UA-7101967-1

23/10/2010

LA SECONDE ETHNOGENÈSE DES ALAMANS

 

C’est à la fin du troisième siècle que les Alamans apparaissent pour la première fois dans les sources écrites. Des invasions récurrentes deDGY001GR1901_03.jpg groupes germaniques dans l’empire romain eurent déjà lieu des décades plus tôt, pour conséquence la frontière de l’empire s’agrandit et passa du sud-ouest de l’Allemagne aux rives du Rhin, du Danube et de l’Iller. De ce fait, les anciennes parties de l’empire se retrouvèrent libres d’établissements germaniques. De plus en plus de groupes venant des régions situées entre le Mecklembourg et la foret de Bohème s’infiltrèrent vers le sud et quand ils arrivèrent dans les anciens territoires romains de la Bavière d’aujourd’hui, ils formèrent la « tribu » alémanique, avec de nouveaux groupes s’intégrant de façon permanente. Quoi qu’il en soit, jusqu’au milieu du cinquième siècle, les Alamans entretenaient des liens contractuels étroits avec l’empire puisqu’ils vivaient juste en face, Ils remplirent aussi un rôle dans la garde de la frontière. Mais avec le déclin de l’empire sur le Rhin, la situation changea complètement. Quel que furent leurs relations économiques, qui aidèrent les élites locales à sauver leur prééminence, dorénavant, elles n’existaient plus. Les rapports de pouvoirs dans la société alémanique changèrent. les alliances organisées de seigneurs de guerre possèdent, à ce moment, les moyens d’étendre leur domaine pratiquement sans restriction. Les sources parlent d’avancées aussi lointaines que Passau à l’est et Troyes à l’ouest. Par cette forme d’économie parasite, les élites alémaniques devinrent fort riches. Au cinquième siècle, les Alamans connaissent leur apogée. Raison pour laquelle, la région attira des groupes extensifs venant principalement du Danube moyen. L’évidence archéologique de ce phénomène est si claire à reconnaitre, qu’elle a été presque prise pour modèle. Pour la courte période d’une génération, les coutumes funéraires étrangères, les éléments de costume et d’armement se retrouvent sur le territoire alémanique. Entre celui-ci et les lieux d’origine des éléments étrangers, sur une distance de 500 kilomètres, on n’en trouve presque pas. Par la découverte des objets des tombeaux, les changements apportés par les étrangers peuvent être définis clairement. Jusqu’au milieu du cinquième siècle, le territoire alémanique ne connait que des tombes simples ou des petits groupes n’en comprenant rarement plus de cinq. C’est seulement après qu’un certain nombre de petits cimetières apparaissent en de nombreux endroits. Au début le nombre de découvertes de la basse Bavière et de la région bohémienne (groupes archéologiques : “Friedenhain-Přešt'ovice” et “Vinařice“) est relativement important, les découvertes sont concentrées autour de l’estuaire de Main. Les étrangers venant du Danube moyen, de Moravie, des régions slovaques et pannoniennes et du bassin des Carpates deviennent de plus en plus répandus, à la fois en quantité et en qualité. Elles apparaissent vers 460-480 dans toute la région alémanique, mais sont très rares en territoire franconien.

 

Gültlingen (ville de Wildberg, Kr. Calw). Tombe de 1901.  type de casque „Baldenheim“. Hauteur 17,7 cm; Diamètre 59 cm. Cuivre à la feuille d'or; fer (d'après Quast 1993).


 

22:49 Écrit par walloween dans Histoire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : alamans, archéologie, histoire |  Facebook

10/07/2009

Inde et Grèce

Apsara du Karnataka
Les Indiens et les Grecs
Apsara du Karnataka
Les Indiens et les Grecs

13:35 Écrit par walloween dans Monde | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : histoire, voyages, archéologie |  Facebook

29/05/2009

Une Commémoration

 

Toutes les familles à bord de la Nouvelle-Hollande, lors de son voyage inaugural furent wallonnes. Victimes de guerres et de persécutidns religieuses, elles demandèrent d'abord au Roi Charles la permission de s'installer sur le sol anglais. La pétition déniée, ces Wallons, devinrent d'ardents volontaires pour se trouver parmi les premiers de la nouvelle colonie de la Compagnie des Indes Néerlandaises Occidentales. Ils avaient en commun avec les pélerins du May-Flower de fuir les persécutions religieuses et suivre les enseignements de Jean Calvin. Mais sans la poésie de Longfellow et de Lowell,ils ne trouvèrent pas leur place dans l'histoire américaine.Ils sont, aujourd'hui plusieurs centaines de milliers, assez mal connus et peu représentés. En 1924, ils manifestèrent le désir d'émettre une pièce commémorative. On en frappa 142.000, on n'en vendit que 55.000 quoique le prix ne fut que d'un dollar. Les pièces restantes furent mise en circulation autour de New-York pour payer les dépenses de leur frappe. La législation pour ta pièce Huguenote-Wallonne fut introduite par le représentant Vestal, président de la commission monétaire du Congrès, il avisa le comité du tricentennaire du conseil fédéral des Eglises du Christ. que les dessins et modèles seraient conçus par la Monnaie mais on pense que le travai fut exécuté par le secteur privé. Avec une meilleure gravure, plus forte, une pièce différente serait désirable et le coté pile ne ressemblerait pas à ce point à celui du demi-dollar anniversaire des pélerins frappé trois ans plus tôt. La place sans gloire assignée aux Wallons dans l'histoire américaine est reflétée par le manque de popularité de cette pièce commémorative, beaucoup d'entre elles se trouvent aujourd'hui dans des collections, non, parce quelqu' un investit un dollar pour le tricentenaire mais parce qu'elles s'échangeaient à valeur faciale. Peu vivent encore qui purent en acheter une à si bon prix et ils seraient chagrinés d'apprendre qu'un spécimen n'ayant pas circulé se vend plus de 75 euros et en premier choix plus de 300.

Demi-dollar d'argent Wallon Huguenot
La face représente l'Amiral de Coligny et Guillaume le Taciturne. Le côté pile montre la "Nouvelle-Hollande",

 

18:52 Écrit par walloween dans Histoire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : histoire, migrations, réformes |  Facebook