UA-7101967-1

17/08/2014

Le Zéro

Aryabhata, né à Kusumapura près de Patna en 476 après Jésus Christ y est mort en 550, fils du Bihar, astronome et mathématicien indien . Il découvrit le zéro et il affirmait déjà que la terre tourne autour du soleil , Il orna la cour de Chandragupta Vikramaditya et écrivit un ouvrage de mathématiques en vers que l'on nomme Ayabhatiya.

On accepte généralement l'idée que la notion de zéro telle qu'elle est aujourd'hui trouve son origine dans deux cultures séparées géographiquement, chez les Mayas ou il apparaît au début de notre ère et en Inde. Il s'emploie comme séparateur ou comme indicateur de direction.

Le zéro égyptien, ou phonogramme nfr signifie cœur, bronches et poumons, le logogramme soit beau remonte à plus de 4.000 ans, mais ses voyelles sont inconnues. Reproduit trois fois, il incarne la beauté et la bonté. Le même signe s'utilise sous la treizième dynastie du moyen-empire, vers 1770 avant notre ère. Ici, il révèle un mode de comptabilité en partie double ou comme dans le bilan moderne la balance doit s'établir à zéro lors des échéances.

Si zéro incarne un positionnement, alors il est présent à Babylone, en tant que numération positionnelle avant la première occurrence du zéro indien. Si c'est un espace vide, un tel zéro, dans un espace numérique bien défini se trouve présent dans les mathématiques chinoises avant le commencement de l'ère commune. La dissémination vers l'ouest du zéro indien est une part intégrale de la numérotation indienne et son histoire, bien connue, est un des épisodes les plus remarquables de l'histoire des mathématiques.

Pour mieux appréhender ces apparitions premières, il est nécessaire de les replacer dans les contextes sociaux qui les constituent. Menninger indique que la valeur des positions est unique pour les trois sources et, qu'en aucun cas, elles n'étaient perçues comme une valeur, que ce soit par les grecs, les aztèques ou les égyptiens. Un zéro comme nombre leur auraient paru superflus dans les trois cas.

Il est difficile de développer, sur si peu de place, des détails qui possèdent chacun leur importance. Procédons de manière anecdotique. C'est une des joies de l'ingénieur que ce zéro, ce centre, ce barycentre, ce point d'inertie, centre de la sphère, du cercle, centre de la bobine du moteur, le centre de l'axe Chaque volume matériel, qu'il soit régulier ou non, possède un centre de gravité, le barycentre d'un objet irrégulier ne peut de résoudre que par des séries linéaires paramétriques à condition de connaître sa topographie ce qui s'est trouvé extraordinairement facilité par les moyens électroniques contemporains que nous connaissons tous.

Passant de position à instrument de calcul, le zéro a traversé les plus grands esprits de tous les horizons depuis de nombreux siècles. Il est, aujourd'hui, sans doute, un des symboles globaux les plus invasifs qui soit. L'histoire du zéro, c'est quelque chose fait de rien. Ce fameux zéro, si vous on l'ajoute ou on le retire rend 10% plus riche ou plus pauvre. Pour les grecs Il n'existe aucune conclusion évidente qui permette d'affirmer que le symbole existait dans leur langue. Ce sont les indiens qui commencèrent à comprendre le zéro a la fois comme symbole et comme idée. Brahma gupta, vers 650 ap. J.C utilisa, le premier l'addition et la soustraction des nombres positifs et négatifs. Sa seule erreur fut la règle de la division par zéro et il faudra attendre Newton et Leibnitz pour la lever.

Évoquons aussi l'absence, le vide dans les traditions indo-boudhistes puisqu'après la réalisation du vide, la shunya, vient le centre de la graine ou tout est concentré, ensuite, la manifestation physique ; finalement, on doit implanter la syllabe. Leurs correspondances mathématiques furent vite établies. Il est dit : « Tout comme le vide de l'espace est une condition nécessaire pour l'apparition de tout objet. Zéro n'est pas un nombre donc il est la condition de tous les nombres. » Le concept et son symbole sont déjà bien établis aux époques paléochrétiennes. La pierre d'angle de ce savoir, dans l'Europe médiévale est le Liber Abaci, l’œuvre de Fibonacci (1170-1250) qui voyagea longtemps en Afrique du nord,en Sicile, en Égypte et en Syrie et en rapporta ces connaissances.

