UA-7101967-1

07/06/2012

La vraie vie de Stanley

Il est peu vraisemblable qu'Henri Morton Stanley,savait, quand il rejoignit un régiment d'artillerie de l'Illinois, le 4 juin 1862, que son action validait un principe darwinien central, que ce n'est pas forcément le plus grand et le plus fort qui survivent, mais le plus adaptable.

 

Stanley, soldat de la Confédération, capturé à Shiloh et emprisonné au Camp Doublas à Chicago, prison marécage ou 200 des 8.000 prisonniers moururent au cours de la première semaine, laissa des notes, plus tard à propos des conditions de la prison" c'était la négligence et de nombreuses vies furent perdues... une époque stupide et sans cœur coupable d'énormités qui demanderait aux plus saints de pardonner", il prit la sortie même si cela signifiait combattre pour l'autre coté.

En changeant de camp, Henri devint le premier des 6.000 ainsi nommé "Yankees Galvanisés" qui passèrent du gris au bleu(galvanisé, parce que dans le procédé de la galvanisation revêt l'acier d'une fine couche de zinc bleuâtre, alors que le métal en dessous reste le même). Pour éviter qu'ils ne combattent leurs anciens camarades, la plupart des Yankees Galvanisés furent envoyer dans l'Ouest pour combattre les Indiens. Mais comme Stanley était un émigrant récent, son unité de l'Illinois fut envoyée en Virginie. Sur le chemin, il souffrit les effets des infections de Camp douglas et fut hospitalisé à Harper's Ferry le 22 juin.

Ce n'était pas la première fois que Stanley manifestait sa capacité d'adaptation. En 1858, il arrivait à la Nouvelle-orléans à 18 ans, il s'appelait John Rowlands ; il abandonna bien vite son boulot de garçon de cabine obtenu à Liverpool et disparu dans la cité. Il ne laissait pas grand chose derrière lui, sa mère prostituée galloise et le père inconnu. Son grand-père maternel le fit grandir jusque sa mort cinq ans plus tard. Depuis lors, comme dans Dickens, il vécut dans un "atelier", lieu d'accueil pour les indigents non-invalides, obligés souvent d'effectuer des travaux pénibles pour conserver leur place.

On ne sait comment, le jeune John s'arrangea pour obtenir quelque éducation en route. Grâce à la connaissance de la lecture, de l'écriture et de l'arithmétique, arrivé à la Nouvelle-Orléans, il fut rapidement engagé par un marchand local. Graduellement, le propriétaire, vieux et sans enfants, s'intéressa de plus en plus à John. Il parla au garçon des perspectives commerciales favorables de l'ouverture d'un magasin sur un des tributaires, en amont du Mississipi. Un an plus tard, John s'installait sur un site tout près de la ville appelée aujourd'hui Pine Bluff dans l'Arkansas. Mais d'abord, il changea son nom en une variante du patronyme d'un marchand de coton fort admiré à la Nouvelle-Orléans John Rowlands devint Henry Morton Stanley.

Après le raffinement de la Nouvelle-Orléans, Stanley se trouva choqué par le chauvinisme, la violence et l'orgueil imbécile qu'il trouva parmi les planteurs de l'Arkansas et les hommes de la foret qui parlaient vite d'honneur et rapidement de se venger. En retour, le garçon s'initia aux fusils et aux pistolets; il acheta un Smith et Wesson et on l'envoyait, de temps en temps, collecter les impayés.

Mais des dangers plus grands se firent jour en juin 1861, la jeunesse de la région rejoignit une compagnie confédérée connue comme les"Gris" ; Henri resta coi jusqu'au jour ou il reçut un paquet, adressé par une main féminine, contenant une chemise et une petite veste, équivalent local la plume anglaise symbole traditionnel de couardise. Il rejoignit les Gris qui devinrent part du sixième régiment de l'Arkansas.

 

Il fut parmi les premiers à attaquer Shiloh. Juste avant la première charge, un ami de Stanley, Henri Parker, âgé de 17 ans, mettait des violettes à son képi en espérant que les Yankees ne le tuerait pas, simplement parce que " les fleurs sont signe de paix" Alors que les Gris s'approchaient et se trouvèrent sous le feu d'artillerie, Stanley note : " le monde entier semble plongé dans une gigantesque ruine".Image2.jpg

 

 

 Le pied de Parker fut écrasé. Le second jour, Stanley se retrouva isolé et fut capturé. Durant la marche vers l'arrière, de nombreux soldats sudistes l'auraient tué plusieurs fois sans l'intervention de ceux qui le capturèrent. Apparemment, après séjour à Harper’s Ferry, il décida qu'il en avait assez de la guerre. Il déserta les confédérés et retourna à Liverpool en septembre1862. Sa mère refusa de le recevoir en lui disant "ne reviens jamais si ce n'est pas dans de meilleures circonstances".

Il retourna brièvement à la mer pour finir à Brooklyn en octobre 1863. Il avait, sans doute, oublié son dégoût pour la guerre civile et l'été suivant décida de rejoindre la marine fédérale comme sous-officier et secrétaire sur la frégate le Minnesota. Son poste lui permit de vendre un article racontant l'histoire d'un des engagements de la frégate. En février 1865, Stanley déserta à nouveau et fut sans doute un des seuls hommes qui servirent et désertèrent les deux armées.

Après la guerre, il plongea à plein temps dans le journalisme, couvrant d'abord les guerres indiennes. Plus tard, il persuada le New York Herald, le plus important journal de la ville, de financer une mission pour trouver le docteur David Livingstone, missionnaire pionnier et explorateur de l'Afrique. En1850 Livingstone fut le premier à traverser l'Afrique mais à la fin des années soixante, on ignorait ou il se trouvait. Stanley proposait de le retrouver, de lui fournir des vivres et d'en écrire l'histoire pour le journal.

Il s'ensuivit huit mois d'aventures, Henry trouva Livingstone qui vivait dans un village tout près du lac Tanganyika. Il est peut probable qu'il prononça la fameuse phrase "Docteur Livingstone, je présume ?" Mais il en fit usage pour illustrer son article. Le voyage les rendirent célèbres tous les deux, il n'avait jamais reconcé à sa nationalité britannique, on le fit chevalier.

Deux ans plus tard, Stanley, entièrement absorbé par l'Afrique, explora le bassin du Congo. Il est difficile d'ignorer les difficultés d'une expédition de mille jours qui se termina en août 1877. Débutant avec une équipe de 350 membres, quand elle se conclut, qu'il n'en restait que 100, parmi lesquelles, Stanley était le seul blanc. Ce fut aussi une expérience brutale pour la population indigène. Il n'hésitait pas à combattre tous ceux qui se mettaient dans son chemin et suivant l'explorateur Richard Burton, "Stanley tue des nègres comme s'ils étaient des singes". Burton n'était pas le seul à observer les mouvements de Stanley. Après la lecture d'un journal le roi des belges Léopold, avide se s'approprier un morceau de continent, se dit que ce vaste territoire au milieu de l'Afrique, que personne ne réclamait, ferait bien l'affaire. L'année suivante, il embaucha Stanley en lui offrant un contrat de cinq ans pour obtenir des concessions commerciales au Congo. Les Belges étant assez réticents à s'engager dans la colonisation s'arrangea pour que les concessions acquises par Stanley soient attribuées à une compagnie privée possédée par le roi.

Obtenir la reconnaissance diplomatique était un défi pour une compagnie privée, mais Léopold identifia un précédent dans la Société pour la Colonisation Américaine, une association privée qui organisait le Libéria comme un foyer de colonisation pour les anciens esclaves américains libérés. Il engagea Henry Sanford, un ancien ambassadeur de Lincoln en Belgique afin de convaincre le Président Chester A. Arthur d'avaliser la souveraineté privée des territoires réclamés par le roi. Ce qui lui créa un levier suffisant pour obtenir aussi la reconnaissance de la Prusse. Graduellement d'autres pays acquiescèrent. En conséquence, la compagnie du roi obtint une souveraineté privée sur un territoire grosso modo de la taille de la moitié Ouest des Etats-Unis.

L'Etat Libre du Congo évolua vers un statut colonial conventionnel en devenant le Congo Belge. L'exploitation coloniale se montra cruellement impitoyable en fondant sur les ressources naturelles et les mines ou travaillait une main d'œuvre d'esclaves. Parmi celle-ci se trouvait Shinkolobwe, ou on découvrit de riches gisements de nickel, cobalt ainsi qu'un métal d'un poids inhabituel découvert en 1915. On trouvait peu d'usage à ces lourds lingots mais à l'aube de la seconde guerre mondiale quand les expériences de réaction nucléaires en chaîne impliquèrent l'usage de ce métal, il produisit des bombes exceptionnellement puissantes.

Soudain les lingots d'uranium de Shinkolobwe devinrent une ressource stratégique. En 1941, la mine expédia 1.250 tonnes d' uranium partiellement raffiné à Staten Island pour un stockage sécurisé ou elles restèrent jusque leur achat par le projet Manhattan deux ans plus tard. Presque tout l'uranium utilisé par Robert Oppenheimer et l'équipe de Los Alamos venait du Congo Belge.

Ce territoire, initié par monarque mineur européen, légitimé par un précédent diplomatique américain, amené à l'existence avec la complicité du Président Arthur de concert avec un ancien ambassadeur de Lincoln et d'abord exploré par un Yankee Galvanisé fit que pour les soldats de la seconde guerre mondiale, le passé de la guerre civile américaine n'était pas mort, il n'était même pas passé.

source