UA-7101967-1

09/02/2012

Le Cinquième cavalier de l'apocalypse

Le déclin des populations est un éléphant dans notre salon. C'est une question d'arithmétique. Nous savons que la vie sociale de la plupart des pays développés se décomposera en moins de deux générations. Deux tiers des italiens et trois quart des japonais seront vieux et dépendants en 2050. Si le taux présent de fertilité persiste le nombre d'allemands chutera de 98% dans les deux siècles prochains Aucun système et pension ni de santé publique ne peut supporter une telle pyramide inversée. Le problème n'est pas limité aux nations industrielles. Le taux de fertilité tombe à un rythme encore plus rapide dans le monde musulman à une vitesse inconnue jusqu'ici. La population mondiale diminuera de 20% d'ici à la fin du siècle prochain. Le monde fait face à un danger pire que les scénarios verts les plus pessimistes. Les environnementaliste européens qui voudraient voir se réduire la population européenne afin de réduire les émissions de carbone passeront leurs années de déclin dans la misère comme il n'y aura plus assez d'européens pour payer pour leurs pensions et leurs soins de santé. Pour la première fois dans l'histoire mondiale les naissance en Europe sont bien en dessous du taux de remplacement et un nombre significatif de communautés ont atteint le point de non retour.

Mais la société islamique est encore plus fragile. Le taux de natalité chute à une vitesse inconnue jusqu'ici qui converge vers les taux européens. L'iranienne moyenne de 30 ans qui vient d'une famille de six enfants mais elle ne portera qu'un ou deux enfants dans sa vie. La Turquie et l'Algérie sont juste derrière et la plupart des pays musulmans sont en train de les rejoindre. vers le milieu de ce siècle, la ceinture des pays méditerranéens du Maroc à l'Iran deviendront aussi gris que l'Europe dépeuplée. Le monde islamique aura le même nombre de vieux dépendants que les pays industrialisés avec seulement un dixième de leur productivité. Le mécanisme d'une bombe à retardement qui ne peut être neutralisée fonctionne dans le monde musulman. La dépression démographique imminente rend l'Islam radical plus dangereux et non pas moins. Les musulmans radicaux qui peuvent déjà goûter la ruine de leur culture pensent qu'ils n'ont rien à perdre. La science politique est perdue face au déclin démographique et à ses conséquences. Le gaspillage des nations est une équation impossible pour la théorie politique moderne, qui est basée sur le principe de l'intérêt personnel rationnel. Aux confins de l'apocalypse les beaux modèles de la géopolitique ne fonctionnent plus. Nous "ne négocions pas avec les terroristes" Mais un voleur de banque qui tient des otages est une sorte de terroriste et la police négocie avec de tels mécréants. Et si l'un d'eux sait qu'il va mourir d'une maladie incurable dans quelques semaines, alors, la négociation change. La vérité simple et universelle, c'est qu'un homme ou une nation aux portes de la mort ne possède pas un "intérêt personnel rationnel". La théorie géopolitique conventionnelle, dominée par les facteurs matériels tels le territoire, les ressources naturelles et la commande de la technique ne s'adresse pas aux gens qui agissent sous une menace existentielle. Les modèles géopolitiques ne peuvent identifier le monde réel dans lequel nous vivons, ou la question cruciale est la volonté ou son absence des habitants un territoire donné d'amener une nouvelle génération au monde. Le déclin des populations, question décisive du vingt et unième siècle, causera des soulèvements violents dans l'ordre mondial. Les pays comme l'Iran qui connaissent une forte baisse de fertilité, répondront par l'agression. Des nations confrontées à leur propre mortalité choisiront peut-être un dernier baroud pour la gloire. Des conflits se propageront au delà de tout espoir rationnel d'y mettre en œuvre des solutions stratégiques jusque qu'à ce que tous ceux souhaitent se battre à mort aient disparus. L'analyse des intérêts nationaux ne peut expliquer pourquoi certains pays choisissent de partir en guerre sans espoir de vaincre et pourquoi d'autres ne se battent pas, même pour défendre leurs intérêts vitaux. Cela n'explique pas la raison du fait historique pour laquelle des collectivités se battent plus dur, acceptent