UA-7101967-1

13/12/2012

Pour Moscou, Le chemin de Damas passe par Groznyï

La politique russe conçernant la Syrie se préoccupe peut-être plus de Groznyï que de Tartous. Les critiques et les analystes, en Occident, ont déjà tout dit sur l'obstruction russe au Conseil de Sécurité relative à la crise humanitaire syrienne pour laquelle il ne semble y avoir aucune lumière au bout du tunnel.

Depuis le début du "soulèvement" armé en Syrie, vingt mois se sont passés, on se demande si le seul intérêt russe à soutenir le régime faiblissant de Bashar al-Assad n'est pas de protéger sa seule base navale, en mer chaude, de Tartous, unique facilité navale de ce genre en dehors de l'ancienne sphère soviétique et fournisseurs essentiels d'armes légères, d'artillerie et autres matériels militaires à la Syrie. Quoi qu'il en soit, ils savent très bien que les dictateurs à la recherche d'armement vont et viennent dans l'histoire de la guerre froide et que les contrats maritimes peuvent toujours se renégocier avec les régimes qui se succèdent.

Ce qui est crucial, pour le gouvernement de Vladimir Poutine, c'est la politique privilégiée des affaires intérieures d'une nation état. Les "Siloviki", sobriquet russe des élites dirigeantes se souviennent du chaos des années 90 et la perte brève mais si douloureuse à leur ego, de ce qui devint un état chètchène quasi-indépendant dans le nord du Caucase.

Boris Ieltsine affaibli, est obliger de négocier en août 1996, avec le chef nationaliste chètchène Aslan Maskhadov et de signer les accords de paix à Khasavyourt au Daguestan. Signature à laquelle il remédiera en lançant la seconde guerre russo-chètchène à l'automne de 1999. Poutine arrivait au pouvoir grâce à cette ré invasion de la chètchènie en exploitant la crise d'autorité de la fédération russe à son immense avantage, il y est toujours aujourd'hui.

Une Russie renouvelée économiquement et politiquement sous le duo rotatif Poutine Medvedev, soutenue par de copieuses ventes d'énergie en Europe et de métaux à la Chine trouvait le moyen de "perdre" Saddam et Kadhafi durant la tenue du duo. Ils se sont dits que la Syrie d'Assad, bon vieux client de la Russie depuis l'ère soviétique, ne serait pas une autre pièce de domino dans l'odieuse machination mise au point par les occidentaux sous les veneurs jumeaux de l'intervention humanitaire et de l'internationalisme libéral, concepts qui rendent les siloviki extrêmement sceptiques.

En dépit des coups significatifs portés par la vengeance des Chètchènes aussi loin au nord qu'à Moscou, secouée périodiquement par des bombardements suicide, le Kremlin est parvenu à prévenir toute intervention extérieure imposée en Chètchènie.

L'approche abstraite des puissances occidentales a laissé les forces terrestres russes et ses alliés chètchènes, pratiquer une politique de terre brûlée y compris la pulvérisation de la capitale Groznyï, ce qui ne manque pas de ressembler à la punition collective infligée par le régime d'Assad dans certains quartiers de Homs, Alep, Idlib et Daraa.

Assad et son frère, le vindicatif Maher ont, sans surprise, utilisé une artillerie russe identique ou similaire à celle utilisée à Groznyï contre la population

Sous Poutine, les Russes et les autorités locales ont supprimé avec succès l'accès de la presse dans la république chètchène, au point ou elle fut largement oubliée par l'Ouest, reléguée au chaos des années 90. Durant la gestion d'ivrogne de Ieltsine en 1994-1996, les journalistes occidentaux passèrent amok et rapportèrent la catastrophe humanitaire librement. Quand Poutine frappa à nouveau les rebelles trois ans plus tard, un de ses soucis principaux fut, après la mauvaise gestion des guerres antérieures, de contrôler l'accès au front des médias à tous les niveaux possibles.

Assad, ayant, au départ le sentiment que les puissances occidentales jouaient contre lui, a laissé deux options à la presse occidentale, fort réminiscente de la partition de Poutine, soit accepter les tours de piste orchestrées par le régime ou risquer la mort en entrant illégalement, avec les bandes erratiques de rebelles, sur son territoire. Poutine et Assad, par leurs tactiques contre insurectionnelles, à la fois anarchiques et brutales obtinrent un résultat similaire. Ils ont miné les commandements des rebelles nationaux et confinés les guerriers islamistes et djihadistes les plus virulents.

