UA-7101967-1

13/03/2013

Les secrets de Bergoglio et de Massera

 

Jorge Mario Bergoglio, cardinal de Buenos Aires fait nommer l'Amiral Cero comme docteur honoris causa.

Au fond de la vaste atmosphère de la cathédrale métropolitaine, au-dessous d'une grande tapisserie de la Vierge, le cardinal hermétique Jorge Mario Bergoglio se réfugie dans le silence. Il ne prie pas et ne donne pas de messe : il fait une déclaration comme témoin de la grande cause de l' Esma (Ecole Supérieure Militaire de l'Aviation). Le déclarant s'est abrité derrière ses droits écclésiastiques pour éviter l' estrade de Commodore Py, parce que les juges du Tribunal Oral Fédéral Numéro 5 ont dû se déplacer ce lundi à la Cathédrale pour écouter pendant quatre heures les réponses évasives du grand référant de l'Église argentine.

Il ne s'agit pas de révéler de mystère de la foi, mais d'expliquer devant la justice terrestre un secret inavouable : le chapelet invisible qui a uni les propriétaires ténébreux de la vie et de la mort dans les cachots de l'Esma : l'amiral Emilio Eduardo Massera.

Le hasard l'a joué mauvaise l'année passée au cardinal : au même instant ou il se perdait dans des balbutiements labyrinthiques en face des magistrats l'amiral décérébré expirait dans la pièce 602 de l'Hôpital Naval. Un arrêt cardiaque a scellé les lèvres du marin qui a emporté dans la tombe les secrets inavouables que Bergoglio s'obstine à préserver.

La perte de mémoire du cardinal s'étend sûrement sur un événement arrivé le 25 novembre 1977 quand il composait une grande page de l'Université du Salvador. Ce jour, l'Usal (université de Buenos aires ) en octroyant au chef de la Marine de guerre, Emilio Eduardo Massera, le titre de “docteur honoris causa”, pendant une cérémonie publique. Les données de cette distinction ont fait disparaître mystérieusement l'Amiral Cero des fichiers de l'Université parce que s'y trouvaient les signatures de ceux qui l'ont proposé et les raisons pour lesquelles étaient motivées la délivrance d'un doctorat à un génocidaire. Mais, le cardinal ne se rappelle pas aujourd'hui les motifs de cet hommage au grand manitou de la Marine.

Cette après-midi, Bergoglio a écouté Massera prononcer un discours ampoulé dans l'indifférence des jeunes officiers, l'amour dissolu, des drogues hallucinogènes et de la “dérive prévisible”, “l' escalade sensorielle” dans “le frisson de la foi terroriste”. Avec un sourire sur les lèvres, le patron propriétaire et monsieur de l'Esma ont aussi assuré que l'Université était “le meilleur instrument pour commencer la contre-offensive” de l'Occident.

Bien qu'il applaudît avec ferveur, discret, le Bergoglio n'est pas monté sur l’estrade. mais ses fidèles disciples de la Garde Fer, la puissante organisation paramilitaire dans laquelle Bergoglio milita dès 1972 et qui est intervenue par la suite dans l'appropriation des biens des disparus, l'ont fait.

La garde de Fer était, à cette époque, la meilleure école de cadres militaires, son directeur était un péroniste. Alejandro Galicien Álvarez, il commandait 15.000 militants formés sous une discipline de fer et endoctrinés par l'orthodoxie ultra des montaneros. L'organisation s'est officiellement auto dissoute en 1974, mais elle a continué d'agir et grâce aux bons offices de Bergoglio, entre autres, elle avait d'excellentes relations avec Massera.

Le 31 juillet 1973, Bergoglio a été nommé provincial ce qui est le sommet de la hiérarchie dans la Compagnie de Jésus,ordre caractérisé par une obéissance et une discipline quasi militaire.

Un rapport de la Side spécialisée dans le suivi des sujets et des acteurs ecclésiastiques de l'époque, conservé dans un fichier de la Chancellerie, soutient que Bergoglio se proposait de nettoyer la Compagnie des “jésuites de gauche”.

L'une de ses premières décisions comme Provincial fut de remettre l'Université du Salvador à une association civile formée par des laïques militant à la Garde de Fer avec lui. Vers la fin de 1974, le cardinal a remis l'Usal à deux dirigeants de la Garde de Fer : Francisco Cacho Piñón, qui a été nommé recteur, et Walter Romero, chef de l'État-Major d'un groupe politique puissant, tout deux opérateurs occultes de l'Université.

Dans ce sens, la nomination de Massera comme docteur “honoris causa” de l'Usal s'est produite presque exactement un mois après que les prêtres Orlando Yorio et Francisco Jalics ont été trouvés drogués et semi nus sur un champ de Cañuelas. Les deux curés qui s'occupaient de travail pastoral dans une ville de Las Flores, étaient restés, presque six mois, séquestrés par l'Esma.