plus de sacrifices de sang et d'or, quand tout espoir de victoire est passé. Pas plus qu'elle n'explique les causes de dépression démographique ni de ses conséquences, les deux guerres ont-elles détruit les aspirations des perdants et ont-elles produit comme résultat l'apathie et la mort démographique. Pourquoi les individus, les groupes et les nations agissent-ils de manière irrationnel, souvent au risque de l'auto-destruction? Une partie du problème réside dans la définition de la rationalité. Normalement on parlera de comportement irrationnel un homme d'age moyen qui revendrait son assurance vie pour en dépenser l'argent aussi vite que possible. Mais si cette personne est en phase terminale et n'a pas d'héritiers, on pense qu'il est raisonnable qu'elle dépense tout en vitesse. Et si nous savons que nous allons mourir de la rage, qui nous empêchera de mordre les gens que nous n'aimons pas. Les nations parfois souffrent d'équivalents de maladie terminale. Ce qui paraît suicidaire à des belges peut paraître naturel à des groupements anthropologiques confrontés à une mortalité imminente. L'auto immolation de gens en danger est hélas trop commune. Des cultures de l'age de la pierre se désintègrent souvent au contact du monde extérieur. Leur culture se rompt et les suicides explosent, phénomène connu chez les peuples indigènes, en particulier chez les hommes d'une même communauté qui se suicident à un taux alarmant. On parle de contagion de suicides ou de mort par cloisonnement. Un rapport de la fondation canadienne pour la santé des peuples aborigènes souligne: «Le taux global de suicides chez les communautés des nations premières est deux fois plus élevé que la moyenne canadienne, le taux chez les Inuits en encore plus grand, de 6 à 11 fois la moyenne. Le suicide est épidémique chez les tribus amazoniennes. Le Télégraphe de Londres rapporte le 19 novembre 2000: «La plus importante des tribus d'Amazonie, Guarani, forte de 27.000 membres, est dévastée par une vague de suicides parmi ses enfants, déclenchée par leur entrée en contact avec le monde moderne. Jadis, inconnus parmi les tribus de l'Amazone, le suicide ravage les Guaranis, qui vivent au sud ouest du Brésil, région qui, aujourd'hui détient le record d'un des plus haut taux de suicide du monde entier. Plus de 280 Guarani se sont tués ces dix dernières années, y compris 26 enfants en dessous de l'age de 14 ans qui se sont empoisonnés ou pendus. L'alcoolisme s'est largement répandu comme le désir de posséder des radios, des télévisions et des pantalons de fantaisie, focalisant l'attention sur leur pauvreté. Les structures communautaires et familiales se sont décomposées et les rites sacrés ne se pratiquent plus. Sur plus des 6.000 langages parlés sur terre, deux disparaissent chaque semaine et la plupart des estimations font voir que la moitié d'entre eux seront éteint à la fin de ce siècle. Un rapport des Nations-Unies clame que les 9/10 des langues parlées auront disparus dans les siècles prochains. Beaucoup de ces langues sont parlées par très peu de locuteurs. Mille langages distincts sont, sans doute, parlés en Papouasie Nouvelle Guinée, beaucoup par des tribus de seulement quelques centaines de membres. Plusieurs sont en train de disparaître dans la foret pluviale amazonienne, les montagnes andines et dans la taïga sibérienne. 18 langues n'ont plus qu'un seul locuteur, Il est pénible d'imaginer le regard qu'ils jettent sur le monde. Ils sont les orphelins de l'éternité, à la mémoire nettoyée, avec une existence réduite aux exigences du moment. Ces restes mourants des sociétés primitives sont-ils si différents du reste d'entre nous? La mortalité harcèle la plupart des peuples du monde, pas cette année ni la prochaine mais à l'horizon identifié de la compréhension humaine. Une bonne partie du monde semble avoir perdu le goût de vivre. La fécondité est tombée en quenouille,k à un tel point, dans le monde industrialisé, que des langues comme l'ukrainien et l'estonien seront en danger dans le laps d'un siècle et l'allemand, le japonais et l'italien dans deux. La répudiation de la vie chez les pays avancés qui vivent dans la paix et la prospérité , n'a pas de précédent historique, excepté, peut-être à l'époque de l'anomie de la Grèce à l'époque du déclin post-alexandrien et de Rome au premier siècle de l'ère courante. Rome fit chuté la Grèce et les barbares Rome. Dans le passé, les nations qui prévoyèrent leur propre chute furent les victimes des quatre cavaliers de l'apocalypse: la guerre, la peste, la famine et la mort. Le point de monte pour le vieux quatuor, aujourd'hui, dans un monde plus civilisé, est celui du cinquième, la perte de la foi. Les cultures d'aujourd'hui ne meurent plus par l'épée de leurs ennemis mais d'apathie. Le kamikaze suicidaire arabe est le cousin spirituel de l'aborigène déchu de la foret pluviale amazonienne. L'apathie européenne est le revers de la médaille de l'extrémisme islamique. A la fois les européens apathiques et les musulmans radicaux ont perdu leur relation au passé et leur confiance dans l'avenir. Il reste peu de lumière entre la résignation européenne et l'extinction culturelle à l'horizon de deux siècles, et l'accélération islamique, «Vous aimez la vie et nous aimons la mort.» Ce qui introduit la seconde loi : Quand les nations du monde voient leur décadence non comme une perspective indéfinie à l'horizon mais comme une réalité prévisible à venir, elles périssent ou se désespèrent tel le patient en phase terminal qui va toucher l'argent de son assurance, une culture qui anticipe sa propre extinction adopte une logique différente de la science politique conventionnelle. La théorie des jeux a tenté de faire de la stratégie politique une discipline quantitative. Les joueurs avec des intérêts à long terme pensent différemment que ceux avec des intérêts à court terme. Un escroc qui ne s'attend pas à rencontrer à nouveau sa victime prendra tout ce qu'il peu et s'en ira en courant, un marchand qui veut voir ses clients revenir, agira honnêtement pour une question de bénéfice personnel. Dans le même ordre d'idée, les nations apprennent qu'il est dans leur intérêt d'agir de manière responsable au monde, pour des avantages à long terme et les avantages d'un comportement approprié surpassent les profits passés de la prédation. Mais que se passe-t-il, si quelques joueurs ne dispose d'aucune perspective temporelle, si dans une guerre existentielle, ils s'attendent à ne plus être là à la n-ixième itération du jeu. Des communautés entières se trouvent ainsi face à une extinction probable et qu'aucune solution pacifique ne leur paraît possible? Des situations similaires apparaissent fréquemment dans l'histoire mais jamais autant qu'aujourd'hui alors qu'un grand nombre de cultures ne survivront pas aux deux siècles prochains. Un peuple qui fait face à l'extinction culturelle pourrait très bien choisir la guerre si elle offre la moindre chance de survie. C'est ainsi que les radicaux islamistes interprètent le prédicat de la société traditionnelle musulmane face à la modernité. Les islamistes craignent que si ils connaissent l'échec, leur religion et leur culture disparaîtra dans le maelström du monde moderne. Beaucoup d'entre aux préfèrent mourir en combattant. Paradoxalement, il est possible que des guerres d’annihilation soit le produit de choix rationnels et l'éventail des choix doit toujours supposer que celui qui choisit continuera à exister. Le critère existentiel fausse le calcul ordinaire de l'échec et du succès. Si un groupe pense que la paix implique sa disparition, il n'a aucune raison de la vouloir. C'est ainsi que les radicaux islamistes du Hamas voient l'avenir de la société musulmane. Un état juif prospère et efficace à coté d'un état palestinien pauvre et peu fonctionnel peut signifier la fin de l'autorité morale de l'Islam et de nombreux palestiniens préféreront mourir que d'envisager une telle alternative. Plutôt que de consigner leurs enfants au milieu occidental de la liberté personnelle et de la licence sexuelle, les musulmans radicaux se battront jusque la mort. Pourquoi, les musulmans, les européens et les japonais vivent-ils sous une menace de mort sociétal? Pourquoi les populations implosent-elles dans le monde moderne? Les démographes ont identifié plusieurs facteurs associés avec le déclin des populations, l'urbanisation, l'éducation et l'alphabétisation, la modernisation des sociétés traditionnelles. Les enfants, dans la société traditionnelle, possédaient une valeur économique comme travailleur agricole et apportant des soins à leurs vieux parents; l'urbanisation