Pour éliminer toute évidence visuelle de la démolition de Grosnyi, Moscou s'est lancé dans sa reconstruction à toute vitesse. Mais tandis que le Kremlin y remet la main en sachant qu'il y avait défait l'ensemble de l'insurrection, elle s'est décentralisée, partout, loin, dans toute la région. La Russie s'est attaquée sans répit, avec un effet létal, au nationalisme ethnolinguistique chètchène. Le résultat de cette politique s'incarne dans une insurrection bien plus large qui se donne le nom d'Emirat du Caucase, dirigé par l'ambitieux commandant islamiste appelé "Emir" Doku Umarov. Si le Kremlin a écrasé le rêve d'un état chètchène, il a aussi donné naissance à l'ambition d'un état islamique qui s'étendrait des rives de la Caspienne à celles de la Mer Noire.

En Syrie, aujourd'hui, la rébellion a commencé avec des hommes qui proclamaient leur combat pour une nouvelle Syrie libérée de la dictature bathiste et qui doivent de plus en plus partager le chant de bataille avec des éléments qui prétendent installer un état islamique dans une Syrie traditionnellement pluraliste.

La Russie, après des décades de lutte contre des insurrections islamistes bien financées en Afghanistan et en Chetchènie pense que les faiseurs politiques occidentaux sont naïfs à propos de la dynamique politico-religieuse du monde musulman et que la Russie et l'Occident auront tous deux à faire face l'imprévisibilité des réactionnaires salafistes et djihadistes issus du printemps arabe.

La Russie et la Chine dans leurs empires, essentiellement continentaux, souffrent depuis toujours de périphéries peu sures, constellées de minorités irrédentistes aux mouvements nationalistes récurrents. Ces deux nations n'inclinent en aucune manière à acquiescer aux initiatives d'intervention occidentale, quelle qu'elles soient.

Pour les observateurs, Moscou et Beijing semblent montrer de la solidarité avec leurs pairs en autoritarisme ou craignent simplement la perte d'intérêts économiques établis depuis longtemps, quoi qu'il en soit, ils se voient comme les défenseurs du précepte infaillible de la souveraineté nationale contre la menace perceptible des projets d'intervention international avec un œil sur leurs propres colonies telles la Chètchènie et le Tibet. Préserver le statut quo en Syrie est devenu une de leurs "lignes rouges".

C'est Poutine, le premier gouvernant mondial à avoir téléphoné à George W Bush après les attaques du 9/11/2001 à New York pour manifester ses regrets. Les Russes étaient pressés de donner de la substance à leur intervention contre les séparatistes dans le Caucase, dans la perspective d'une "guerre totale" contre la terreur. Par la suite, les Etats-Unis tempérèrent fortement leurs critiques sur les tactiques brutales de la Russie en Chètchènie en échange de sa coopération avec sa nouvelle guerre globale.

La Russie cherche à interdire toute forme d'intervention militaire, partout, dans son ancienne sphère d'influence, avec actuellement la Syrie comme intérêt principal. La Chine a suivi avec sa position politique de non-intervention en Syrie, indiquant ainsi son anxiété à propos de Taiwan et du Tibet.

Les effets délétères des deux guerres chètchènes se reflètent dans les annonces de ses agences de presse, en Syrie, jusqu'au aujourd'hui, avec des rapports non-vérifiés de la présence de combattants chètchènes sur la ligne de front. Depuis des années, le gouvernement russe propage l'idée des la dangerosité des éléments chètchènes présentés comme les plus dangereux et les plus dispersés des djihadistes transnationaux.


Les généraux pakistanais racontent des histoires de cadavres chètchènes identifiés lors des opérations contre insurrectionnelles au Nord-Waziristan et les Marines américains croient s'être battus contre des nationaux chètchènes dans le gouvernorat d' al-Anbar en Irak, le cliché d'une guerre sans frontières de guerriers chètchènes avides de sang, se répand, maintenant, en Syrie

Ces rapports évitent de mentionner qu'en Syrie, en Irak, en Jordanie et en Turquie, il existe une diaspora Chètchène qui date de l'époque de la conquête tsariste du Caucase qui eut lieu au 19° siècle et poussa les Chètchènes à s'exiler dans l'Empire Ottoman.

