UA-7101967-1

17/09/2012

Une guerre ouverte au Moyen-Orient telle qu'elle se profile

Les diplomates américains contemplent avec horreur la perspective d'une frappe unilatérale d’Israël sur l'Iran.

 Dans un rapport daté du 10 septembre, Anthony Cordesman, du Centre pour les Études internationales et Stratégiques de l'Université de Georgetown, prévient, « Si Israël attaque l'Iran, l'instabilité les conflits et le terrorisme, dans la région, ne feront qu'augmenter et les conséquences pour la sécurité régionale seront catastrophiques. »

 Un groupe d'experts « bi-partisan » mené par Brent Scowcroft , ancien conseiller national à la sécurité constate que « Des coûts sérieux pour les intérêts américains se feront sentir à plus long terme avec des conséquences problématiques pour la stabilité politique et économique, régionale et internationale. Une escalade dynamique faite d'actions et de contre-actions pourrait générer des conséquences inattendues qui coûteront très chers et conduiront potentiellement à une guerre générale dans la région.

 S'il est possible d'exposer une pensée contradictoire, considérons la possibilité que cette guerre soit une éventualité favorable aux intérêts américains, qu'une frappe d’Israël réussisse, même de façon limitée, un délai de deux ans, pour l'Iran, dans l'acquisition de l'arme nucléaire, mettait un point d’arrêt au déclin précipité des États-Unis comme super-puissance.

 Sans frappe israélienne, l'Amérique fait face à : un Iran nucléarisé, au glissement continu de l'Irak vers une alliance avec l'Iran. Un régime généralement hostile en Égypte, ou le régime des Frères Musulmans s'appuiera sur des éléments djihadistes afin de divertir le pays de son effondrement économique, une guerre égyptienne pour le pétrole de la Libye et l'eau du Soudan, un régime sunnite radical contrôlant la plupart du territoire syrien faisant face aux Alaouites alliés des iraniens retranchés dans les montagnes de la cote, une prise de contrôle de jure ou de facto de la Jordanie par les Frères Musulmans. A une campagne de subversion contre les monarchies du golfe encouragée par l'Iran et menée par les Chites de la province de l'est et à l'intérieur par les Frères Musulmans. Un Turquie affaiblie qui peut-être imploserait sous l'agitation de ses minorités avec, comme joker, l’émergence des kurdes syriens. Un Afghanistan dominé par les Talibans et le radicalisation des régimes islamiques en Tunisie et en Libye.

 Si cette configuration l'emporte, c'est l'Arabie Saoudite, la perdante et la Russie la gagnante. L’Europe et le Japon ont déjà conclu que les américains avaient déjà abandonnée leur dédication ancienne à la sécurité des approvisionnements en énergie provenant du golfe persique en retirant son soutien à la monarchie saoudienne. Ils ont donc tranquillement changer leurs plans de ravitaillement en se tournant vers la Russie. On ne lit pas ceci dans la presse mais la réorientation vers la Russie est en route, quoi qu'il arrive.

 Pour l'avantage israélien, le scénario devient pire. Les sanctions économiques sont une nuisance pour l'Iran mais ne remettent pas sérieusement en question ses ambitions nucléaires. Quand le Président de la conférence des Chefs d’État-major américains, le Général Martin Dempsey, déclarait, le 30 août dernier qu'il «  ne voulait pas être le complice » d'une frappe israélienne contre l'Iran, il faisait état publiquement ce que le Pentagone signale à l'Iran depuis six mois. Les États-Unis ne veulent aucune part dans cette frappe.

 La remontrance du Pentagone et le refus du Département d' État d'identifier une « ligne rouge » par laquelle l’Iran provoquerait une action militaire américaine, compte pour un feu vert à l'Iran qui lui permet de construire une bombe atomique d'après les analystes israéliens.

 Et si Israël frappait l'Iran ? Du point de vue technique, il va sans dire qu’Israël pourrait endommager sévèrement le programme nucléaire iranien. Comme, Hans Ruhl, analyste militaire allemand très respecté l'écrivait plus tôt cette année : il existe de 25 à 30 installations que l'Iran a, de manière exclusive ou prédominante, consacré au programme nucléaire, six d’entre elles sont de premier rang : l'usine d'enrichissement de Natanz, les ateliers de conversion d' Ispahan, le réacteur à eau lourde d' Arak, les usines d'armement de de munitions à Parchin, l'unité d'enrichissement à Fordow, et le réacteur à eau de Bushehr.

