UA-7101967-1

17/09/2012

Une guerre ouverte au Moyen-Orient telle qu'elle se profile

Les diplomates américains contemplent avec horreur la perspective d'une frappe unilatérale d’Israël sur l'Iran.

 Dans un rapport daté du 10 septembre, Anthony Cordesman, du Centre pour les Études internationales et Stratégiques de l'Université de Georgetown, prévient, « Si Israël attaque l'Iran, l'instabilité les conflits et le terrorisme, dans la région, ne feront qu'augmenter et les conséquences pour la sécurité régionale seront catastrophiques. »

 Un groupe d'experts « bi-partisan » mené par Brent Scowcroft , ancien conseiller national à la sécurité constate que « Des coûts sérieux pour les intérêts américains se feront sentir à plus long terme avec des conséquences problématiques pour la stabilité politique et économique, régionale et internationale. Une escalade dynamique faite d'actions et de contre-actions pourrait générer des conséquences inattendues qui coûteront très chers et conduiront potentiellement à une guerre générale dans la région.

 S'il est possible d'exposer une pensée contradictoire, considérons la possibilité que cette guerre soit une éventualité favorable aux intérêts américains, qu'une frappe d’Israël réussisse, même de façon limitée, un délai de deux ans, pour l'Iran, dans l'acquisition de l'arme nucléaire, mettait un point d’arrêt au déclin précipité des États-Unis comme super-puissance.

 Sans frappe israélienne, l'Amérique fait face à : un Iran nucléarisé, au glissement continu de l'Irak vers une alliance avec l'Iran. Un régime généralement hostile en Égypte, ou le régime des Frères Musulmans s'appuiera sur des éléments djihadistes afin de divertir le pays de son effondrement économique, une guerre égyptienne pour le pétrole de la Libye et l'eau du Soudan, un régime sunnite radical contrôlant la plupart du territoire syrien faisant face aux Alaouites alliés des iraniens retranchés dans les montagnes de la cote, une prise de contrôle de jure ou de facto de la Jordanie par les Frères Musulmans. A une campagne de subversion contre les monarchies du golfe encouragée par l'Iran et menée par les Chites de la province de l'est et à l'intérieur par les Frères Musulmans. Un Turquie affaiblie qui peut-être imploserait sous l'agitation de ses minorités avec, comme joker, l’émergence des kurdes syriens. Un Afghanistan dominé par les Talibans et le radicalisation des régimes islamiques en Tunisie et en Libye.

 Si cette configuration l'emporte, c'est l'Arabie Saoudite, la perdante et la Russie la gagnante. L’Europe et le Japon ont déjà conclu que les américains avaient déjà abandonnée leur dédication ancienne à la sécurité des approvisionnements en énergie provenant du golfe persique en retirant son soutien à la monarchie saoudienne. Ils ont donc tranquillement changer leurs plans de ravitaillement en se tournant vers la Russie. On ne lit pas ceci dans la presse mais la réorientation vers la Russie est en route, quoi qu'il arrive.

 Pour l'avantage israélien, le scénario devient pire. Les sanctions économiques sont une nuisance pour l'Iran mais ne remettent pas sérieusement en question ses ambitions nucléaires. Quand le Président de la conférence des Chefs d’État-major américains, le Général Martin Dempsey, déclarait, le 30 août dernier qu'il «  ne voulait pas être le complice » d'une frappe israélienne contre l'Iran, il faisait état publiquement ce que le Pentagone signale à l'Iran depuis six mois. Les États-Unis ne veulent aucune part dans cette frappe.

 La remontrance du Pentagone et le refus du Département d' État d'identifier une « ligne rouge » par laquelle l’Iran provoquerait une action militaire américaine, compte pour un feu vert à l'Iran qui lui permet de construire une bombe atomique d'après les analystes israéliens.

 Et si Israël frappait l'Iran ? Du point de vue technique, il va sans dire qu’Israël pourrait endommager sévèrement le programme nucléaire iranien. Comme, Hans Ruhl, analyste militaire allemand très respecté l'écrivait plus tôt cette année : il existe de 25 à 30 installations que l'Iran a, de manière exclusive ou prédominante, consacré au programme nucléaire, six d’entre elles sont de premier rang : l'usine d'enrichissement de Natanz, les ateliers de conversion d' Ispahan, le réacteur à eau lourde d' Arak, les usines d'armement de de munitions à Parchin, l'unité d'enrichissement à Fordow, et le réacteur à eau de Bushehr.

