UA-7101967-1

03/12/2012

34 Signes du déclin américain

Les Etats-unis montrent des signes évidents de déclin. Ca fait plaisir à beaucoup de gens partout dans le monde et même en Amérique. L'Amérique n'a jamais été parfaite. Mais l'aventure de Pères Fondateurs a vraiment incarné un phare pour le reste du monde de nombreuses façons au cours de siècles. Hélas, les fondements pourrissent et beaucoup témoignent de l'effondrement qui les environnent. Cet article attire l'attention sur le déclin économique de l'Amérique. Elle n'est plus la nation qu'elle a été. Mais on peut dire aussi beaucoup de choses à propos des questions sociales, politiques et morales et spirituelles. Les Américains sont orgueilleux, égoïstes, arrogants, ingrats, prompts à la trahison et intoxiqués au spectacle et au plaisir. Ils sont tellement les sujets de leurs vices qu'ils ne réalisent pas ce qui se passe autour d'eux. Ils croient simplement a une prospérité infinie parce que c'est ainsi. Malheureusement, c'est faux. Ils ont hérité de l'instrument industriel le plus imposant au monde et ils l'ont cassé, maintenant l'heure douloureuse de la prise de conscience approche. Mais la plupart des gens ne le comprendrons que quand il sera trop tard.

 Les 34 signes qui suivent indiquent ce déclin...

 #1 Suivant la Banque Mondiale, le produit domestique comptait pour 31,8 % pour l'activité économique en 2001. Ce nombre est tombé à 21,6% en 2011. Ce n'est pas juste un déclin, c'est une chute vertigineuse.

#2 suivant The Economist, Les Etats-unis, le meilleur endroit pour naitre en 1988, se traîne aujourd'hui à la seizième place.

#3 Les Etats-Unis perdent de la compétitivité globale depuis quatre années consécutives d'après le Forum Economique Mondial

#4 suivant the Wall Street Journal, la moitié des quarante plus grands investisseurs mondiaux songent à réduire leurs dépenses en capital dans les mois à venir.

#5 Trois fois moins de nouvelles maisons seront vendues aux Etats-Unis en 2012 qu'en 2005.

#6 L'Amérique qui possédait les plus grandes cités manufacturières du monde. Aujourd'hui elles ont dégénérés en trous infernaux. Par exemple, la ville de Detroit est au bord de la chute financière et un juriste de l'Etat a suggéré de considérer sa dissolution comme une option.

#7 En 2007, le taux de chômage des 20 - 29 ans était de 6,5%. Aujourd'hui, il est de 13 %.

#8 En 1950, plus de 80 % de tous les hommes aux Etats-Unis avaient un emploi. Aujourd'hui, ils ne sont plus que 65 %.

#9 Croyez le ou non, à peu près 25 % des américains gagnent 7,4€ de l'heure ou moins.

#10 60 % des emplois perdus durant cette récession représentaient des salaires moyens, mais 58 % des emplois créés depuis lors représentent des bas salaires.

#11 Le revenu moyen des américains a chuté depuis quatre années consécutives en moyenne de plus de 2.800€ pendant ce temps.

#12 Le déficit commercial américain est aujourd'hui 28 fois plus important qu'il ne l'était en 1990.

#13 Plus de 56.000 manufactures se sont fermés depuis 2001. En 2010, Les installations manufacturières fermaient au rythme de 23 par jour.

#14 En 2005, le prix de l'essence était de moins 0,4€ le litre. En 2012, le prix moyen du litre d'essence est passé à 0,73€.

#15 En 1999, 64.1 % des américains détenaient une assurance santé basée sur leur. Maintenant, ils ne sont plus que 55,1.

#16 En 1971 le revenu moyen comprenait 61%, aujourd'hui 51 %.

#17 20.2 millions d'Américains dépensent plus de la moitié de leurs revenus pour le logement soit une augmentation de 46 % depuis 2001.

#18 Selon le Bureau du Recensement le taux de pauvreté pour les enfants est de plus ou moins 22 %.

#19 En 1983, 95 % de tous les fournisseurs de revenu étaient endettés 45 centimes par euro. En 2007, ce chiffre se montait 1.48€.

#20 La dette d'amortissement des maisons est cinq fois plus grande qu'il y a 20 ans.

#21 La dette totale des cartes de crédit est huit fois plus importante qu'il y a 30 ans.

#22 La valeur du dollar a chuté de 96 % depuis la création de la Réserve Fédérale.

#23 29 % of tous les Américains entre 25 et 34 ans vivent toujours chez leurs parents.