Le meilleur compte-rendu des Mayas précolombiens date de la conquête espagnole. Un prêtre, Diego de Landa écrit l'histoire des traditions mayas en 1566. Leur système comporte trois symboles, un tiret pour un, une barre pour cinq et un zéro qui ressemble à une coquille. Avec ces trois symboles, les Mayas se trouvaient à même de représenter n'importe quel nombre de base vingt.

Le zéro n'a fait que gagner du terrain depuis lors et aujourd'hui on ne pourrait plus s'en passer. Nous sommes tous les invités de Hilbert et des quadriques. Ce centre d'équilibre conditionne la mise en œuvre de toutes les convergences mécaniques.

Pensons aussi à Samuel Joel "Zero" Mostel (1915 -1977) acteur et comédien américain à la scène et à l'écran, bien connu pour ses créations comiques qui fut poursuivi, dans les années 50 par le comité des activités anti-américaines

Une pensée plus personnelle et plus émouvante pour le chocolat Zero comme O° centigrade que la firme belge Meurisse mit sur le marché en 1954.

Nous avons aussi la locution « tolérance zéro » à l'usage des intégristes de la vertu sociale. Il faut dire aussi que le zéro ressemble à un trou, mais cela nous emmènerait trop loin, le lune est déjà haute, je n'ai plus d'huile, mon encre est séchée, c'est la nuit, les oies sont loin. Adieu vieil Arya, adieu vieux Putrah adieu d'Artagnan nous reviendrons et chevaucheront à nouveau ensemble dans la forêt de Sénantes et des Védas

Et pour en finir avec les degrés zéro

le Mitsubishi A6M Zero est un chasseur à long rayon d'action de l'aéronavale japonaise. Quand il fut introduit en 1940, il est considéré comme le meilleur chasseur du monde. Combinant une excellente manœuvrabilité et un long rayon d'action. Au début des combats, il acquit une réputation légendaire en combat singulier, vitesse maximale 500 km/h à 4.000 mètres, 2 mitrailleuses de 7,7 mm. 2 canons de 20 mm. dans les ailes de 60 obus chacun, 2 bombes de 50 kilos ou une bombe de 250 kilos pour attaque en piqué

Laissons Karl pour plus tard, comme nous dirigeons vers la fin des deux pages imparties, voici, en annexe, pour les amateurs des lettres détendues, ce que le rimailleur en a fait.

--------------------------------------

Se lit sans rire,

chaque ligne est une scansion,

ad libitum

Passant des redites au jusant,
traversant les seigles injurieux.
Il est, aujourd'hui,
un destinataire des plus invasifs qui soit.
c'est l'enjambée du gadjo,
que chaque occupation compose
en exutoires divers .
si on l'ajoute
il vous rend aux grecs,
une telle esplanade n'existe pas.
Ce sont les indiens qui comprennent le glaviot à loques
comme le surveillant et comme l' afghane.
Brahma gupta utilisa, le premier, la cravache
avec la règle de controverse par en-tête
et il faudra attendre Newton et Leibnitz
pour lever la squaw à la bourrue
tandis que don Diego besognait la vigneronne,
le voiturier tiqua,
C'est une des petites confréries
du vigneron cognassier,
cet inverti, ce barycentre,
ce point de guibolle,
genre campo de la saveur,
de l' auriculaire , de l’Auvergne,
du débordement, le sansonnet dans l'axe.
Si c'est un typographe vide,
un certain chapelain,
dans une voiture zoologique
devant l' halluciné à la casaque blasée.
La photo vers l'ouest du concerto indien
est une part intégrale de la keuf et son parvenu,
elle est un des minarets les plus espiègles
de la dénivellation des mathématiques.

_______________

Pour finir, en suivant ce lien et en regardant les mobiles à droite du panneau, vous aurez l'impression immédiate de la notion de zéro dans les espaces hilbertiens.

19:46 Écrit par walloween dans Culture, Lettres, Science | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

31/07/2014

Trois poèmes anglais

 

Petit agneau, qui te fit, le sais-tu " tu broutes et tu donnes ta vie, près du ruisseau ou dans le pré, tu donnes ton vêtement exquis, le plus doux, le plus laineux et le plus brillant et de ta tendre voix, la vallée s'émerveille. Petit agneau, qui te fit, le sais-tu, je vais te le dire, on t'appelle de mon nom, car c'est lui l'agneau, il est humble, patient et il est doux, il devint un petit enfant, moi un enfant et toi un agneau, nous portons son nom Que Dieu te bénisse, petit agneau! Que Dieu te bénisse !