 Les données sur Natanzare sont certaines. La projet est sous surveillance satellite depuis le début et a été observer par des « touristes » israéliens. En ce moment y tournent plus de 10.000 centrifugeuses dont 6.500 en production. La bombe la plus puissante, la GBU-28 (poids 2,3 tonnes), qui a démontré sa capacité à faire un trou dans sept mètres de béton renforcé et dans 30 mètres de terre, suffirait à briser la structure de Natanz. En cas de doute, deux GBU-28s pourraient être utilisées en séquence, La seconde approfondirait le cratère de la première et réaliserait ainsi l'opération.

 Le truc serait de pousser la seconde bombe directement dans le cratère de la première. Si on en croit Cordesman, la probabilité d'un coup direct à l'aide de la technique des bombes intelligentes est de 50%. une demi douzaine de bombes devraient suffire pour chacun des six sites clé, en supposant qu’Israël, après dix ans de planification de l'opération n'aie rien de mieux sous la main, il est raisonnable de conclure que la force aérienne israélienne pourra accomplir la mission.

 Un autre question, plus profonde est : qu'est-ce qui constitue le succès ?

 Quand Israël bombarda les réacteur irakien Osiris en 1981, on s'attendait à un retard de trois ans pour leur programme, le retard fut de dix ans. Mais ce n'était pas le plus important, ce qui le devint ce fut l'effet subséquent sur toute la région. Ce sont ces effets que le Département d’État craint le plus. La vision partagée par les administrations Bush et Obama, à quelques variantes près, d'un Moyen-Orient parsemé de régimes qui leur seraient favorables éclaterait comme une bulle de savon.

 L'Iran essayera probablement de bloquer le détroit d'Ormuz, porte d'un cinquième des livraisons mondiales de pétrole et les États-Unis riposteraient en détruisant, par des voies aériennes, les infrastructures et les capacités militaires conventionnelles de la République Islamique. Cela renforcerait l'humiliation de l'Iran et renforcera son opposition domestique.

 L'influence de l'Iran en Irak et en Syrie diminuera bien que ses tenants verseraient beaucoup de sang entre temps.

 Le Hezbollah lâchera presque certainement son arsenal de missiles sur Israël, infligeant quelques centaines de morts d'après les estimations israéliennes. Israël envahira le sud Liban et ne craindra pas, comme en 2006, une intervention syrienne. Le gouvernement Olmert avait restreint la manœuvre des ses troupes pour cette raison mais l'armée syrienne n'est plus à craindre aujourd'hui.

 Il existe bien sur la possibilité que la Syrie lâchent ses têtes chimiques et biologiques contre Israël mais si le gouvernement passade employait ce moyen, Israël riposterait par un bombardement nucléaire. C'est assez dissuasif. L'influence de l'Iran au Liban se trouverait réduite drastiquement.

 Privé du soutien de son allié iranien, le régime alaouite s'effondrerait et la Syrie deviendrait un condominium turco-saoudien. La boucherie ethnique se trouverait engagée pour un certain temps.

L’Égypte verrait son soutien financier par les états du golfe, supprimé, en punition de son ouverture à l'Iran. Les conséquences domestiques seraient assez laides à voir. Le pays n'a presque plus d'argent. Certains de ses fournisseurs de pétrole ont cessé de l'approvisionner en août et les raffinerie égyptiennes n'ont pas de fonds pour en acheter au gouvernement. Le 12 septembre, Al-Ahram rapporte, qu'en haute Égypte, on souffre actuellement de 30% de manque de diesel. Le journal continue en expliquant qu' à la mi septembre, les égyptiens ont commencé à ressentir une autre crise du diesel, les quantités disponibles sont tellement basses que les queues s'allongent dans les stations. Un manque de liquidités a retardé les payements aux raffineries qui ne peuvent plus acheter du brut nécessaire pour produire le diesel. Le marché quotidien est passé de 40 à 33.000 tonnes.

 L’Égypte pourrait bien devenir un état islamique radical , une Corée du Nord sur le Nil, mais les effets d'une telle dévolution seraient limités, l’Iran neutralisé, l’Égypte cesserait d’être une menace pour l'Arabie Saoudite mais en deviendrait une pour la Libye et le Soudan, voilà qui est bien malheureux mais qu'ont fait le Libye et le Soudan pour nous récemment ?

En l'absence de choix clairs en matière d’intérêts stratégiques de l'Amérique dans la région, Israël se trouverait en position de sauver l'Amérique.