#24 En 1950, 78 % couples vivaient dans leur foyer, aujourd'hui, ils ne sont plus que 48 %.

#25 Selon le Bureau du Recensement, 49 % de tous les Américains qui vivent dans une maison reçoivent des revenus directs du Gouvernement Fédéral, en in 1983, ils étaient moins d'un tiers.

#26 In 1980, les transferts de payement issus du Gouvernement Fédéral représentaient 11.7 % de tous les revenus, c'est 18 % aujourd'hui.

#27 En 2008, 30,8 millions d'américains vivaient de bons alimentaires. , maintenant 47,1 millions.

#28 Pour l'instant, 25% des enfants américains mangent grâce aux tickets d'alimentation.

#29 Le nombre d'américains qui vivent de tickets d'alimentation dépasse les populations combinées de "Alaska, Arkansas, Connecticut, Delaware, District de Columbia, Hawaii, Idaho, Iowa, Kansas, Maine, Mississippi, Montana, Nebraska, Nevada, New Hampshire, Nouveau Mexico, Nord Dakota, Oklahoma, Oregon, Rhode Island, Dakota du sud, Utah, Vermont, Virginia de l'ouest, et Wyoming."

#30 En 1965, 2% des américains étaient inscrits à l'Aide Médicale. Aujourd'hui ils sont 8,3%. L'Obamacare va en ajouter 16 millions.

#31 En 2001, la dette nationale représentait 4,38 x109 €. Aujourd'hui 11,68 x 109 et elle augmente de plus de 73 millions d'euros chaque heure.

#32 La dette nationale américaine est aujourd'hui 23 fois plus importante qu'à l'époque ou Jimmy Carter est arrivé au pouvoir.

#33 Suivant une statistique du Service Public de Radio diffusion, du début de cette année, les foyers américains dont le revenu annuel est de 7.500€ ou moins en dépensent 9 % à la loterie. Est-ce possible ? Les gens sont-ils aussi fous ?

#34 Au fur et à mesure que l'économie décline, Les gens avalent de plus en plus d'antidépresseurs et autres substances sous ordonnance. Ils en dépensaient pour 4,2 milliards d'euros en plus en 2010 qu'en 2005.

Leurs chefs ne font pas grand chose pour contrer ces réalités alarmantes, ils continuent à répéter toujours la même antienne : "tout va bien." En réalité, ils vivent dans un monde très différent du reste de leurs concitoyens. Obama s'est offert 20 jours de vacances à Hawaii. La plupart d'entre eux ne savent pas ce que c'est de vivre de mois en mois sur un chèque de paie. Plus de la moitié des parlementaires sont millionnaires. Hommes riches servant les intérêts d'autres hommes riches. Mais ce n'est pas uniquement le cas du Président et des membres du Congrès. La vérité est que le système politique américain est un gigantesque animal qui continue à grandir quel que soit ceux qui sont au pouvoir. La clientèle politique des deux partis dépend totalement de la bête et ils continueront à la nourrir et à la servir parce qu'elle a été très bonne avec eux. Voici quelques faits percutants. Les partis politiques, Démocrate et Républicain sont faits comme suit :

1)La plupart des titulaires de poste en activité ou retraités dépendent pour leur train de vie et leurs demandes narcissiques de leur lien féodal à leurs partis respectifs et de leurs accès aux largesses du Gouvernement

2) Pour la majorité de l'élite des médias, faiseurs d'opinion et commentateurs, écrivains, personnalités de la télévision basés à Washington et à New York, la promiscuité avec le pouvoir est vitale pour la continuation de leur niveau de vie.

 3) Les gens d'Académie, les nombreux penseurs, les soi-disant organisations non gouvernementales, les organisations, tous ceux qui font métier d'influence sur le gouvernement comptent sur celui-ci, sur l'administration et sur le Parlement pour les emplois, des législations favorables et des gratifications de leurs ego.

4) Les riches contributeurs et les consultants dont l'avenir est irrévocablement lié à la machine politiques des partis.

5) les capitalistes affiliés depuis longtemps, c'est à dire les chefs des communautés d'entreprises et des communautés financières tout autant que les syndicats dont les entités dépendent ou sont soumises à l'attribution des bontés gouvernementales.

Pensez-vous que ce système insidieux sera déraciné un jour ou l'autre ? Bien sur que non.

En continuant sur cette voie, l'Amérique poursuivra son déclin. Si cela fait la joie de certains, ce sera au désespoir d'autres qui pleureront la chute d'une puissante république au rêve perdu. 

source