                                   William Blake, chansons d'innocence, 1719

Vais-je te comparer à un ciel d'été, es-tu plus aimable, es-tu plus douce? Vents arides qui secouent les bourgeons de mai, les flâneries de l'été sont bien courtes. Parfois trop chaud, l'œil brille dans les cieux, dans son or disparaît la beauté, comme 1a beauté parfois disparaît, par hasard, comme la nature change de cours, sans fards. Mais l'éternel été ne s'évanouira pas et gardera la possession de ta beauté Pas plus que la mort n'emportera ton errance dans son ombre, tu grandiras dans les lignes du temps; tant que les hommes peuvent respiré tant que les yeux peuvent voir, que vive ce poème, et qu'il te donne la vie.

                                   Shakespeare Sonnet XVIII

J'ai entendu parler de la grise Lucie et quand je traverserai la forêt, verrai-je peut-être dans une trouée du jour, l'enfant solitaire, qui vit dans un grand marais et ne connaît personne, chose la plus douce qui naquit au milieu de nous, tu peux observer le faon qui joue, le lièvre sur l'arbre, mais tu ne verras jamais le doux visage de la grise Lucie. "Ce soir, viendra l'orage et tu dois partir à la ville, prends une lanterne, mon enfant, pour éclairer ta mère dans la neige", " Je le ferai volontiers, Père: c'est l'après-midi, la cloche du pasteur vient de sonner deux heures et la lune est loin" Le père prit son crochet, attrapa un fagot et le plia, Lucie agrippa d'une main 1a lanterne. Nulle lumière dans la montagne, d'un pied badin, elle disperse la neige poudreuse qui s'élève comme une fumée. L'orage vint avant son temps: elle erra de haut en bas et grimpa bien des collines mais ne rejoignit jamais la ville.

                          Wordworth Poésie

04:33 Écrit par walloween dans Lettres | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

Royaume de Fantaisie

Keats quelques heures avant sa mort

Royaume de Fantaisie

Laisse toujours la fantaisie errer,
Le plaisir n'est jamais à la maison,
Une caresse de sa douceur mêle,
Ses bulles aux larmes de la pluie.
Laisse , la fantaisie ailée, vagabonder
Par les pensées, qu'elle répand derrière elle,
Ouvrant, toute grande, la porte de la cage,
Elle darde fort et blesse les nuages.
Laissez courir la douce fantaisie.
Nous gâtons les joies de l'été,
Celles du printemps s'évanouissent.
Comme naquirent les lèvres rouges
Des fruits de l'automne.
dissous dans la rosée
Le goût affadi. Que faire, alors?
Assied toi près de l'âtre,
Quand le fagot brûle et éclaire.
L'esprit d'une nuit d'hiver,
Quand la terre silencieuse,
Enfouie dans la neige immobile,
Soulagée du laboureur, conspire
Entre le jour et la nuit,
Pour bannir l'indifférence.
Assied toi et envoie partout,
L'âme exaltée, la fantaisie
Enfin reconnue, des vassaux
L'attendent, elle amènera,
En dépit du gel, des beautés
Que la terre a oublié.
Elle t'amènera,
Tous les délices de l'été,
Tous les bourgeons de mai.
Les pluies et les rosées
T'apporteront le meilleur
De l'automne, immanent, immobile.
Elle mêlera ces plaisirs
Comme trois vins dans une coupe
Et tu les boiras
Tu entendras clairement
Le chant des moissons
Crépiter des grains agités.
De doux oiseaux entonner l’aube
Et au même instant,
L’alouette d’avril
Les corneilles, aux mines affairées,
Qui fourrage pour des brindilles.
Tu saisiras, d’un seul regard,
La marguerite et le souci.
Les lys blancs et les premières aubépines,
La hyacinthe toujours ombragée,
Reine saphir de la mi-mai.
Et chaque feuille, chaque fleur
Perlées de la même pluie
Tu entendras le cri du mulot
Amaigri par son sommeil confiné.
Le serpent émergeant de l'hiver
Laissant sa peau sur les rives ensoleillées.
Tu verras les œufs tachetés
éclorent dans l'arbre rabougri
Et la poule d'eau, étendre son aile,
Sur son nid moussu.
Puis , l'alarme et l'urgence,
Quand l'essaim prend son vol.
Et que chantent les brises de septembre
Quand les grenaches se posent.
Libérez la douce fantaisie,
Tout est usé par le temps
Où est la joue qui ne fane pas
d'avoir trop bavarder?
Où est la fille aux lèvres
Matures et toujours neuves.
Où est l'œil, aussi bleu soit-il
Qui ne pâlit pas?
Où est le visage
Que l'on rencontre partout?
Quelle est la voix, si douce
Qu' on écouterait souvent?
D'un frôlement, le plaisir se mêla
Comme les bulles d'une flaque de pluie.
Laissez la fantaisie ailée trouver en toi
Une maitresse de ton esprit:
L'œil adouci de la fille de Cérès
Apprit de l'Héra des tourments
Comment se lover et comment gronder
Des hanches ou du côté,
Blanche comme Hébé, quand de ses flancs
Glisse la broche d'or qui heurte le sol en tintant,
Et tombe à ses pieds.
Jupiter, languide, rompt la ceinture
De la précieuse parure de soie,
Vite brise les sceaux de sa prison
Et les joies qu'elles apportent sont telles
Qu'il faut laisser la fantaisie se promener,
Parce que le plaisir n'est jamais chez lui.