Pendant le jugement aux Assemblées réalisé en juillet 1985, le prêtre Orlando Yorio – qui a été captif de l'Esma entre mai et octobre 1976 – a déclaré : “Bergoglio ne nous a jamais averti du danger que nous courrions. Je suis sûr que lui même a fourni le listing avec nos noms aux marins”.

Le religieux,qui est décédé en août 2000 – a réitéré ses déclarations dans plus d'une occasion : “Je n'ai pas d'indices pour penser que Bergoglio nous a libérés, au contraire. Il est prévenu mes frères que je serais fusillé, je ne sais pas s'il l'a dit comme chose possible ou sûre, pour qu'ils y préparent ma mère.

Le père Yorio soutenait que Bergoglio était présent à l’École de Mécanique de la Marine dans laquelle ils avaient passés quelques mois après être sorti de l'Esma. “Une fois ils nous ont dit que nous avions une visite importante. Un groupe de gens est venu que nous n'avons pas pu voir parce que nous avions les yeux bandés, mais Francisco Jalics a senti que l'un d'entre était Bergoglio”, a affirmé le prêtre.

Le père Yorio ne s'est pas basé sur les perceptions sensorielles de son collègue de captivité. Bergoglio a reconnu devant d'autres parents avoir vu Yorio et Jalics pendant leur séquestration et il en a donné des détails exacts.

Dans son livre l'Église et une dictature, édité en 1986, quand Bergoglio n'était pas encore connu en dehors du monde ecclésiastique, Emilio Mignone l'a mentionné comme exemple de “la complicité ecclésiastique ”avec les militaires, qui “se sont chargés d'accomplir le sale travail de nettoyer la cour intérieure de l'Église, avec l'acquiescement des prélats”. Selon le fondateur du Centre d'Études Légales et Sociales, “dans quelques occasions le feu vert a été donné par les mêmes évêques”.

Une source des Gardes de Fer, l'organisation qui est devenue plus tard le bras politique du masserismo, soutient que Bergoglio a intercédé devant Massera pour les deux prêtres et que la distinction académique de l'Université du Salvador constituait le tribu de Bergoglio au marin.

Cependant, les témoignages d'Yorio et de Jalics démentent cette théorie. Ils ont toujours assuré avoir été libérés grâce à l'intervention d'un militant chrétien des droits de l'homme, par l'ex-président du Cels, Emilio Mignone, et par le cardinal Eduardo Pironio.

Le père Yorio avait si peur de Bergoglio qu'en 1992, quand Antonio Quarracino l'a nommé évêque auxiliaire, il est parti pour l'Uruguay, où il a résidé jusqu'à sa mort.

La controverse porte sur le rôle vitreux que Bergoglio a joué dans la séquestration des deux prêtres et sur les conséquences de son comportement. 1979 a marqué un autre chapitre mystérieux dans la vie de Bergoglio. l'histoire officielle assure le cardinal terminait sa thèse en Allemagne, d'autres sources suggèrent qu'il était claustré, comme châtiment, dans un couvent jésuite quelque part en Europe.

Vers le milieu de 1988 ils l'ont confiné à une paroisse de la province de Cordoue, où il donnait seulement la messe et la confession.

L'autre des points obscurs autour de la vie de Bergoglio consiste en ce qu'il n'a jamais voulu se présenter devant la Justice. Quand le jugement a été porté aux Assemblées, Yorio a demandé qu'il comparût. Il a été cité mais a refusé de se présenter, en argumentant qui était malade à Cordoue. Cette attitude de Bergoglio explique les raisons personnelles pour lesquelles il a fait porter tout le poids de l'Église contre la révision judiciaire des crimes commis pendant la dictature militaire.

Mais cette assignation à résidence a été abruptement interrompue en 1992 par l'appel providentiel de Quarracino qui l'a nommé coadjuteur et héritier cardinalice.

Dispensez-moi, Monsieur de porter la main sur votre saint chrême”, il était, et c'est la phrase finale, ce berger machiavélique de l'Église qui a trahi ses frères et il qui les a remis à la Junte militaire, les vouant à la disparition et à la torture en l'honneur d'une ambition insatiable de pouvoir.

 

 

source
bergoglio.jpg

 

 

 

10/08/2012

Plus de millions de résidents américains vivent du revenu social

Plus de millions de résidents américains vivent du revenu social

 

Les initiatives gouvernementales sont conçues pour aider le nécessiteux à travers l'Amérique, mais, combien de résidents profitent-ils de ces bénéfices ? Beaucoup plus que vous ne le pensez. Le comité du budget du Parti Républicain a publié ses dernières découvertes et conclut que l'assistanat n'a jamais été si haut dans l'histoire du pays et qu'il ne cesse de croître. certains passages de la présentation du comité expliquent que , maintenant, ils sont presq'un américain sur trois bénéficie de l'assistance du gouvernement. Ils étaient 97 millions à l'inauguration d'Obama et aujourd'hui 107 millions.

