouer un rôle. On pense généralement que 10% de la population souffre d'une forme ou d'une autre de cette affection.

Les problèmes de personnalité tendent à tomber en trois groupes munis chacun de ses propres sous-groupes complexes:

Suspicieux
  • paranoïde, si vous soupçonnez les autres tout en étant sensibles au rejet avec une tendance à l'acrimonie.
  • schizoïde, si vous ne pouvez entrer en contact avec les autres et préférer une solitude enveloppée d'une monde fantasmatique riche
  • schizotype, si vous avez des idées bizarres et des difficultés pour penser, si les autres vous trouvent excentriques et que vous puissiez voir ou entendre des choses étranges. Émotionnel et impulsif
  • antisocial, quand vous ne vous souciez pas des sentiments des autres, si vous devenez facilement frustré et agressif et que vous trouviez difficile de développer des relations proches, que vous agissiez sous l'impulsion de l'instant sans vous sentir coupable tout en restant incapable de retenir les expériences déplaisantes.
  • comportement limite et instabilité émotionnelle, si vous agissez sans réfléchir, si vous ne contrôlez pas vos émotions, vous pouvez ressentir un sentiment de vide, vous vous auto-mutilez et tout en étant à même de vous créez rapidement des relations, vous pouvez néanmoins les perdre facilement, vous pourriez, aussi, vous sentir paranoïde ou déprimé, entendre des voix ou des bruits.
  • histrionique, si vous avez tendance à l'égocentrisme et à une sur dramatisation des évènements, vous émotions sont fortes mais vous en changez souvent, si vous etes très soucieux de votre apparence et aimez à suscitez l'excitation.
  • Narcissique: si le succès, le pouvoir et le statut vous obsède, vous cherchez l'attention et tendez à exploiter les autres pour votre propre gain. Anxieux
  • obsessif compulsif : si vous êtes perfectionniste, soucieux du détail de tout, vous êtes méfiant et trouvez difficile de pendre des décisions, vos conventions morales sont hautes, inquiet de mal agir et que vous jugiez les autres, vous êtes sensible à la critique et pourriez avoir des pensées et des comportements obsessionnelles.
  • Évitant: vous êtes anxieux et tendu, vous ne vous sentez pas en sureté, vous vous sentez inférieur aux autres et voulez être accepter, vous etes sensible à la critique.
  • Dépendant: si vous comptez sur les autres pour prendre des décisions à votre place ou faites ce que les autres veulent, vous trouvez difficile de réaliser les taches quotidiennes, vous vous sentez inutile, incompétent et facilement abandonné par les autres.

Quel traitement?

Des thérapeutiques variées y compris la psychothérapie et le comportementalisme cognitif peuvent aider. La communauté thérapeutique ou vous pouvez vous rendre et parfois y rester pour plusieurs semaines ou pour plusieurs mois peuvent aider. La presque totalité du travail se passe en groupe ou vous apprenez à vivre avec les autres dans une unité qui diffère de la «vraie vie» en ceci que les désagréments et les colères se passent en milieu sécurisé. L'équipe et les autres patients vous aident dans la résolution de vos problèmes et apprennent d'eux. L'usage de substances anti psychotiques peut réduire le groupe suspect des désordres tels les comportements limites, si les gens sont paranoïaques, si ils entendent des voix ou des bruits. Les antidépresseurs peuvent aider dans les désordres émotionnels. Quelques antidépresseurs, inhibiteurs de reprise de sérotonine peut aussi réduire les problèmes de la personnalité anxieuse, des stabilisateurs d'humeur tel le lithium peuvent aussi réduire l'impulsivité et l'agression.                                                                                                                                         partim

16/10/2010

Tout va mieux pour Eminem

youngeminem.jpg

La lèpre du harcèlement scolaire est un sujet de conversation qui tient, pour le moment, une place importante dans le débat américain. Le rappeur Eminem a défendu, dans une grande émission télévisée, ses sorties homosexuelles comme son  histoire pour améliorer son existence. Comme élève d’une école primaire du Detroit métropolitain, le jeune Marshall Mathers (sur la photo) fut la cible de harcèlements si sévères que sa mère a fait un procès la direction de l’école en l’accusant d’avoir échoué à protéger suffisamment  son fils. Dans sa plainte de 1982, Deborah Mathers allégea que son enfant de neuf ans, inscrit à l’école primaire Dort, eut à subir les assauts répétés d’une partie de ses condisciples. Son fils, écrivait-elle, fut battu si fort  qu’il  souffrit d’une commotion cérébrale, de migraines post-traumatiques, de pertes intermittentes de la vision et de l’ouïe ainsi que d’autres blessures à la tête, au dos et au cou. Elle détaille aussi les attaques subies par son fils au cour d’une partie de chaises musicales. La demande de dédommagements élevée à  10.000 dollars; présentée par son avocat , fut rejetée au nom de l’immunité gouvernementale. Quand Eminem parla de ces évènements, durant son échange avec le journaliste, personne ne  posa la question de savoir si les paroles de ses chansons, ou reviennent souvent le mot “tapette”,  puissent  créer une impression négative sur certains homosexuels et auditeurs et dès lors entretenir l’atmosphère de harcèlement. -TSG