 Les données sur Natanzare sont certaines. La projet est sous surveillance satellite depuis le début et a été observer par des « touristes » israéliens. En ce moment y tournent plus de 10.000 centrifugeuses dont 6.500 en production. La bombe la plus puissante, la GBU-28 (poids 2,3 tonnes), qui a démontré sa capacité à faire un trou dans sept mètres de béton renforcé et dans 30 mètres de terre, suffirait à briser la structure de Natanz. En cas de doute, deux GBU-28s pourraient être utilisées en séquence, La seconde approfondirait le cratère de la première et réaliserait ainsi l'opération.

 Le truc serait de pousser la seconde bombe directement dans le cratère de la première. Si on en croit Cordesman, la probabilité d'un coup direct à l'aide de la technique des bombes intelligentes est de 50%. une demi douzaine de bombes devraient suffire pour chacun des six sites clé, en supposant qu’Israël, après dix ans de planification de l'opération n'aie rien de mieux sous la main, il est raisonnable de conclure que la force aérienne israélienne pourra accomplir la mission.

 Un autre question, plus profonde est : qu'est-ce qui constitue le succès ?

 Quand Israël bombarda les réacteur irakien Osiris en 1981, on s'attendait à un retard de trois ans pour leur programme, le retard fut de dix ans. Mais ce n'était pas le plus important, ce qui le devint ce fut l'effet subséquent sur toute la région. Ce sont ces effets que le Département d’État craint le plus. La vision partagée par les administrations Bush et Obama, à quelques variantes près, d'un Moyen-Orient parsemé de régimes qui leur seraient favorables éclaterait comme une bulle de savon.

 L'Iran essayera probablement de bloquer le détroit d'Ormuz, porte d'un cinquième des livraisons mondiales de pétrole et les États-Unis riposteraient en détruisant, par des voies aériennes, les infrastructures et les capacités militaires conventionnelles de la République Islamique. Cela renforcerait l'humiliation de l'Iran et renforcera son opposition domestique.

 L'influence de l'Iran en Irak et en Syrie diminuera bien que ses tenants verseraient beaucoup de sang entre temps.

 Le Hezbollah lâchera presque certainement son arsenal de missiles sur Israël, infligeant quelques centaines de morts d'après les estimations israéliennes. Israël envahira le sud Liban et ne craindra pas, comme en 2006, une intervention syrienne. Le gouvernement Olmert avait restreint la manœuvre des ses troupes pour cette raison mais l'armée syrienne n'est plus à craindre aujourd'hui.

 Il existe bien sur la possibilité que la Syrie lâchent ses têtes chimiques et biologiques contre Israël mais si le gouvernement passade employait ce moyen, Israël riposterait par un bombardement nucléaire. C'est assez dissuasif. L'influence de l'Iran au Liban se trouverait réduite drastiquement.

 Privé du soutien de son allié iranien, le régime alaouite s'effondrerait et la Syrie deviendrait un condominium turco-saoudien. La boucherie ethnique se trouverait engagée pour un certain temps.

L’Égypte verrait son soutien financier par les états du golfe, supprimé, en punition de son ouverture à l'Iran. Les conséquences domestiques seraient assez laides à voir. Le pays n'a presque plus d'argent. Certains de ses fournisseurs de pétrole ont cessé de l'approvisionner en août et les raffinerie égyptiennes n'ont pas de fonds pour en acheter au gouvernement. Le 12 septembre, Al-Ahram rapporte, qu'en haute Égypte, on souffre actuellement de 30% de manque de diesel. Le journal continue en expliquant qu' à la mi septembre, les égyptiens ont commencé à ressentir une autre crise du diesel, les quantités disponibles sont tellement basses que les queues s'allongent dans les stations. Un manque de liquidités a retardé les payements aux raffineries qui ne peuvent plus acheter du brut nécessaire pour produire le diesel. Le marché quotidien est passé de 40 à 33.000 tonnes.