03:01 Écrit par walloween dans Lettres | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

26/07/2014

Département de la Défense: nouvelles tendances

 

L'Agence Américaine des Projets de Recherches Avancées en matière de Défense (DARPA) sollicitent différentes compagnies pour qu'elles produisent de nouvelles techniques afin de permettre au Département de la Défense de prédire l'agitation sociale en gardant les traces de «toute activité humaine mesurable».

Cette demande mise en ligne par le Bureau Fédérales des Opportunités d'Affaires (FedBizOpps), souligne l'intention de financement du DARPA, pour mettre en œuvre des « techniques pour changer le jeu» et ainsi «obtenir un avantage décisif dans le domaine de l'information pour les États-Unis et ses alliés» ouvrant la porte à «des moyens puissants pour mieux percevoir le monde de l'intérieur.»

«Toute activité humaine peut être mesurée, qu'elle soit mercantile ou militaire et quantitativement ré-examinée dans le contexte de capacité des gigantesques banques de données relationnelles. Les premières démonstrations ont déjà fournis de nouvelles découvertes relatives à l'activité humaine, elles ont rendu possible des prises de décision quantitatives». L'agence cherche de nouveaux algorithmes qui puissent prévoir, en ligne, les corrélations menant à l'agitation sociale.»

Le DARPA est déjà fortement engagé dans ces recherches,notablement par son «Système Préventif d'Alertes de Crises» (ICEWS), mais les résultats sont fragmentaires et le système n'est parvenu à prédire qu'une crise sur quatre, rébellions, soulèvement politique ou incidents de violence ethnique durant sa période d'application.

Ces six dernières années, le Pentagone montre un intérêt persistant pour des créations de modèles qui puissent prévoir les désordres domestiques et internationaux.

Un rapport, publié en 2008 par l' Institut Stratégique Américain du Collège de Guerre prévient que les États-Unis pourrait connaître l'expérience d'agitations civiles massives avec l'éveil d'une série de crises dénommées «choc stratégique.»

Le rapport fait état qu'«Une violence civile généralisée à l'intérieur des États-Unis forcerait les établissements de la défense à réorienter leurs priorités, in extremis, pour maintenir l'ordre et la sécurité,» son auteur, le Lieutenant-Colonel Nathan Freir ajoute que l'appel aux militaires sera nécessaire afin de contrer une » résistance domestique concertée.»

Ces dernières années, le gouvernement fédéral s'équipe, sans cesse, de moyens permettant de lutter contre la rue, y compris le Département de la Sécurité Intérieure en achetant en octobre dernier 240,000 munitions au poivre, 100 lanceurs de ces projectiles ainsi que 36 «équipements compacts anti-émeutes.»

En 2011, le Département de la Sécurité Intérieure (DHS) annonce qu'il augmentera sa scrutation des médias sociaux afin de préempter la dislocation sociale à l'intérieur des États-Unis.

