UA-7101967-1

01/03/2012

Le fils du peuple

J'ai cassé les rennes

J'ai perdu la force de ma main gauche et je vais laisser le monde pour vous seul, comme le cheval blanc, j'ai cassé les rennes et qui peut très bien se perdre là ou il va. Et quand ils ont fini par comprendre ton bel amour, mes baisers vont te manquer dans leurs propres bras,vous avez envie de pleurer sans pouvoir verser de larmes alors que vous vouliez me regarder si triste à mes yeux, vous l'aviez voulu une fois. Lorsque vous voulez vous forcer à vous dépasser et tout abandonner, c'est comme si vous apportiez votre âme sur le balcon et vous pouviez également perdre si vous partiez.

Le fils du peuple

C'est mon orgueil être né dans ce pauvre quartier
loin du bruit et de la fausse société.
Je suis heureux d’être un fils du peuple
et je vis parmi des gens sans fausseté.
Mon destin est le mémé, je le veux pour demain
Supportant ma tristesse ou vivant d'une illusion
Je vis heureux avec ma pauvreté
Et si je n'ai pas d'argent, j'ai un grand cœur
Descendant de Cuautemoc et Mexicain par hasard,
malheureux en amour, je suis ivrogne et troubadour.
Mais combien de millionnaires ne voudraient vivre ma vie
pour ainsi chanter la pauvreté sans souffrir.
Voilà mon orgueil, mon pauvre quartier
loin du bruit, je compose mes chansons.
Et le jour ou ce peuple m'échoiera
Ce jour là, je vais pleurer


Jose Alfredo Jimenez

jimenez.jpg

 

23:58 Écrit par walloween dans Lettres | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : poésie, chansons, mexique |  Facebook