Même si le comité de recherche ne tient pas compte de la Sécurité Sociale et de l'aide médicale, le Programme d'Assistance Nutritionnelle Supplémentaire ou les bons de nourriture et d'autres facteurs. Les bénéficiaires de ces ressources ont doublé en moins de dix ans. En 2000, l'aide médicale qui desservait 34 millions de patients, en dessert, à l'heure actuelle 54 millions ; les convives de l'assistance nutritionnelle, eux, sont passés de 17 à 45 millions pour la même période. On estime que la dépenses effectives en bons de nourriture coûtera 800 milliards de dollars au cours des dix prochaines années

 

 

source

 

23/06/2011

la responsabilité de Michelle Martin

Pour qu'une institutrice nourrisse les chiens plutôt que les enfants, c'est que l'emprise de l'homme pervers était plus forte, c'est normal, ce genre de personnage n'a de cesse de harcéler sa victime jusqu'à ce qu'il la sente sous sa dépendance et il emploiera tous les moyens pour cela. les criminels paranoïaques développent des stratégies psychologiques remarquablement cohérentes et dangereuses, le souteneur, le dominateur, le curé, le politicien utilisent les mêmes techniques. La victime est subjuguée, par l’image du père, par la violence, par la récompense, par la punition. On s'étonne même souvent que de tels criminels généralement peu cultivés parviennent à élaborer des stratégies mentales si complexes. Dans mon expérience, ce sont pour la plupart du temps des formations symboliques préexistentes, que l'on trouve chez la plupart de males et qui trouvent à se développer dans le milieu des pervers, du vice ainsi que dans le milieux institutionnels comme l'Eglise, l'armée, La volonté de fascination névrotique atteint des moments paroxistiques. D'ailleurs, ce genre de configuration n'est pas rare à observer; Les gens de bar et la racaille, dans les cafés expose spontanément ce genre de comportement. Ceux qui veulent faire boire les femmes à toute force, ceux qui les droguent, qui leur fournissent des cachets. etc... Le criminel sadique, en plus grand nombre qu'on ne l'imagine est un prédateur dont la première sensibilité est la faiblesse de l'autre, le défaut de la cuirasse, là ou çà fait mal comme on dit. Si la victime potentielle est faible de caractère, amoureuse, illusionnée, mythomane, ce qui est assez fréquent chez les deux sexes, son compte est bon en somme, elle perd son image du corps, son identité, parfois la conscience de organisation nerveuse et spaciale. Elle devient finalement une "victime de l'amour" ce dont, la sotte, est fière, elle est possédée, elle est femme, Les voies d'approfondissement du sujet offre de nombreux sentiers, c'est grave çà finit par faire des foules de femmes, d'enfants polytraumatisés qui transforme la société en un monde fantomatique, ils font alors de nouveaux complices et de nouvelles victimes, c'est la recette de la tyrannie universelle qu'ont toujours voulu imposé, depuis les origines, l'homme comme male, posséder des esclaves, en somme. C'est pourquoi je pense que malgré les verdicts, la responsabilité de Michelle Martin est limitée dans cette affaire. Si les proxénètes ont une mentalité de politicien et les politiciens des comportements de souteneur, alors sociologiquement, les pires scenarii sont possibles et imaginables. En plus de l'emprise mentale, il y a l'emprise physique, les mauvais traitements, les coups qu'on ne voit pas, je ne vois aucune raison de garder ces dégénérés en vie!

21/05/2011

Le sexe, le pouvoir et les Français

L'affaire a ramené les clichés les plus éculés, et parmi d'autres  que les anglo-saxons ont les scandales sexuels tandis que les Français ont des problèmes d'argent. Ce qui s'est passé à New-Yorkest censé être l'exception de la règle, c'est dichotomie entre les anglo-saxons et les français est la pire des rengaines reprenant éternellement le refrain: " les anglo-saxons sont pudiques et réprimés tandis que les Français exhibent une attitude triomphante et ouverte à ce propos". Donc il serait impossible de concevoir un scandale sexuel français puisque personne ne serait choqué de voir desgens proéminents engagés dans des affaires extra-maritales, ce serait simplement un comportement parfaitement normal mais cette vision qu'on peut avoir des Français est fausse.


Mensonge pernicieux

C'est ce même stéréotype paresseux qui perpétue la notion que les Français sont d'extraordinaires amants. Le sexe ne leur donne aucun maux de tête aussi peuvent-ils chasser et mettre en pratique l'acte avec toute la fier passion de leurs gènes frénétiques gaulois.