Un manuel de l'armée américaine décrit la manière d'endoctriner les activistes politiques emprisonnés, tache assignée à des officiers spécialisés en opérations psychologiques. Ce document est truffé de nombreuses références aux techniques des agences gouvernementales telles le DHS, l'ICE et la FEMA qui seront parties prenantes de l'internement de citoyens américains à l'occasion d' «opérations de support civil»

Un autre manuel, le «manuel de la police militaire américaine» rendu accessible au public quelques mois après sa parution souligne aussi la manière et les moyens à mettre en œuvre pour annihiler les émeutes, confisquer les armes et même tuer des américains sur leur sol pendant les agitations de masse et après la crise.

source

19:49 Écrit par walloween dans international, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

12/07/2014

Dette à Cezanne

Quiconque a survécu à la dernière décade du 19°siècle, ne peut nier, que naquit, avec la maturité de Cezanne, un mouvement neuf dont on peut discuter sans pouvoir s'en faire une opinion déterminée. Pour autant qu'on puisse dire qu'un homme inspira toute une époque. Bien que Cezanne inspira le mouvement contemporain de façon décisive, il reste éloigné de tous par son ampleur et ne trouve sa place dans aucun courant esthétique de l'époque puisque qu'il est impossible à ranger dans les catégories académiques préparées de manière si réfléchie par nos soins et par les évolutionnistes. Il passa la plus grande partie de sa vie sans se faire remarquer ce qui le désola de son obscurité et personne ne sembla deviner ce qui se passait. Il est aisé, aujourd'hui de constater ce que Gauguin et Van Gogh lui empruntèrent mais en 1890 année de la mort de celui-ci, il en était tout autrement. Néanmoins certains regards aiguisés discernèrent, avant l'aube du 20° siècle l'œuvre fondatrice de Cezanne. Ce mouvement est encore jeune mais je peux dire avec certitude qu'il produisit autant de bon art que ses prédécesseurs. Cezanne, naturellement, créa de bien plus grandes choses qu'aucun des impressionnistes et Gauguin, Van Gogh, Matisse, Rousseau, Vlaminck, Derain, Herbin, Marchand, Marquet, Bonnard, Duncan, Grant, Maillol, Lewis, Kandinsky, Brancusi, , Roger Fry, Friesz, Goncharova, Lhote sont des Roland pour les Olivier de toutes les autres périodes artistiques. Ils ne sont pas tous de grands artistes mais tous artistes, ils le sont. la production impressionniste augmenta considérablement le patrimoine général (de 1/500.000 à 1/100.000), les post-impressionnistes, puisqu'il est tout à fait acceptable de nommer ainsi le groupe d'artistes vigoureux qui suivirent les impressionnistes augmentèrent à leur tour ce pourcentage. A ce jour, j'ose dire qu'il en est à 1/10.000 Voilà ce qui amène, certaines personnes, à voir dans ce nouveau mouvement, l'aube d'un nouvel âge; il n'est rien de plus caractéristique pour un mouvement "primitif", que la reproduction fréquente et répandue d'un art authentique. Un autre brin, plein d'espérance, que la sanguine saisit, est la puissance admirable de développement que possède la nouvelle inspiration munie de sa règle de reconnaissance édictant que cet art est contenu dans sa propre fin. Aussitôt, les pontifes découvrirent l'impressionnisme à l'âge de vingt ans, ils l'académisèrent. Ils se voilèrent la face devant le progrès et conduisirent des étudiants de talent et plein de vitalité à la révolte et au suicide esthétique. Avant que l'inspiration de Cezanne n'eût le temps de perdre sa dynamique, Matisse et Picasso se l'approprièrent, et elle fut, par eux, modelée par des formes en harmonie avec leurs tempéraments et, immédiatement, elle montra les signe d'une nouvelle métamorphose et permit d'exprimer la sensibilité d'une génération plus jeune. L'Europe se préparait une nouvelle époque ou elle comprit mieux ses critiques destructifs que ses artistes constructifs et elle produisit avent la fin du siècle, l'un des plus positifs et ne le vit pas. Marquait-il ou non le début d'une ascension. Cézanne donna son impulsion à un mouvement dont je vais m'appliquer à montrer les caractéristiques principales. Bien qu'il semble un peu absurde de distinguer un mouvement artistique d'un autre, alors que toute œuvre d'art quel que soit l'âge auquel elle appartient, demeure essentiellement identiques et que les différences superficielles