Des opérateurs de l'Armée Libre Syrienne sont présents à Antioche, fiers à la fois d'être ethniquement chètchène et de nationalité syrienne, Dans ces régions du Levant, hautement factieuses, ce genre de rencontre n'est pas rare. En dépit des commentaires venus de Syrie du nord, l'archétype de ces djihadistes chètchènes n'auraient pas survécu à son utilité du moment.

Dans la perspective des jeux olympiques d'hiver à Sotchi en 2014, le Kremlin s'évertue, avec de grandes difficultés, à portraiturer la Chètchènie comme un république constituée, stable et revitalisée, dirigée par
Ramzan Kadyrov, l'homme fort de Poutine dans le Caucase, héritier des "bons" chètchènes vantés par le KGB, à l'époque, et par ses successeurs aujourd'hui.

La Russie, littéralement jetée hors d'Irak durant l'invasion anglo-américaine en 2003, avec des pertes financières considérables en termes d'énergie et d'armement, essaie, de se positionner à nouveau en Irak par le biez de sa principale organisation officielle de vente de systèmes d'armement, Rosoboronexport.

Une vente d'armes récente s'élevant à 4,2 milliards de dollars contractée par le gouvernement du Premier Ministre Nouri al-Maliki, est sur la table, ce qui démontre la volonté bien arrêtée, pour Moscou, d'influencer le nouvel ordre arabe. Le 10 novembre, l'agence Reuter rapporte l'histoire de nature très byzantine de la vente Rosoboronexport : le bureau de Maliki postpose sa signature sous des allégations de rétro commissions. En même temps le Ministre de la Défense faisant fonction, Sadoon al-Doulaimi, insiste pour dire que le contrat suit son cours.

Il a déclaré, pendant une conférence de presse, que l'Irak avait besoin de "diversifier ses sources" pour éviter de ne dépendre que d'un seul fournisseur (c. à d. les Etats-Unis) pour miner l'influence, des milices politiques armées, endémique dans le système politique irakien toujours très volatile.

La Syrie est tout à fait dépendante des modèles d'armes hérités de l'Union Soviétique et rien n'indique que Moscou ne continuera pas à en fournir à Damas même éventuellement post Assad comme elle le fait en Irak. Maliki joue sur les deux tableaux entre l'expansionnisme militaire américain au Moyen-Orient et le combat russe pour perpétuer une présence significative dans un monde arabe qui se remet en ordre.

A l'inverse de l'Iran, l'Irak ne peut se tenir entièrement aux cotés d'Assad, parce que Bagdad dépend énormément du complexe militaro-industriel américain. Washington reste le premier fournisseur d'armes de Maliki devant Moscou. Pour la bureaucratie américaine, ces priorités entre humanitarisme idéologique et le froid réalisme militaire entrent éventuellement en collision.

Pendant que le parlement américain stigmatise et sanctionne une entité comme Rosoboronexport parce qu'elle arme les régimes syriens et iraniens. Les prétoriens du Pentagone ne peuvent s'offrirent un tel luxe et ils ont besoin de leurs vieux compères de la guerre froide pour fournir à l'armée de l'air afghane des hélicoptères Mi-17 afin de permettre aux Américains de se dégager. Ce paradoxe très contre productif pose un dilemme embarrassant au Pentagone mais pas au Congrès.

Le système de sécurité actuel, qui date des cendres de la seconde guerre mondiale, montre que le schisme entre le Royaume-Uni, les Etats-Unis, la France et la Russie(suivie par la Chine) reste ce qu'il est. La guerre en Syrie devient aussi intracable que possible, en attendant d'en arriver à une solution très sanglante.

La situation a aussi la possibilité d'évoluer vers une dimension régionale plus problématique encore, en tirant les voisins de la Syrie tels le Liban et la Turquie, tout aussi fragmentés politiquement, jusqu'à la diffusion de l'insurrection et la recréation d'émirats, sur tout le pourtour, jusqu'au Nord Caucase.

Les activistes djihadistes se firent les courroies de transmission de l'argent wahhabite pour combattre les "infidèles" russes dans les années 1990-2000 et ils font la même chose maintenant. La seule différence importante, c'est que les saoudiens, dorénavant, le font ouvertement, avec l'aide de leur appareil d'état et le consensus des services secrets occidentaux.

Avec l'augmentation des violences sectaires et politiques dans le nord du Liban et dans les gouvernorats de la Bekaa, alors que des tirs sont dirigés vers les provinces méridionales de la Turquie couplés à une importante augmentation de l'activité du PKK dans toute la région, ce scénario effrayant se réalise sans doute déjà sous nos yeux.

                                                                                                                                       source