15/02/2012

L'Acte d'Honneur d'un immigrant Mexicain

La guerre d'escarmouche à Picacho Peak entre les Confédérés du Texas et les soldats de l'Union de Californie, le 15 avril 1862. Son souvenir est célébré chaque année. C' est sans doute l' histoire d'honneur la plus exemplaire du combat courageux des immigrants mexicains face à l'occupation de Tucson par les Confédérés. En 1862, le jour de la Saint Valentin, Jefferson Davis désignait le territoire de l'Arizona, en réalité, le sud de l'Arizona, en dessous du trente quatrième parallèle, comme sa capitale la plus occidentale. Il fallut arriver à la fin de la guerre pour reconnaître ce territoire non sans de longs atermoiements faits de déclarations et de requêtes. Pendant que le Congrès Américain se livrait à des atermoiements. Les Confédérés se réunissisaient à Mesilla, au Nouveau Mexique, le 16 mars 1861, déclarèrent qu'ils ne «reconnaîtraient pas l'actuelle administration Républicaine Noire.» Subséquemment, une convention de Tucson élut un délégué au Congrès Confédéré. Le jour ou, les drapeaux confédérés s'érigèrent aux mats de la grand place déserte de Tucson, le bataillon des Confédérés se vit rejoindre par Mark Aldrich, un marchand de l'Illinois, impliqué mais non accusé du meurtre du fondateur des Mormons, Joseph Smith et qui fut aussi Maire. Le reste des marchands de la ville occupée comme le pionnier Sylvester Mowry, se rangea aux cotés des Confédérés. Mowry, Républicain de Rhode Island tira avantage de son esprit d'entreprise en fournissant du plomb de ses mines pour leurs munitions. Un immigrant mexicain prit position pour l'Union. Estevan Ochoa,impeccablement vêtu, déambulait dans les rues de Tucson, en mécène de la version locale de l'Union des Immigrants fondée à New York. Un des entrepreneurs les plus actifs d'avant et d'après la guerre civile, il avait amassé une petite fortune de ses frets et de ses activités de pionnier dans le coton, le bétail sur pied et les mines. Ochoa et Mowry, membres du comité spécial de la convention de 1859 de Las Cruces, Nouveau Mexique, avaient signé la pétition pour l’organisation de l'Arizona comme territoire séparé. Il avait immigré deux ans plus tôt et à 28 ans déjà, un des chefs du nouveau territoire. Le journal hebdomadaire de l'Arizona l'avait décrit avec aménité comme un bel homme auJohnny_Rebel_Book.jpg tempérament joyeux avec un style unique qui requérait de chaque membre du Congrès une travail diligent et énergique pour la bonne cause dans laquelle ils étaient embarqués. Les contemporains, les journalistes et les historiens, tous, en fait lui décernait le titre honorifique de “Don Estevan,” sans doute pour souligner le rôle influent d'Ochoa dans l'élite de l'Arizona, sans cesse grandissante, dominée par les anglo-saxons. Ochoa était né à Chihuahua en 1831, ou sa famille possédait de nombreuses terres et dont les armoiries remontaient à Colomb. Il aurait pu agir en profiteur de guerre et faire de beaux bénéfices an répondant aux demandes de Confédérés pour des trains de convois. Les Texans occupant sa ville, Ochoa avait fait son choix. L'historien Frank Underwood narre l'instant dramatique vu par le capitaine rebelle. «Monsieur Ochoa, vous réalisez que l'union n'existe plus, j'espère, dès lors, que vous céderez aux instances de la Confédération qu'elle ne confisque vos propriétés et ne vous expulse de la ville.» Poliment et sans faiblesse, Don Estevan répondit:«Capitaine Hunter, il est hors de question, pour moi, de prêter allégeance à quelque parti que ce soit qui fut hostile à l'Union, celle à elle que je dois ma joie et ma prospérité. Quand, voulez-vous, Monsieur, que je parte?» On lui permit d'emmener son cheval favori, 20 cartouches et du ravitaillement et il s'en alla, seul pour traverser le pays apache. A la vérité, La Troisième Armée eut plus de difficulté an Arizona que les restes de l'Union et de la force occupante des Confédérés: Les Apaches. Leur menace inquiéta le gouverneur auto-appointé du territoire confédéré de l'Arizona; le Lieutenant-colonel texan John Baylor et il déploya son armée dans le sud ouest. Au printemps de 1862, Baylor franchi un pas de plus dans la barbarie à l'encontre des indiens en écrivant au commandant de la place de Tucson: « Le Congrès des États Confédérés vient de voter une loi permettant l'extermination de tous les indiens hostiles. Tous les moyens amenant les Apaches de n'importe quelle tribu a résipiscence seront employés, quand ils seront réunis, tuez les adultes et vendez les enfants pour défrayer les dépenses des massacres» Cette déclaration lui coûta son poste de gouverneur mais il resta membre du Congrès. Les Confédérés demeurèrent autour de Tucson for peu de temps. En été 1862, Les forces de l'Union de Californie les obligèrent à fuit Tucson. Mowry fut arrêté comme «sympathisant unioniste, espion et traître» et emprisonné brièvement à Yuma. Un déserteur confédéré, Jack Swilling, émigrera vers le nord et fondera Phœnix. Certains proclamèrent qu'Ochoa entrevoyait le destin de l’État, par son départ, « Dès aujourd'hui, je vivrai pour vous voir partie d'ici dans de plus mauvaises conditions que vous me faites»; En effet, il revint dans le vieux pueblo et rétablit ses diverses activités. Finalement, Abraham Lincoln reconnu la légitimité de l'autonomie de l'Arizona le 24 février 1863. Ornée de gages d'oiseaux en bambou, de faisans et de paons, l'hacienda d'Ochoa à Tucson, devint, après la guerre civile, la point de ralliement des familles les plus importantes de Tucson, des visiteurs et des desseins progressistes. Réputé pour la douceur de ses manières, pour sa générosité et sa courtoisie, il aimait à se rouler des cigarettes dans un cornet de mais. Plus tard dans la vie, il se maria et couvrit sa jeune épouse des meilleurs lins et soies, des vêtements les plus élégants que le commerce urbain mexicain pouvait offrir. En 1875, en tant que Maire de Tucson, premier et seul mexicain à l’être, Président du comité scolaire, il combattit une législature territoriale récalcitrante et une évêque catholique dominateur en levant tout seul des fonds, en offrant des terres afin d'y établir la principale école public de Tucson.(Trois ans plus tôt, comme Président du comité pour l'éducation publique, il construisit le premier système d'éducation durable à Tucson après l'échec des premiers essais.). Au printemps de 1876, le Citoyen d'Arizona déclarait: «Ochoa agit constamment pour le bien du public,» et concluait« il est l'ami véritable et utile du pauvre méritant, de l'opprimé et d'un bon gouvernement.» En 1877, Ochoa plaça littéralement la dernière tuile de la pergola de la façade de l'école terminée. Et le journal de commenter «Le zèle et l'énergie que Monsieur Ochoa à porter à l'éducation publique doit lui donner une place importante au rôle d'honneur pour lui permettre d’être plus près encore de ses concitoyens, il a tellement fait pour préparer la jeunesse au combat de la vie.» Le chroniqueur militaire John Bourke, qui servit dans les campagnes des guerres Apache avec le Général George Crook, décrivait Ochoa comme “un des homme les plus aimables et les plus courageux de tout le sud ouest et citait aussi un compagnon pionnier: «c'était l'homme typique de la frontière, entier, agressif, fertile en ressource, se moquant du danger, rarement arrêté par un obstacle, en bref possédant justement ces qualités essentielles à la fondation d'un nouvel état.» Mais c'est la défense de l'Union à Tucson qui restera son plus grand héritage. Cinquante ans plus tard, avec un état en voie d’institutionnalisation, le Quotidien d'Arizona rappelle à ses lecteurs que le pionnier mexicain fut le seul à soutenir l'Union.

31/05/2009

Les mariachis, c'est plus que de la musique

Le public non informé voit et entend chez Les Mariachis, une musique qui semble folklorique avec de multiples emprunts à la musique de bal et de concert de la deuxième moitié du dix-neuvième siècle. Mais cet art, à l'origine forcément paysanne exprime la vraie grande poésie populaire d'aujourd'hui. La complexité des inspirations, l'absence de préjugés artistique et l'extraordinaire virtuosité de ces musiciens invente des inventions musicales basées sur une solide discipline classique. Pourquoi ? Parce que un dictateur connu des amateurs Porfirio Diaz à un jour décrété qu'il devait y avoir un kiosque à musique dans chaque village, bourg et cités, ou les cliques et orchestres devaient répéter et jouer le mercredi et le samedi en fin d'après midi. Et si on tisse un art à partir des Frères Strauss et de la musique africaine, on obtient, entre beaucoup d'autres choses, toute la technique, le style et le répertoire le plus décoiffant rythmiquement et poétiquement que l'on peut apprécier même sans être hispanisant mais à condition d'avoir le goût du rythme et des quadrilles de grand-mère. Elle trouve sa place dans les bals populaires et à l'opéra, dans les opérettes et dans les grands concerts pleins de ferveur, de fièvre amoureuse et d'exaltation patriotique. Il ne s'agit pas ici d'un simple spectacle et dans ces réunions tous les sentiments, toutes les idées politiques, les drames sentimentaux et les scènes comiques s'entrechoquent au pas des violons et des cuivres. Ces postures sont l'opposition d'un pays au parti unique. Certains grands artistes de la scène chantée incarnent, par leur poésie, des personnages considérables de la vie publique et les paroles de leurs chansons ne sont pas inoffensives. Songeons à l'effet que pouvait avoir Damia ou quelque autre artiste réaliste sur le public populaire des années 30. Souvenons-nous de l'affect débridé qui entourait le personnage de la mome Moinot, imaginons la chanter du Béranger ou du Bruant, rajoutez-y un rien de Ferrat et de Ferré, faites revenir à l'Offenbach, laissez mijoter et servez ému… Originaire de l'état du Jalisco dont la capitale est Guadalajara, ville belle possédant un opéra néo - classique, monument de première importance et tremplin de la civilisation sur la scène duquel les plus grands ont chanté. Placido Domingo et Julio Iglesias insistent volontiers à propos de ce que leur art doit à celui des Mariachis. Des noms, mais surtout des destins d'artistes servent de phare à la culture populaire mexicaine. Citons George Negrete (ici avec Maria Felix), Lola Beltran et Lucha Villa Pedro Infante, Mariachi Vargas, Jose Alfredo Jimenez, Lucha Reyes, Yolanda Del Rio et la grande Paquita la del Barrio. La présence du public aux concerts de ces demi-dieux vivants signifie autant un divertissement qu'une adhésion à l'artiste qui ferait ressembler les spectacles du Zenith à une réunion spirite. L'Eglise y a vu clair, il s'agit bien au Mexique, de clarté, de foi et de ferveur et de sens aussi. Ecoutez-les, d'autres noms brillent au firmament de la chanson populaire mexicaine, ils sont tous importants quand le peuple tend l'oreille. Un grand succès aimé de la jeunesse : Paquita la del Barrio - Rata de Dos Patas, la traduction est en dessous

Le Rat à Deux Pattes

Rat immonde
Animal rampant
Cendre de la vie
Mauvais affiquet

Sous homme
Spectre de l'enfer
Bestiole minable
Quand tu me fais mal

Bête nuisible
Vipère venimeuse
Déchet de la vie
Je te hais, je te méprise

Rat à deux pattes
C'est à toi que je parle
Sale type rampant
Même le plus maudit
Comparés à toi
Se fait tout petit

Maudite sangsue
Maudit cafard
Qui infecte ou il pique
Qui blesse et qui tue

Sale animal
Serpent venimeux
Déchet de la vie
Je te hais et te méprise

Enfer inutile de la haine et du mépris

Paquita_la_del_barrio.jpg

 

20:58 Écrit par walloween dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : mariachis, mexique |  Facebook