sont les caractéristiques d'un mouvement et possèdent une importance bien plus évidente que celle, douteuse, d'apprentis historiens. Les méthodes particulières de création de formes et les formes spécifiques affectées par les artistes d'une génération propagent d'importantes incidences sur l'art de la suivante. Puisque les méthodes et les formes de l'un peuvent admettre des développements potentiels infinis, alors que celle d'autres n'admettraient rien de plus que de l'imitation. Par exemple, le mouvement du quinzième, commencé avec Masaccio, Uccello et Castagno ouvrit de riches filons qui, comme toujours, s'appauvrirent avec le temps et l' Ecole de Raphaël finit dans une voie sans issues. Cézanne découvrit des méthodes et des formes qui révélèrent un panorama de possibilités à l'horizon duquel aucun homme ne pouvait voir. Sur l'instrument qu'il inventait, des milliers d'artistes, non encore nés, un jour, joueront leurs propres refrains. Nous ne pouvons deviner ce que le futur devra à Cézanne et il est difficile de faire l'inventaire de tout ce que le présent lui doit. Sans lui, les artistes de génie et de talent qui font, aujourd'hui, nos délices par la signification et l'originalité de leurs travaux, seraient restés au port à jamais, non à même de discerner leurs objectifs à défaut de cartes, de gouvernail, de boussole. Cézanne est le Christophe Colomb du continent des formes. Il naquit à Aix-en-Provence en 1839 et pendant quarante ans peignit à la manière de son maître Pissarro. Aux yeux du monde, il apparaissait, pour peu qu'il apparût, comme un impressionniste mineur respectable, admirateur de Manet, un ami sinon un protégé de Zola, un disciple loyal et négligeable. Il était du bon côte, bien sûr, du côté impressionniste, celui d'honnêtes artistes désintéressés contre les pestes académiques et littéraires. Il croyait à la peinture, il croyait qu'elle pourrait être quelque chose de mieux qu'un coûteux substitut à la photographie ou qu'une compagne de la mauvaise poésie. Ainsi, il était, en 1880, pour la science contre le sentimentalisme. Mais la science ne fait ni ne satisfait un artiste et, peut-être, vit-il que les impressionnistes ne purent voir, c'est qu'en peignant des œuvres exquises leur art les menait dans une impasse. Et tandis qu'il travaillait dans son coin de Provence, bien isolé de l'esthéticisme (sic) parisien, du Baudelairisme et du Whislerisme, Cézanne cherchait quelque chose pour remplacer la mauvaise science de Monet et au environs de 1880, il trouva. Cette révélation établissait la continuité entre le 19 et le 20° siècle. C'est en observant un paysage familier que Cézanne le comprit, non comme un mode de lumière ni comme un joueur dans le jeu de la vie, mais comme une fin en soi et l'objet d'une grande émotion. Chaque grand artiste a vu le paysage comme une fin en soi et le reste, c'est à dire comme une forme pure; Cézanne a fait sentir à une génération d'artistes à propos du paysage, qu'il s'agissait de la forme en soi comme signification du paysage et que tout le reste était négligeable.. A partir de ce moment, Cézanne s'appliqua créer des formes qui exprimeraient des émotions ressenties par ce qu'il apprit à voir. La science devint aussi inappropriée que le sujet, Tout, peut-être, vu comme forme pure guette le sens mystérieux, extatique et frémissant. Le reste de la vie de Cézanne est un effort continuel pour capturer et exprimer la signification de la forme. Il existe plus d'un chemin pour mener l'homme à la réalité. Certains y vinrent par une imagination vive et forte, sans autre aide qu'eux même, ils n'eurent besoin d'aucune aide matérielle pour y parvenir. Ils parlaient d'esprit à esprit et passèrent un message de formes qui ne doit rien, sinon son appartenance, à l'univers physique. La race des meilleurs musiciens et des meilleurs architectes n'est pas celle de Cézanne. Il voyagea vers la réalité en empruntant le chemin traditionnel de la peinture européenne, c'est là qu'il découvrit une architecture sublime habitée de l'universel qu'informe chaque particularité. Il poussa de plus en plus loin l'exploration de la forme mais il lui fallait quelque chose de concret comme point de départ. C'est parce que Cézanne arriva à la réalité seulement par ce qu'il vit, qu'il n'inventa jamais de formes purement abstraites. Peu de grands artistes dépendirent plus du