La différence entre les culture n'est pas le sexe mais la politique et le pouvoir, naturellement cela convient à tout le monde d'entretenir l'équivoque. La presse étrangère et anglo-saxonne en particulier, se gargarisent de sondages pathétiques sur le nombre moyen annuel ,qui constitue un record du monde,  de préservatifs par mâle ou comment des hôtels entiers sont loués en bloc par des fonctionnaires d'age moyen qui trompent leurs femmes pendant deux heures dans l'après-midi. D'autant plus que si vous êtes français le reste du monde  vous fait le compliment de vos qualités, alors pourquoi nier? Mais tout cela n'est que du délire de perverti et un délire vicieux comme les évènements récents viennent de le montrer. Imaginons un ancien ministre, puissant et charismatique, pépite de son parti, à l' intellect subtile mais aussi passionnément intéressé par le sexe. Imaginons que tout au long de sa carrière, on le connaisse comme quelqu'un qui utilise à la fois sa position et sa force physique pour mener les femmes au lit. Sas amis le préviennent que son comportement tient du harcèlement sinon de l'abus, mais il continue.

Dans la foule

Ce qui arrive dans une société c'est que l'homme est exposé à la presse; intrusive, du soir, exploiteuse, peut-être mais les journaux découvrent des secrets et le bonhomme est forcé de changer ou de partir.

Mais qu'arrive-il en France? En France les comportements archaïques comme la sexualité agressive sont tout simplement ignorés par la presse.
Les lois sur la vie privée leur interdit de publier, seulement, dans tous les cas, les journalistes set les politiciens forment la même chalandise métropolitaine et " bon c'est ainsi, on le connait, c'est un grand séducteur, ha...ha...; mais personne ne s'est jamais plaint n'est-ce-pas?" Ceux qui savent ne disent rien, et l'animal finit par croise qu'il peut faire n'importe quoi n'importe où. En France, l’éden révolutionnaire, toute la vie politique et culturelle, tourne autour des élites.

On épargne à ces gens toute intrusion dans leur existence et quelques-uns en arrivent à agir comme des flâneurs fin de siècle à la Guy de Maupassant. collectionnant les maîtresses en perpétuant le mythe du séducteur latin. Mais je peux vous assurer que la plupart des gens ne mènent pas ce genre de vie. Et s'il peut sembler; qu'en France, les élites entretiennent une sorte de tolérance ultra-sophistiquée et tellement "moderne" à l'égard de leurs habitudes sexuelles, c'est principalement parce que nous n'en savons rien.

22/10/2010

Défense d'Else Clotemans

pict_265255.jpg

Défense d' Else Velse.. 

Il est tout de même anachronique qu'un quinquagénaire, père de famille responsable en principe, dépucelle une catholique à boutons (quand on connait leur délire génésique),  que sa femme soit complice, qu'elles soient amies, que tout le monde rigole, trouve ça normal, les enfants aussi. D'ailleurs ces deux-là, je leur trouve des têtes SM. La petite conne n'y a rien vu, en plein délire charnel, parce que il l’a l’air de savoir y faire l’étalon, avec l’expérience, elle qui voulait avoir un enfant, a fait un Stockholm, s'est tue, tétanisée par l'amur et pas celui de Johnny. Observons ensemble la physionomie de la plantée comparée à mademoiselle pomme de terre! Ca ressemble quand même à un oiseau tombé du nid entre les serres de deux rapaces. S’ il l'a touché avant ses dix-huit ans, on peut aussi s'interroger sur les mobiles et les conséquences et il se retrouve dans une situation délictueuse. La Duchesse s'amusait aussi avec peut-être et les enfants aussi pourquoi pas, rusés et vicieux hollandais qui en auraient fait leur chose sexuelle. De plus, le jugement de la petite me parait bien faible. Et puis c'est le Limbourg, au calotinisme sourcilleux constellé de non-dits et de secrets de famille.  L’idéalisme amoureux, pour discret qu'il soit n'en est que plus condensé, Des Hollandais, c'est l'enfer, l'enfer c'est le plaisir et le plaisir c'est Dieu. Comme le procès est invalide, ce sera peut-être plus clair la prochaine fois. Les limbourgeois sont plus compliqués que les autres flamands, d'ailleurs ceux-ci ne les aiment pas trop et ne comprennent pas toujours très bien  leur langue et puis la Hollande qui débarque, c'est le bordel à la ferme. Non là, je crois que les arrangeurs se sont un peu dépêchés de clore l'affaire. Confondre amoralisme et modernité c’est pire encore. Plus généralement, c’est symptomatique, les vieux subornent la jeunesse et veulent la rendre coupable pour l’asservir.

 

 

17:58 Écrit par walloween dans procès | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : belgique, limbourg, tongres |  Facebook