et lesdurer-apocalypse.jpg systèmes de pension ont fait des enfants des coûts plutôt que des revenus et l'alphabétisation des femmes est une bonne indication du déclin des populations. Les femmes du Mali et du Niger, pour la plupart, pauvres et analphabètes porteront huit enfants durant leur existence. Les femmes blanches, riches et éduquées en porteront un ou deux. Mais qu'est-ce qui définit si c'est un enfant ou deux? Les enfants recèlent aussi une valeur spirituelle. C'est la raison pour laquelle le degré de foi religieuse explique significativement la grande variation des taux de croissance des populations. Les taux de fécondité le plus bas se rencontrent dans les pays de l'Europe de l'Est ou l'athéisme est resté l'idéologie officielle pour des générations et les plus hauts dans les contrées avec un haut degré de foi religieuse, c'est à dire les États-Unis et Israël. Les démographes identifient la religion comme un facteur crucial de la différences entre les populations dans les pays., Quand la foi s'en va, la fertilité s'évanouit aussi. La spirale mortelle du taux des naissances dans la plus grande partie du monde industrialisé a forcé les chercheurs à penser en termes de foi. De douzaines de nouvelles études mettent le parallèle entre croyance religieuse et fécondité. Pourquoi certaines religions semblent-elles offrir une meilleur protection contre les effets stérilisants de la modernité que d'autres? Le déclin démographique le plus rapide jamais enregistré a lieu, aujourd'hui dans les pays musulmans, l'hiver démographique descend rapidement sur un cinquième du monde ou pourtant la religion apparaît dominante. Plus intrigant encore, pourquoi le christianisme semble-t-il inoculer les gens contre le déclin démographique (en Amérique) mais pas les autres comme en Europe? Ce que nous pensions être le rocher indestructible de la foi s'est évanouit sous la lumière chaude de la modernité. Ailleurs, la foi s'est enrichie de la modernité. Apparemment certains types de foi vont survivre dans le monde moderne et d'autres échouer Les analystes et les politiciens sont mal équipés pour comprendre ces circonstances nouvelles et dérangeantes et leurs implications structurelles en économie et en stratégie politique. Pour faire sens, nous devons faire mieux que la science politique universitaire qui range la foi au rayon des structures de croyances comme une structure parmi d'autres dans sa collection de spécimens. Notre science politique n'a pas les moyens pour faire sens de la crise globale dont la cause ultime est spirituelle. Mais ce ne fut pas toujours le cas. Des débuts du christianisme au aux lumières du dix-septième siècle. L'ouest voyait la politique au travers de la lentille de la foi. Le traité de Saint Augustin, au cinquième siècle, La Cité de Dieu s'envisageait dans l'état de la société civile sous-jacente et comprit cette société civile comme une congrégation, un corps uni par un amour commun, en opposition à l’État de Cicéron construit sur l’intérêt personnel. Comme si, le traité du cinquième siècle de Saint Augustin décrivait les choix qu'impliquent les remises en questions provoquées par la stase démographique. Les transformations historiques de la pensée politique depuis Machiavel à Hobbes à Montesquieu étapes de la l'avènement de la pensée rationaliste finissent par se focaliser, sans autre perspective, sur la destinée matérielle de l'homme. Le combat pour la vie fait des vainqueurs et des vaincus, ceux-ci sont forcés de de mander la protection des vainqueurs. Cet anthropologie tronquée qui inscrit l'homme dans un combat incessant pour la richesse, la puissance et la gloire. Hobbes lui, la réduit au combat de l'individu pour sa survie, il détermine que, dans l'état de nature, certains individus et certains groupes possèdent assez d'empire et d'imagination pour triompher des difficultés de l'existence et d'autres ; ceux-ci, seront donc forcés d'abdiquer de leur souveraineté afin de demander leur protection. Si vous rajouter le climat, le terrain et les différences de ressources à la recette, la contemplation de l'homme atomisé et entièrement déterminé par son destin matériel s'exprime simplement par le vocable «géopolitique».

the-five-horsemen-of-the-apocalypse-the-five-horsemen-of-the-demotivational-poster-1274153502.jpg

 

source