UA-7101967-1

04/10/2014

Leur propre affaire

Charlottenburg est un haut lieu pour de nombreuses galeries renommées. Mais ces nobles institutions ne font plus frissonner les maisons ni les ateliers, tout le monde reste bien tranquillement chez soi, ce qui a pour conséquence une production meilleure de la part de la communauté artistique, plus de force et d'ouverture pour inscrire son influence. Chaque sensibilité détermine son propre territoire artistique derrière les institutions officielles et les coulisses des arts visuels, mais il est sans doute utile d'y jeter un second coup d ' œil. Les anciens ateliers Ufer à Charlottenburg sont peu connus, sinon des habitants et des flâneurs du canal. De l'extérieur, les anciens établissement Hélio-Watt ressemblent à une vilaine bâtisse de pierres grises, mais des ateliers, on découvre l' architecture industrielle de Berlin jusque Moabit. La fabrique est, pour le moment, du ressort de la directrice de département: madame Wissel, amoureuse de l'art, et après des cercles de discussion au niveau de l'administration, il semble clair que tout le monde s'est engagé à stabiliser la nouvelle institution et qu'une telle expression univoque offre une bonne garantie de durée permettant au monde de la couleur de trouver sa place. Cette réunion de peintres et de graphistes berlinois, par ses propres moyens, s'est installée des atelier-bureaux sur deux étages et comprend vingt artistes. D'autres, n'ont pas cette opportunité, le comité des fêtes tache de les fédérer et de trouver pour tous une place dans les nouveaux groupes de travail. Leur force se trouve dans leurs nombreuses sources d'inspiration, leurs techniques particulières et leurs signatures artistiques. A l'étage en dessous, se trouvent deux cinéastes expérimentales Claudia Schilling et Kara Schlegelmilch qui jonglent avec les médias, les vidéos et les installations. Kara installe l'atmosphère par le truchement de ses vidéos tournées vers une expression de la nature qui situe les individus dans une perspective extérieure prise par son ouverture qui nous même sur la lune par de fortes coupes insolites et aventureuses. Au troisième étage de la fabrique, se trouve Mechthild Weisser, sa voisine. Avec ses objets surréels et quotidiens, ses petits tableaux pendus au parpaing, rassemblent un monde matériel grotesquement déformé, en des rainettes pris d'esprit, quand même, qui réunit des gants de caoutchouc et des morceaux de plâtre pour illustrer la force de ses souvenirs ou les choses prosaïques tendent à l'harmonie plastique. L'harmonie, Matthäus Thoma, lui aussi, y aspire par ses objets d'atelier aux nombreuses perspectives géométriques. Comme un cristal évidé, des trous à huit coins ou un voile chanceux de Styrolène, un tissage, un trame laineuse, que l'artiste façonne, pleine de présence dans la pièce qu'elle occupe. Sa quête, entre ses grandes images brisées et la sculpture s'exprime aussi par les couleurs. Au quatrième étage, campent porte à porte Le peintre métaphysique macédonien Ranko Dakik ou les images poétiques content des fables mystiques brillamment colorées En grands à plats chargés d'abstraction, le travail de Gisela Schattenburg , Harald Gnades Köpfe tire des cimaises un effet esthétique que crée des couleurs massives, qui frappent par leur santé. Heryum Kim et ses natures mortes toujours plus poétiques naturalistes. Le schéma qui habite l'intimité de ses portraits, authentifié par la fluidité du dessin exprime, en traits délicats, la terre de sa Corée natale . Walter Heinrich, en peintre qui musarde, garde son plein de secrets et accueille avec de grands formats traités de manière réaliste.Bien sûr, on peut aussi acheter. Et nous pouvons ainsi profiter avec plaisir de l'art privé grâce à de véritables artistes, comme Mechthild Weisser, aussi sensible comme spectatrice, avec qui la complicité s'installe. Souvent amenés à collaborer les uns avec les autres, dans leurs travaux, un sentiment d'unité s'est emparé de la compagnie et ils se sentent tous très concernés par les situations particulières de ce jeu collectif. C'est un vrai sens des réa1ités associé à une forte volonté de participation. Naturellement les relations publiques finissent par amener beaucoup de monde et il faut assumer ce choix. Une vision nette des étapes futures et l'ouverture à d'autres ateliers et à d'autres artistes qui prennent ainsi racine dans l'environnement convivial de Kreutzberg. Les artistes titulaires sont déjà bien installés et se rencontrent régulièrement avec un programme et on peut voir les installations de sable d'Elfi Fröhlich au Goethe institut, il existe d'autres exemples connus. Une petite société d'artiste est parvenue à s'imposer parmi les marchands de la place et c'est un grand succès pour sa réputation et pour sa carrière future. Et voilà, pour les initiateurs de l 'art au travail, l'art est près et attire le public. On épargne les frais de galerie, de curateur, d'accrochage, de manutention, d'assurance etc... La nouvelle bande opte décidément pour une libre gestion du temps loin de ces cauchemars. " Parfois, nous ne sommes pas aussi perfec1ionnistes que nous le pourrions, après tant de succès, maintenant, nous nous en rendons pleinement compte."

 

L'art au travail in Berlin Magazin

 

21:29 Écrit par walloween dans Loisirs, peinture | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook

20/03/2012

Sympathie pour le diable

Permettez-moi de me présenter, je suis  un homme riche aux gouts raffinés, je me promène par ici depuis très longtemps, j'ai volé l'âme et la foi de beaucoup d'hommes, j'étais là quand Jésus eu son moment de doute et de douleur et je me suis arrangé pour que Pilate s'en lave les mains et scelle son destin. Je suis ravi de vous rencontrer et j'espère que vous devinerez mon nom. Ce qui vous taquine, c'est la nature de mon jeu. J'étais à Saint Peterbourg, quand j'ai compris que les temps changeaient. J'ai tué le Tsar et ses ministres tandis qu'Anastasia hurlait en vain. Je commandais un char, je prenais rang parmi les généraux quand la guerre éclair faisait rage et que les corps puaient. Je contemplais, émerveillé, vos rois et vos reines se battre cent ans pour des dieux qu'ils avaient créé. J'ai crié "qui a tué les Kennedy?" Après tout, c'était vous et moi. J'ai posé des pièges aux troubadours avant qu'ils n'arrivent à Bombay. Tous les flics sont des criminels et tous les pécheurs des saints, comme les têtes sont les queues, appelez moi simplement Lucifer. J'ai besoin de discipline alors, si vous me rencontrez, soyez courtois, montrez-moi de la sympathie, soyez chic, montrez moi votre politesse si bien apprise ou je perdrais votre âme. Dis moi, chérie, te souviens tu de mon nom? je te l'ai dis une fois, tu n'as que toi à blamer!

09:58 Écrit par walloween dans Culture, Lettres, Loisirs, Musique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : dick halligan |  Facebook