 Sur le long terme, il n'y a aucune raison d’être optimiste à propos du monde musulman qui comprend deux types de pays, ceux qui ne peuvent nourrir leurs enfants, comme l’Égypte et ceux qui ne peuvent cesser d'en avoir comme l'Iran, la Turquie, l'Algérie et la Tunisie. Les nations musulmanes semblent passer directement de l'enfance à la sénescence sans passer par l'age adulte, directement du pré au post modernisme.

 Les turcs ont 1,5 enfants par famille comme les européens peu féconds. Les Kurdes eux, en ont quatre ou  cinq par famille, ce qui rend le remaniement de la carte de Turquie inévitable tôt ou tard. Dans une génération L'Iran se retrouvera avec une pyramide d'age inversée comme les pays industrialisés vieillissants, mais sans la richesse pour la soutenir.

 Il n'y a aucune raison que les pays musulmans s'enfoncent tranquillement dans un déclin irréversible. Une guerre générale au Moyen-Orient ne peut que s'en suivre, faut mieux se faire à l'idée.

source

 

 

 

 

13/01/2010

La privatisation de la guerre et son prix

 

Ricardo Urbina, juge fédéral de Washington vient de produire une jurisprudence qui jette à la poubelle les arguments insistants contre la sous-traitance de la guerre à des mercenaires du secteur privé. En prononçant un non-lieu à l’égard des agents de Black Water qui tuèrent 17 irakiens, place  Nisour, en septembre 2008, le juge met en lumière l’incapacité du gouvernement à tenir ces hommes pour responsable des crimes qu’ils ont commis. Dans les arrêts, il spécifie justement que le gouvernement viola grossièrement le droit des inculpés à se défendre, Il démonte une instruction inepte se fondant sur les déclarations des inculpés aux fonctionnaires du Département d'État qui employait la firme de Caroline du Nord pour protéger les état-majors et les convois en Irak, Il parle  aussi des violations les plus insensées des droits constitutionnels des inculpés, Pendant la campagne Barack et Hillary firent la course pour me montrer les plus durs avec les mercenaires, Il est clair pour Obama que la seule manière de faire fonctionner sa rhétorique est de se débarrasser des milliers de porte flingues privés toujours déployés en Irak, en Afghanistan et ailleurs. Les tueries de la place Nisour ne furent ni les seules ni les dernières. L’armée emploie aussi des firmes telles que CACI International Inc. Impliquées dans plus d’un tiers des incidents survenus en 2003 et 2004 à  Abu Ghraib.Des gardes de Black Water qui avaient pris Xe services comme pseudo et d’autres firmes de sécurité telle Triple Canopy se sont trouvé impliquées dans d’autres attaques terroristes, Le 7 janvier, deux anciens gardes de Black Water sont arrêté et inculpé de meurtre pour des tirs qui laissèrent deux afghans morts en mai 2009, pourtant le gouvernement ne peut tenir son armée contractuelle pour responsable puisque, quand l’occupation formelle de l’Irak prit fin, en 2004, l’administration Bush obtint du gouvernement irakien l’immunité légale pour celle-ci. La Chambre s’est évertuée à dissimuler le tout sous la loi Américaine, l’Acte de Juridiction Militaire Extra-territorial étend les lois civiles aux parties contractuelles, et le Code Uniforme de Justice Militaire fut élargi en 2006 pour s’étendre aux entrepreneurs civils. Les réquisitions du gouvernement n’ont pas trouvé un seul coupable des tueries, Une plainte des victimes d’Abu Ghraib contre ces opérateurs, refusée par une cour d’appel fédérale jugeant que les compagnies bénéficiaient de l’immunité que leur conféraient les contrats de l'État. Furieux, le gouvernement irakien menace d’assigner Xe aux États-Unis et en Irak, Mais les chances de succès s’amenuisent, Les familles de nombreuses familles victimes de l’incident ont accepté, la semaine dernière un arrangement avec Xe, inquiètes de voir le procès ne rien leur apporter. Il y a de nombreuses raisons de s’opposer à la privatisation de la guerre, En comptant sur ces contrats, le gouvernement subit la scrutation publique, et les mercenaires en roue libre contrecarrent les efforts de l’armée qui fait ce qu’elle peut pour gagner la confiance du public. Fondamentalement, le gouvernement ne peut pas ou ne veut pas garder le contrôle légal de ses spadassins, Une nation ou les lois sont  maitresses ne peut partir en guerre ainsi.

January 11, 2010, page A16, NYT edition.

 

10:39 Écrit par walloween dans international | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : irak, jugement, black water |  Facebook