 L’Égypte pourrait bien devenir un état islamique radical , une Corée du Nord sur le Nil, mais les effets d'une telle dévolution seraient limités, l’Iran neutralisé, l’Égypte cesserait d’être une menace pour l'Arabie Saoudite mais en deviendrait une pour la Libye et le Soudan, voilà qui est bien malheureux mais qu'ont fait le Libye et le Soudan pour nous récemment ?

En l'absence de choix clairs en matière d’intérêts stratégiques de l'Amérique dans la région, Israël se trouverait en position de sauver l'Amérique.

 Sur le long terme, il n'y a aucune raison d’être optimiste à propos du monde musulman qui comprend deux types de pays, ceux qui ne peuvent nourrir leurs enfants, comme l’Égypte et ceux qui ne peuvent cesser d'en avoir comme l'Iran, la Turquie, l'Algérie et la Tunisie. Les nations musulmanes semblent passer directement de l'enfance à la sénescence sans passer par l'age adulte, directement du pré au post modernisme.

 Les turcs ont 1,5 enfants par famille comme les européens peu féconds. Les Kurdes eux, en ont quatre ou  cinq par famille, ce qui rend le remaniement de la carte de Turquie inévitable tôt ou tard. Dans une génération L'Iran se retrouvera avec une pyramide d'age inversée comme les pays industrialisés vieillissants, mais sans la richesse pour la soutenir.

 Il n'y a aucune raison que les pays musulmans s'enfoncent tranquillement dans un déclin irréversible. Une guerre générale au Moyen-Orient ne peut que s'en suivre, faut mieux se faire à l'idée.

source

 

 

 

 

06/04/2011

C'est la guerre qui fait les bonnes affaires

Mensonges,hypocrisie et agendas cachés. Le président américain n'a naturellement rien évoqué de semblable en expliquant sa doctrine libyenne au monde, On a un peu l'esprit secoué par tous les trous noires qui ensablent cette splendide petite guerre qui n'en est pas une ( intervention limitée dans le temps, actions à objectifs militaires limités, comme le dit la Maison Blanche) matinée de l'incapacité de la pensée positive de condamner à la foi le main de fer de Kaddafi et le le « bombardement humanitaire »anglo-franco-américain.

Lire la suite

01:23 Écrit par walloween dans Economie, Histoire, Monde, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : guerre, eau, gaz, pétrole, libye |  Facebook

25/03/2011

La Chine profite de la Libye pour engager une guerre de propagande

BEIJING - - Une conspiration afin de s'emparer du pétrole de Libye. Un avertissement au monde que l'Ouest veut assurer sa domination. Une démonstration flagrante d'hypocrisie sur la question des droits de l'Homme. Le Parti Communiste, au pouvoir, à propos les frappes aériennes contre la Libye, par sa presse et sa télévision inonde d'un torrent de critiques la coalition occidentale et développe une campagne de propagande pour détourner le public d'imiter les insurrections arabes contre les gouvernements autoritaires. L'atmosphère médiatique montres les chefs chinois nerveux sur ce qui pourrait remettre leur pouvoir en question, en particulier lors de commentaires télévisés posant une action occidentale en Libye répondant à l'application des conventions internationales des droits de l'homme,dit Li Datong, ancien chef de rédaction du journal d'un parti chinois. «Le Parti Communiste Chinois voit d'un très mauvais œil l'éventualité que les droits de l'homme et les demandes démocratiques puissent peser sur la souveraineté de l'état. Ils agiront contre,» dit Li, expulsé de son emploi pour avoir dénoncé la censure. Bien avant le début des combats en Libye, le gouvernement chinois attaquait avec véhémence la «Révolution de Jasmin». Les rassemblements pour demander le changement démocratique inspirés par les mouvements populaires tunisiens et égyptiens, se sont trouvés noyer par la censure et une opération sécuritaire d'envergure. Depuis le début des frappes, La Chine dit au public que l'attitude de l'ouest montre qu'on ne peut lui faire confiance et que ses intérêts passe avant ses principes. «Ces jours derniers, certains sites internet ont émis l'idée l'étrange idée que les droits de l'homme sont plus importants que la souveraineté,» disait, Mercredi, un journal du soir à grand tirage. La campagne aérienne donne le signal politique international: «Dans ce monde, c'est l'Ouest qui dégaine,» dit le journal. Le Quotidien du Peuple, organe du Parti Communiste Chinois, déclare que «la Libye comme l'Irak ont été attaqués pour leur pétrole.» Ceci reflète le non interventionnisme traditionnel de l'état chinois et son inquiétude sur l'évolution des courants politiques à l'intérieur, il compte sur la Libye pour riposter. « les appels de la Révolution de Jasmin étaient rien moins qu'une plaisanterie virtuelle» mais c'est pourtant ce qui les a rendu si nerveux. Les médias s'auto-contrôlent par leur compétition féroce et le gouvernement obtient en priorité toutes les statistiques d'opinion et dicte sa stance,la réponse des Chinois correspond à ces besoins politiques. L'hebdomadaire militaire publié par l'Armée Populaire de Libération de la Chine écrit: «derrière ces frappes, il n'y a que l'intérêt.» Ce n'est pas nouveau pour la Chine. En 1999, elle dénonçait la campagne du Kosovo comme un amalgame dénué de sens et la critique devint fièvreuse quand les américains bombardèrent l'ambassade de Chine à Belgrade, tuant trois personnes. Elle dénonça également la guerre menée par les américains en Afghanistan comme étant la démonstration de l'hypocrisie et de la vénalité de l'Ouest. Aujourd'hui, les officiels chinois sont confrontés à un internet qui, en dépit d'une censure extensive, continue de grandir, encore plus activement qu'à l'époque, dit Zhan Jiang, professeur d'étude des médias à l'Université de Beijing pour les Études Étrangères. Le Président Hu Jintao est soucieux de contrôler les 453 millions d'usagers d'internet. Dans une allocution, le mois dernier, il a insisté pour «établir des mécanismes qui permettent de guider l'opinion publique en ligne.» « La réactivité est un peu semblable à celle de la guerre du Kosovo, mais l'internet a bien plus fort et il y a bien plus de prise de position en ligne sur les idées démocratiques,» dit Zhan.

Asahi.com

13:19 Écrit par walloween dans international, Monde, Politique | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : beijing, libye, propagande |  Facebook

23/03/2011

Les «optiques» de l'aube de l'odyssée

L'aube de l'odyssée est, du moins, pour le moment, si on excepte le débarquement de Somalie, la première guerre américaine en Afrique. Le Pentagone, par le truchement du Vice-Amiral Bill Gortney, n'a guère laissé de doute en soulignant que la tète de frappe est américaine. C'est le Général Carter Ham qui joue Homère, à partir de sont état-major de Stuttgart ( aucun pays africain ne s'étant soucié d'accueillir l' Africom) Et Ulysse, dans ce qui ressemble plus à une iliade qu'à une odyssée, le Commandant de la force d'action unifiée de l'aube de l'odyssée, Amiral Sam Locklear, à bord de l'USS Mount Whitney, quelque part en Méditerranée. Les planificateurs de la Maison Blanche et du Pentagone ont parié sur la seule capacité d'un petit mesclun de la guerre d'Irak type « choc et terreur ». Le problème est que le Colonel n'a l'air ni choqué ni terrorisé, mais fâché, sans doute, comme sur la photo de l'autre jour dans son complexe de Bab al-Aziziya, mais il ne s'est pas décomposé. Et le régime riposte sans se révolter contre le Colonel. Quoi qu'il en soit, Washington projette publiquement l'illusion d'être au désespoir de se débarrasser de cette guerre vendue comme une «mission limitée». Mais les communications sont brouillées. Et comme les maitres de la guerre connaissent aussi des temps difficiles, dans le jargon du Pentagone cela devient : « une transition vers le commandement de la coalition ». Washington aurait du évaluer les perspectives avant d'évoquer Homère. Oubliez les erreurs qui se passent à l'instant, le feu ami (il viendra), les dommages collatéraux( on en a), l'axe du mal ( vieille rengaine appréciée) ; le nouveau néologisme général, c'est optique, l'optique comme dans la phraséologie des militaires et de leurs fidèles scribouillards: «l' optique émotionnelle des missiles de croisière additionnés des conférences de la coalition rappelle à tout le monde la guerre d'Iraq en 2003 ou des craintes assez répandues à propos de «l'optique d'engager la guerre», encore une fois, dans un autre pays musulman.


Atimes

11:16 Écrit par walloween dans Histoire, Monde, Politique | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : guerre, libye |  Facebook