modèle. Chaque peinture le mène un peu plus loin vers son but; l'expression complète; et c'est parce qu'il ne s'agissait pas de faire de la peinture, mais bien d'exprimer, à son sens, la signification de la forme dont il s'occupait, il perdait intérêt à son travail après en avoir exprimé autant qu'il avait pu. Ses propres peintures n'étaient pour lui que les degrés d'une échelle qui l'amènerait à l'expression totale. Atteindre à cette idéal fut l'objet de tout le reste de sa vie. Pour lui, chaque peinture est une marche, un moyen, un bâton, le pas d'une porte, quelque chose qu'il était prêt à ne plus regarder une fois son but atteint. Il ne possédait pas l'usage de son art et n'incarnait pour lui que des expériences. Il les jeta dans la garrigue, les oublia dans les champs comme des stèles de hasard laissées à quelque race future de critiques malchanceux. Cézanne est le prototype de l'artiste parfait; il est l'antithèse parfaite du faiseur de tableaux professionnel, du rimailleur ou du violoneux. Il crée des formes car c'est le seul moyen d'accomplir la finalité de son existence, l'expression de son sens et la signification de la forme. Quand on parle d'esthétique, nous balayons ces réflexions et considérons seulement l'objet et son contenu émotionnel, mais quand nous tentons d'en expliquer l'efficience dan tel ou tel œuvre, nous nous tourons naturellement vers l'esprit des hommes qui les ont faites et, chez Cézanne, en particulier, une source inépuisable de suggestions. Sa vie fut un effort constant pour créer les formes ressenties comme un instant d'inspiration. La notion de formule eut semblé absurde. La véritable activité de son existence n'était pas de faire de peinture mais bien d'œuvrer à son propre salut. Heureusement pour nous il ne put le réaliser qu'en peignant. Chaque peinture est destinée à la différence. Il ne songea jamais à se répéter, il ne pouvait rester immobile. C'est pourquoi tant d'artistes dissemblables puisèrent leur inspiration dans son travail. Cela n'implique aucune dévalorisation d'autres artistes vivants quand je dis que la première caractéristique du nouveau mouvement est qu'il dérive de Cézanne. Le monde dans lequel Cézanne évoluait, monde encore agité par la querelle des romantiques et des réalistes parmi des disputes de gens qui ne pouvaient choisir, pour une orange, entre ses pépins et l'Espagne, sourds qu'ils étaient en hurlant au cri de la chauve-souris. L'instinct du romantique lui fait dire qu'il ressent par tout ce qui évoque ou associe. Une rose lui fait songer à de vieux parterres, à des jeunes dames, à un rayon de soleil ou à mille autres choses étranges et gracieuses qui, un jour ou l'autre, tombèrent sur lui ou sur quelqu'un d'autre. Une rose touche à la vie par d'innombrables points délicats, elle intéresse par son passé. Le réaliste, lui, veut vous donner le compte rendu détaillé des propriétés de la rose sagittaire, sans oublier de mentionner le calice en orbe, le tube, les cinq lobes imbriqués et la corole ouverte de cinq pétales ovoïdes. Pour Cézanne, les deux seraient irrecevables puisqu'ils omettent la chose qui comptent, ce que les philosophes appellent "la chose en soi" et qu'il désignent, sans doute, par "la réalité fondamentale.". Et, après tout, qu'est une rose, qu'est un arbre, un chien, un mur ou une barque? Quel est le sens particulier de quoi que ce soit? Certainement, l'essence d'une barque ne conjure en rien pour susciter la vision des nefs d'Argos aux voiles écarlates, alors qu'elles transportent du charbon aux environs de Newcastle. Imaginons la abandonnée, détachée de l'homme, de ses activités urgentes et de son histoire fabuleuse; alors, que reste-t-il à quoi réagissons nous avec émotion?A quoi sinon la forme pure où se dissimule sa signification qui fut la seule quête de l'artiste. La seconde caractéristique est la curiosité passionnée, héritée de Cézanne, pour les choses regardées comme des fins en soi. Ce que je constate, c'est la détermination consciente des peintres du mouvement, de devenir des artistes en chassant le mensonge qui les éloigne de la pureté de la forme. Etre un artiste, pensent-ils, suffit. Hélas combien d'hommes de talent et même de génie ont-ils raté leur vocation véritable en essayant d'être autre chose

18:58 Écrit par walloween dans peinture | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook